1

Quelle université choisir pour la licence de lettres classiques ?

Ave !

Après mes questions sur la prépa, j'aimerais en poser sur l'université.
J'aimerais faire un parcours lettres classiques, je suis allé voir sur différentes universités j'ai vu que le nombre d'heure en langue et littérature latine n'était pas le même selon les universités, et sur d'autres matières.
J'aimerais savoir si il y a une université réputée pour son enseignement en lettres classiques.

Gratiae !


Salve.


Aurelius.

Quelle université choisir pour la licence de lettres classiques ?

Bonjour,

A Paris, Panthéon-Sorbonne (Paris IV) est choisie par la quasi-totalité des étudiants en lettres classiques.

3

Quelle université choisir pour la licence de lettres classiques ?

Merci beaucoup

4

Quelle université choisir pour la licence de lettres classiques ?

Bonsoir,

Je me permets de réagir à la réponse, trop factuelle à mon goût, d'Arthur : "A Paris, Panthéon-Sorbonne (Paris IV) est choisie par la quasi-totalité des étudiants en lettres classiques". Le nombre n'a jamais été un argument, et il l'est de moins en moins.

Depuis quelques années, toutes les Universités françaises, sans exception, sont confrontées à une désaffection de la filière « Lettres classiques » qui remet en cause la formation de spécialistes de l’Antiquité, et donc, à plus ou moins long terme, la transmission même des langues anciennes.

J'ai participé, en octobre dernier, à une journée d'études sur la transmission du grec - les actes sont disponibles sous le titre de Translatio. La transmission du grec entre tradition et modernité (9€) - , où Paul Demont, qui dirige l'UFR de Grec de Paris IV, a donné les chiffres des inscriptions dans son Université, pour 2007-2008 :
-38 étudiants de Lettres classiques en première année
-33 en deuxième année
-71 en troisième.

Pour mémoire, voici les chiffres de 2000-2001:
-192 étudiants en première année
-206 étudiants en deuxième année
-265 étudiants en troisième année.

Paris IV a connu une chute des inscriptions en Lettres classiques plus tard que les autres Universités françaises, parce que - c'est là aussi un fait - l'Université a un nom. Mais la chute est incontestable et dramatique.

Bref, on peut dire qu'en France, Paris IV conserve le plus grand nombre d'inscrits, mais je ne pense pas que cela soit vraiment significatif, si on regarde les chiffres de près.

J'ai essayé d'analyser, dans ma communication, les raisons de la désaffection de la filière Lettres classiques en France, ces dernières années. Pour ma part, je suis convaincu que la traditionnelle Licence de Lettres classiques, si on la maintient sous sa forme actuelle, ne pourra plus susciter les vocations des lycéens, qu'elle est inadaptée (les voeux des lycéens sur APB pour 2009-2010 confirment malheureusement cette analyse). La « Licence de Lettres classiques » (Littérature française, Grec et Latin) débouchait avant tout sur les concours de recrutement de l’enseignement : or, nous ne pouvons plus guère nous indexer sur un cours que nous ne maîtrisons pas. Il nous faut, à présent, insérer la formation d’un helléniste et d’un latiniste dans une formation plus large, qui lui garantisse un large éventail de débouchés. C’est ce que nous avons tenté de faire, à Nanterre, avec les « Humanités classiques » ; c'est ce que tentent également de faire d'autres Universités en proposant de nouvelles voies.

Bref, la Sorbonne n'est pas le dernier bastion des Lettres classiques. Les langues anciennes ne resteront vivantes en France que si elles ont leur place dans toutes les Universités, et il faut, je crois, inviter les lycéens ou les étudiants à regarder toutes les voies proposées en France plutôt que de flécher le parcours. Procéder ainsi n'est pas rendre justice aux efforts qui sont faits, ici ou là, pour redynamiser la filière.

Chr. Bréchet
(Directeur du Département de Grec de l'Univ. de Nanterre)

5

Quelle université choisir pour la licence de lettres classiques ?

