1

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

Bonjour, j'ai un commentaire à faire sur le texte de Victor Hugo tiré de Les Contemplations:

La musique est dans tout. Un hymne sort du monde.
Rumeur de la galère aux flancs lavés par l'onde,
Bruits des villes, pitié de la sœur pour la sœur,
Passion des amants jeunes et beaux, douceur,
Des vieux époux usés ensemble par la vie,
Fanfare de la plaine émaillée et ravie,
Mots échangés le soir sur les seuils fraternels,
Sombre tressaillements des chênes éternels,
Vous êtes l'harmonie et la musique même!
Vous êtes les soupirs qui font le chant suprême!
Pour notre âme, les jours, la vie et les saisons,
Les songes de nos coeurs, les plis des horizons,
L'aube et ses pleurs, le soir et ses grands incendies,
Flottent dans un réseau de vagues mélodies;
Une voix dans les champs nous parle, une autre voix
Dit à l'homme autre chose et chante dans les bois.
Par moment, un troupeau bêle, une cloche tinte.
Quand par l'ombre, la nuit, la colline est atteinte,
De toutes parts on voit danser et resplendir,
Dans le ciel étoilé du zénith au nadir,
Dans la voix des oiseaux, dans le cri des cigales,
Le groupe éblouissant des notes inégales.
Toujours avec notre âme un doux bruit s'accoupla;
La nature nous dit: Chante! et c'est pour cela
Qu'un statuaire ancien sculpta sur cette pierre
Un pâtre sur sa flûte abaissant sa paupière.

Mon plan serait:

I] Le rôle de la musique
A) Universelle
B) Source d'inspiration

II] La musicalité du poème
A) L'évocation de multiples sonorités
B) la structure du poème, une musicalité (rythmes binaires, ternaires, assonances...)

Mais je les trouve pas très pertinents. Si vous avez un plan à proposer je suis pas contre. Merci

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

On reconnait le thème des correspondances, car Hugo déborde des correspondances sonores quand il évoque des visions (l'aube et ses pleurs, le soir et ses grands incendies), et encore plus quand il évoque les états d'âme (Passion des amants jeunes et beaux, douceur des vieux époux)

Mais Hugo ne parle pas de correspondances, il parle de musique, et cette prétendue musique mise à toutes les sauces est réduite à l'harmonie et même à la douceur. Cette musique qui arrondit les angles est plutôt un symbole qu'un art, et le poème même n'utilise que peu le pouvoir de la musique. C'est une poétique de l'enveloppement, un peu à la manière de Lamartine, où tout se confond dans le flou. On peut dire que çà illustre la formule : "Après Tout, malgré Tout, Tout de même", quand on va s'endormir, et le pâtre abaisse sa paupière.

Mais, comme Hugo est vraiment hanté par l'antithèse, après avoir étalé le thème d'une musique qui n'est pas vraiment musique, mais un flou où tout se fond, l'idée du contraire clot le poène en évoquant une image gravée aux contours nets.

3

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

euh donc mon plan semble correct? "

4

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

Bonjour Kirikou,

Ce plan ne convient pas car il sépare le fond et la forme.

Hugo nous livre un poème qui se rattache à la tradition orphique :

  • parce que la poésie est proche de la musique, (Orphée interprétait ses poèmes sur la lyre),

  • parce que ce chant était sacré et entendait expliquer les mystères de la nature.

Note à la fois le titre du poème : « Écrit sur la plinthe d'un bas-relief antique » et les deux vers de la fin.
Les thèmes abordés sont celui de la musique considérée comme une harmonie universelle, un langage commun, compréhensible par tous, une sorte d'hymne à l'amour, à l'union des contraires.
Un autre thème développe l'accord entre la nature et l'humanité.
Enfin le dernier est celui du poète interprète du langage de la nature, chargé de révéler cette harmonie secrète dans la création.

Hugo commence à se démarquer de son milieu social et évolue du catholicisme et du monarchisme de ses jeunes années vers un socialisme militant et un syncrétisme religieux. Ce poème traduit à la fois un amour universel et une croyance dans un animisme que l'on retrouve dans "Ce que dit la bouche d'ombre" du même recueil.

