1

Hugo, Les Contemplations - Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans...

Bonjour,

Je dois faire un commentaire sur ce poème et j'ai du mal à dégager mes parties.
Qu'est ce qui pourrait être développer dans ce poème. Merci.

"Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans.
Ton regard dit: Matin, et ton front dit: Printemps.
Il semble que ta main porte un lys invisible.
Don Juan te passer et murmure: «Impossible!»
Sois belle. Sois bénie, enfant, dans ta beauté.
La nature s'égaye à toute ta clarté;
Tu fais une lueur sous les arbres; la guêpe
Touche ta joue en fleur de son aile de crêpe;
La mouche à tes yeux vole ainsi qu'à des flambeaux.
Ton souffle est un encens qui monte au ciel. Lesbos
Et les marins d'Hydra, s'ils te voyaient sans voiles,
Te prendraient pour l'Aurore aux cheveux pleins
d'étoiles. Les êtres de l'azur froncent leur pur sourcil,
Quand l'homme, spectre obscur du mal et de l'exil,
Ose approcher ton âme, aux rayons fiancée.
Sois belle. Tu te sens par l'ombre caressée,
Un ange vient baiser ton pied quand il est nu,
Et c'est ce qui te fait ton sourire ingénu".

Février 1843.

V-Hugo

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

2

Hugo, Les Contemplations - Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans...

Tu pourrais examiner le portrait laudatif d'une jeune fille sur le point d'accéder à l'âge adulte.
Qu'est-ce qui fait son charme ?
Comment le poète idéalise-t-il son sujet ?

3

Hugo, Les Contemplations - Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans...

Merci.

Hugo, Les Contemplations - Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans...

Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans.
Ton regard dit: Matin, et ton front dit: Printemps.
Il semble que ta main porte un lys invisible.
Don Juan te passer et murmure: «Impossible!»
Sois belle. Sois bénie, enfant, dans ta beauté.
La nature s'égaye à toute ta clarté;
Tu fais une lueur sous les arbres; la guêpe
Touche ta joue en fleur de son aile de crêpe;
La mouche à tes yeux vole ainsi qu'à des flambeaux.
Ton souffle est un encens qui monte au ciel. Lesbos
Et les marins d'Hydra, s'ils te voyaient sans voiles,
Te prendraient pour l'Aurore aux cheveux pleins
d'étoiles. Les êtres de l'azur froncent leur pur sourcil,
Quand l'homme, spectre obscur du mal et de l'exil,
Ose approcher ton âme, aux rayons fiancée.
Sois belle. Tu te sens par l'ombre caressée,
Un ange vient baiser ton pied quand il est nu,
Et c'est ce qui te fait ton sourire ingénu.

Février 1843.

V-Hugo

j'ai différentes questions:

quelle est la prosodie utilisée dans ce poême?
Le registre laudatif car l'auteur utilise une vocabulaire et une rythmr qui fait naître l'admiration du lecteur. La jeune fine est de toute beauté, elle est mise par son physique, sa jeunesse sur un pied d'estale. Elle est une pure merveille.  L'admiration est accentuée par l'opposition à l'homme qui lui est "un spectre obscur du mal et de l'exil"

etudier les qualités de la jeune fille
la jeune fille est gracieuse, elle est jeune, elle est fraîche ("regard dit Matin"), elle rayonne
l'utilisation de mots religieux témoigne d'un "être précieux" ("sois bénie", "ton souffle est un encens")

relever les reférences mythologiques
Lesbos et Hydra mais je ne vois pas leur rôle
Ce sont deux iles Grecques. Hydra a fait sa puissance avec ses marins et Lesbos n'était pas une île où seules des femmes vivaient.

merci de votre aide

Hugo, Les Contemplations - Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans...

Bonjour.

Je ne suis pas sûr que tu répondes exactement à la première question...
La prosodie, ce n'est pas le registre.
C'est l'étude de la versification : nombre de pieds, rimes, effets sonores, etc.

Pour la dernière question, je te signale que l'Aurore est une divinité.

un pied d'estale

Attention à l'orthographe : on écrit piédestal...

Hugo, Les Contemplations - Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans...

merci