Bonjour j'ai une petite question sur la licence humanité classiques qui me séduit, par la suite j'aimerais me spécialiser en lettres classiques et j'aimerais savoir si les heures de lettres classiques en licence humanité classiques  sont les mêmes et sont aussi riches qu'en licence lettres classiques.


Et j'aimerais aussi savoir si on suit les mêmes cours que les lettres modernes pour le français et si après la licence humanité classiques on peut s'inscrire pour le master à Paris Sorbonne IV.

6

Quelle université choisir pour la licence de lettres classiques ?

Bonsoir Ammonios,

Il est difficile de comparer les deux cursus, car la Sorbonne et Nanterre ne renouvellent pas leurs diplômes en même temps. Ce que j’ai mis en ligne sur le site de la Licence Humanités vaut pour les quatre années à venir (quadriennal 2009-2013) ; sauf erreur, ce qui est en ligne sur le site Internet de la Sorbonne correspond au quadriennal actuel, et ne sera vraisemblablement pas reconduit à l’identique pour le suivant, les normes ministérielles variant d’un quadriennal à l’autre.

Ce qui suit est donc une comparaison horaire entre l’actuelle Licence de la Sorbonne (« Lettres classiques ») et la future Licence de Nanterre (« Humanités classiques »). Les données sont disponibles sur le site de Paris IV  (je reprends ci-dessous les données disponibles dans le livret téléchargeable) et  sur celui de Nanterre. Je ne prends en compte que les cours fondamentaux, indépendamment de ce que les étudiants peuvent prendre dans les quelques modules libres de leur cursus : ces cours optionnels ne me semblent pas significatifs, puisqu’on peut aussi bien ne pas les prendre !

Licence 1, semestre 1 :

Sorbonne : 11 ou 12 heures de langues et littératures latines et grecques, selon le niveau (6 à 7h en latin, 5h en grec)

Nanterre : 12 heures de langues et littératures grecques et latines pour tous les étudiants (4h de langue grecque ; 4h de langue latine ; 2h de littérature grecque ; 2h de littérature latine) + 2h de travaux encadrés de tutorat (1h de grec, 1h de latin).

Licence 1, semestre 2 :

Sorbonne : entre 12 et 13 heures de langues et littératures latines et grecques (6 à 7h en latin, 6h en grec)

Nanterre : 8 heures de langues et littératures grecques et latines (4h pour le latin, 4h pour le grec) + 2h de tutorat (1h de grec, 1h de latin).

Licence 2, semestre 3 :

Sorbonne : entre 10 et 12 heures de langues et littératures latines et grecques (6 à 7h en latin, 4h ou 5h en grec)

Nanterre : 10 heures de langues et littératures grecques et latines (4h pour le latin, 4h pour le grec ; 2h de rhétorique antique).

Licence 2, semestre 4 :

Sorbonne : entre 12 et 13 heures de langues et littératures latines et grecques (6 à 7h en latin, 6h en grec)

Nanterre : 8 heures de langues et littératures grecques et latines (4h pour le latin, 4h pour le grec).

Licence 3, semestre 5 :

Sorbonne : entre 8 et 10 heures de langues et littératures latines et grecques (3h30 ou 4h30 pour le latin, avec linguistique facultative ; 4h30 ou 5h30 pour le grec).

Nanterre : 16h de langues et littératures anciennes (2h de linguistique, 2h de littérature latine, 2h de littérature grecque, 2h d’histoire de l’art antique ; 4h de traduction de textes grecs et latins ; 2h de mythologie grecque ; 2h de transition de l’Antiquité au Moyen-Age).

Licence 3, semestre 6 :

Sorbonne : 9 heures de langues et littératures latines et grecques (4h30 en latin, avec linguistique facultative ; 4h30 en grec, avec linguistique facultative).

Nanterre : 12h de langues et littératures anciennes (2h de linguistique, 2h de littérature latine, 2h de littérature grecque, 2h d’histoire de l’art antique ; 4h de traduction de textes grecs et latins).