5

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

Merci

6

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

Salut tout le monde, j'ai vraiment besoin de votre aide, je fais le commentaire du poème de Victor Hugo qui s'intitule "Écrit sur la plinthe d'un bas-relief antique" . Je pense avoir trouvé les axes :
Axe I: un hymne à la musique
Axe II: la forme du poème.
Mais j'arrive pas a trouver tous les sous axes . En fait c simple j'arrive pas vraiment a le faire parce que c la première fois que je fais le commentaire d'un poème.
Merci pour votre aide...☺

7

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

On ne sépare jamais le fond et la forme comme tu le fais dans tes deux axes.

Hugo nous livre un poème qui se rattache à la tradition orphique :

  • parce que la poésie est proche de la musique, (Orphée interprétait ses poèmes sur la lyre),

  • parce que ce chant était sacré et entendait expliquer les mystères de la nature.

Note à la fois le titre du poème : « Écrit sur la plinthe d'un bas-relief antique » et les deux vers de la fin.
Les thèmes abordés sont celui de la musique considérée comme une harmonie universelle, un langage commun, compréhensible par tous, une sorte d'hymne à l'amour, à l'union des contraires.
Un autre thème développe l'accord entre la nature et l'humanité.
Enfin le dernier est celui du poète interprète du langage de la nature, chargé de révéler cette harmonie secrète dans la création.

Hugo commence à se démarquer de son milieu social et évolue du catholicisme et du monarchisme de ses jeunes années vers un socialisme militant et un syncrétisme religieux. Ce poème traduit à la fois un amour universel et une croyance dans un animisme que l'on retrouve dans "Ce que dit la bouche d'ombre" du même recueil, les Contemplations.

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

Bonjour, voila je suis en vacances et mon professeur de français m'a donné un sujet type bac, j'ai fini la question de corpus mais en revanche je n'arrive pas a trouver le plan pour faire le commentaire d'un poème de Victor Hugo.
Le poème est le suivant : "les luttes et les rêves", les Contemplations 1856.
J'espère que vos réponse m'aiderons a dégager un plan de ce poème.
MERCI d'avance

9

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

Ta question est imprécise. De quel poème s'agit-il ?

Les Contemplations.
Le recueil se divise en deux grandes parties séparées par l'année de la mort de Léopoldine 1843.
Autrefois (1830-1843)
Aujourd'hui (1843-1855)

Le tome premier Autrefois se compose de trois livres :
Livre I : Aurore
Livre II : L'âme en feu
Livre III :  Les Luttes et les rêves  ( ce titre regroupe plusieurs poèmes dont Melancholia)

10

Hugo, Écrit sur la plinthe d’un bas-relief antique

voici le poème

La musique est dans tout. Un hymne sort du monde.
Rumeur de la galère aux flancs lavés par l'onde,
Bruits des villes, pitié de la sœur pour la sœur,
Passion des amants jeunes et beaux, douceur,
Des vieux époux usés ensemble par la vie,
Fanfare de la plaine émaillée et ravie,
Mots échangés le soir sur les seuils fraternels,
Sombre tressaillements des chênes éternels,
Vous êtes l'harmonie et la musique même !
Vous êtes les soupirs qui font le chant suprême !
Pour notre âme, les jours, la vie et les saisons,
Les songes de nos cœurs, les plis des horizons,
L'aube et ses pleurs, le soir et ses grands incendies,
Flottent dans un réseau de vagues mélodies ;
Une voix dans les champs nous parle, une autre voix
Dit à l'homme autre chose et chante dans les bois.
Par moment, un troupeau bêle, une cloche tinte.
Quand par l'ombre, la nuit, la colline est atteinte,
De toutes parts on voit danser et resplendir,
Dans le ciel étoilé du zénith au nadir,
Dans la voix des oiseaux, dans le cri des cigales,
Le groupe éblouissant des notes inégales.
Toujours avec notre âme un doux bruit s'accoupla ;
La nature nous dit : « Chante ! » et c'est pour cela
Qu'un statuaire ancien sculpta sur cette pierre
Un pâtre sur sa flûte abaissant sa paupière