Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Premier acte.
Terrasse d'un rempart dominé par une terrasse et dominant d'autres remparts.

Acte deuxième.
Square clos de palais. A chaque angle, échappée sur la mer. Au centre un monument, les portes de la guerre. Elles sont grandes ouvertes.

Jean Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu (1935)

1. Quelle perspective les didascalies spatiales de l'acte I offrent-elles ? En quoi sont-elles symboliques ?
2. Quelle modification a lieu  dans l'acte II ? Que nous dit le décor de l'action de la pièce ? Soyez attentifs au titre et à la date de la pièce.
3. Imaginez la didascalie de l'acte III. Justifiez.


Bonjour, j'ai cet exercice à faire et j'avoue ne pas avoir totalement compris. Si vous pouviez m'aider.

1. Ces didascalies donnent la perspective d'une guerre possible, une bataille. Elles sont symboliques car elles représentent la défense d'une ville contre une attaque ennemie, donc toujours dans la perspective de la guerre.
2. Nous voyons que le décor est maintenant plus intérieur, c'est-à-dire qu'on est rentré dans la ville, alors que dans l'acte précédent on était à l'exterieur.

Pour le reste, je ne vois pas vraiment.

2

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Bonjour Lilo,

La pièce de Giraudoux a été écrite dans le contexte de préparation de la Seconde Guerre mondiale.

Pour répondre à la première question, tu peux évoquer ces séries de fortifications qui évoquent sans doute la ligne Maginot et peut-être le fameux balcon des Vosges.

Pour la deuxième question, tu pourrais remarquer que les portes de la guerre, qui doivent être fermées en signe de période pacifique, sont désormais ouvertes...

Quant à l'acte III, il n'existe pas, donc tu es invitée à donner une suite à la pièce...

3

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Le premier acte offre une succession de lignes verticales, qui se surplombent les unes les autres. Les remparts font bien évidemment allusion à la guerre, qui est le fil directeur de cette pièce, mais plus encore, leur rôle est de protéger la ville. Ils l'enserrent, ils la clôturent, ne laissant aucune issue. On ne peut rentrer, on ne peut sortir. Cette allusion au regard qui ne fait que descendre de murailles en murailles n'est pas anodine: c'est une hyperbole venant illustrer l'immensité, pour ne pas dire l'excès du dispositif défensif. Le regard lui-même se trouve piégé à l'intérieur de la ville et participe d'une esthétique « carcérale ». La ville dans laquelle on se barricade est une prison.

Subtilement, nous sommes passé du motif du « rempart », qui est un motif positif – il défend, il protège – au motif de la prison, lui clairement négatif. On ne manquera pas du reste de faire le lien entre cette première ambivalence et l'orgueil légendaire des Troyens qui, claquemurés derrière les épaisses fortifications de leur ville, se croient invincibles, ignorant quel tragique destin leur réserve le sort. La ville sera brûlée et ses habitants massacrés. On a ici un pressentiment du dénouement de la pièce: il y a derrière cette rage de construire des murs toujours plus hauts entre la ville et le monde extérieur, comme une peur informe en ce que peut réserver l'avenir. C'est d'ailleurs tout le sujet de cette pièce: faire en sorte que la guerre de Troie n'ait pas lieu, alors même que, dès le début, elle nous apparaît comme inéluctable.

Le décor de l'acte II est bâti aux antipodes de l'acte I: le motif de la guerre est toujours là - « les portes de la guerre » – mais cette fois-ci il peut se frayer un chemin au coeur même de la ville: les  lignes verticales – celles des remparts, qui illustrent la difficulté d'avancer -  laissent place à des lignes horizontales: celles d'un horizon que les murailles ne cachent plus. Le regard peut s'évader, se porter sur le dehors, sur la mer, espace d'où les Grecs débarqueront bientôt pour mettre la ville à feu et à sang. Une fois encore, nous avons un présage du combat à venir. La différence, c'est que ce combat est devenu imminent: les portes de la guerre sont ouvertes, causant une ouverture dans la muraille, par laquelle les ennemis pourront entrer. La ville est sans défense.

Giraudoux est littéralement fasciné par le thème du destin. Ses personnages cherchent toujours à lui échapper, à transformer leur avenir, et tous leurs efforts ne font qu'accélérer les choses. C'est véritablement cela, l'ironie tragique. Pour accentuer cette idée, on trouve souvent des effets d'échos, des présages: les oracles prédisent la catastrophe, mais personne ne veut les écouter, mille petit détails – jusque dans ces didascalies – nous permettent de comprendre avant les personnages comment l'histoire se finira. La tragédie est un genre dans lequel il n'y a aucun suspense. Quant à la date de publication de cette oeuvre, il n'est pas nécessaire d'être "oracle" pour deviner que La guerre de Troie n'aura pas lieu fait écho au climat pour le moins difficile de l'entre-deux guerre, et annonce, avec une cruelle exactitude, l'ouverture de la Seconde Guerre Mondiale.

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Je vous remercie, vous m'avez beaucoup aidée. J'y vois plus clair maintenant.

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Bonjour à tous )
Alors voilà, j'ai un questionnaire à rendre sur 'La geurre de Troie n'aura pas lieu". Malheureusement je n'ai pas trés bien compris le sujet et manque de temps pour relire la pièce.

Voici mes questions:
1. Justifiez le titre de la pièce.
2. Quelles sont les caractéristiques et le rôle des femmes dans la pièce?
3. Quel(s) personnage(s) vous semble(nt) sympastique(s)? Pourquoi?
Quels sont ceux qui vous paraissent les plus dangereux? Justifiez votre point de vue.
4. Relevez les anachronismes.
5. En quoi peut-on dire que cette pièce est à la fois une tragédie, une comédie, une pièce mythologique et une pièce d'actualité? Justifiez votre réponse par des arguments précis.

Je remercie d'avance tous les "fadas" de la littérature qui vont pouvoir m'aider 

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

6

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Donc tu penses que parce que t'as eu la flemme de préparer ce questionnaire on va tout te servir sur un plateau ? As-tu seulement lu le livre ?


Comme tu es nouveau, je me permets de te rappeler que pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc modifier votre message pour y indiquer vos pistes de recherches personnelles.

7

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Bonjour,
Quelqu'un peut-il me parler de cette oeuvre? je l'ai lu mais je n'arrive pas à la comprendre

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Elle est pourtant limpide...
En marge des légendes de Troie, elle retrace les efforts faits par Hector pour éviter la guerre, ce qui est d'autant plus difficile que Pâris et Hélène ne veulent pas se séparer.
Il a presque gagné, et échoue au dernier moment.
Toute allusion à l'actualité du temps,  est parfaitement volontaire.

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Pour commencer :

Giraudoux, qui fut blessé à deux reprises durant la Première Guerre mondiale, est un ardent défenseur de la paix. Il écrit cette pièce relativement rapidement entre l'automne 1934 et juin 1935, alors que les dictatures montent en Europe et que la crise de 1929 continue de sévir, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale. Dans cette pièce qui décrit la bêtise des hommes et leur obstination, Giraudoux fait un parallèle entre la situation en Europe où tout le monde voit venir la guerre mais ne fait rien, et celle de l'Antiquité avec la Guerre de Troie. Son œuvre se termine effectivement par l'inévitable guerre, reflet de la réalité.

(Wikipedia)

10

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu - Questions

Bonjour,
j'ai lu ce livre, mais je n'arrive pas à la comprendre, je me perds un peu. Pouvez-vous m'aider ? merci.