BILAN :

Si mes calculs sont bons, où qu’ils fassent leurs études, les étudiants auront tous suivi, à l’issue de leur Licence, le même nombre d’heures d’enseignements fondamentaux en grec et en latin. Pour les six semestres de la Licence, cela représente :
-62 à 69h à la Sorbonne ;
-66h à Nanterre (+ 4h de travaux encadrés en grec et latin en première année, dans le cadre du tutorat).

La différence entre les deux formations ne se joue donc pas là. Si nous avons créé, à Nanterre, le parcours « Humanités classiques », c’est parce que nous sommes convaincus qu’il ne suffit pas, pour former de véritables spécialistes de l’Antiquité, de leur assurer la maîtrise des deux langues anciennes. Nous avons tenu à associer, dans les enseignements fondamentaux, toutes les disciplines qui participent à l’étude de l’Antiquité : la philologie, la littérature, la philosophie, l’histoire et l’histoire de l'art. Cette formation pluridisciplinaire est assez nouvelle en France, mais bien établie, et depuis longtemps, dans nombre de pays européens (« Classics » en Grande Bretagne, « Altertumwissenschaft » dans les pays de langue allemande, « studi classici » en Italie, « Sciences de l’Antiquité » en Suisse romande).

Au terme de ses six semestres d’études, le titulaire d’une Licence Humanités classiques aura ainsi suivi, en plus des cours de langues et littérature antiques :
- 4h de cours fondamentaux en philosophie ancienne
- 8h de cours fondamentaux en histoire ancienne
- 4h de cours fondamentaux en histoire de l’art antique.

Ce parcours  met également l'accent sur la transmission de l'héritage antique, de l'Antiquité au Moyen-Âge et à la Renaissance. Différents enseignements permettent d'étudier ce phénomène dans sa globalité :
- un cours de 2h destiné à éclairer la transition de l'Antiquité au Moyen-Âge
- 4h de Littérature médiévale et renaissante
- 2h de Philosophie médiévale et renaissante
- 4h d'Histoire médiévale.

L'étude des prolongements de l'Antiquité, trop souvent absente des parcours traditionnels en Lettres classiques, donne un sens profond à l'apprentissage des langues anciennes, en les replaçant au cœur de l'humanisme européen. Elle permet en outre aux étudiants qui se destinent à l'étude du Moyen-Âge et de la Renaissance de mettre à profit leur culture classique.

Quant à la littérature française, pour répondre à votre question, les étudiants du parcours « Humanités classiques » suivent les mêmes enseignements que ceux du parcours général « Humanités ».

L’avantage de cette pluridisciplinarité est de multiplier les possibilités de parcours et de recherche, par la suite. Pour ne prendre qu’un exemple, plusieurs choix s'offrent à l'étudiant du parcours « Humanités classiques » à la fin de la deuxième année. Dans la mesure où il a suivi tous les enseignements de Lettres et d'Histoire, il peut choisir, en troisième année :
- de poursuivre en Humanités classiques ;
- de rejoindre le parcours général de la Licence Humanités, option « Lettres modernes » ;
- de rejoindre le parcours général de la Licence Humanités, option « Histoire ».

Enfin, pour répondre à votre dernière question, la Licence Humanités avec l’une des quatre options actuelles (Lettres modernes, Lettres classiques, Philosophie, Histoire) équivaut à la Licence correspondant à l’option (Licence de Lettres modernes, de Lettres classiques, de Philosophie et d’Histoire), et permet d’accéder de plein droit au Master correspondant à Nanterre. Vous pourrez aussi, après une Licence Humanités à Nanterre, poursuivre vos études dans une autre Université. Le schéma de cette Licence est très proche de celui des CPGE. Or, que je sache, les Universités n’ont pas pour habitude de bouder les élèves qui ont reçu une formation pluridisciplinaire en prépa, bien au contraire !

J’espère avoir répondu à vos questions.

Chr. Bréchet

7

Quelle université choisir pour la licence de lettres classiques ?

Merci beaucoup, maintenant je suis beaucoup plus éclairé. Cette licence humanité classiques me séduit beaucoup et j'espère de tout coeur une fois mon bac en poche pouvoir faire partit des étudiants de Paris Nanterre en huminanité classiques.


Salve.



Aurelius.