Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Joyeux Noël à tous,
Lucretius, si vous avez vu une subordonnée introduite par « après que » au subjonctif – c’est fautif
Je sais qu’on ne trouve pas la grammaire toujours être logique mais ici elle l’est.

Il assassina sa femme peu après que je lui eus offert un cadeau de Noël.

Peu après que je lui eus offert un cadeau de Noël, il assassina sa femme.
Il n’y a aucune raison pour le subjonctif. Il a déjà offert le cadeau – c’est un événement réel suivi par l’assassinat.
Il assassina sa femme peu après que je lui eus offert un cadeau de Noël.
passé simple              passé antérieur -l’action a déjà eu lieu.               
Wyn

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Ce n'est pas l'avis de tous les grammairiens.
L'emploi du subjonctif dans ce cas de figure est encore qualifié d'incorrect par le Robert, mais pour combien de temps ?
Il y a des cas où son emploi peut se défendre.

Le grammairien Wilmet le rappelle : les puristes ont beaucoup crié au loup, ces dernières décennies. Dauzat a parlé de "solécisme", Le Bidois de "faute flagrante", Hanse de "mécanisation aberrante", Laurent de "grave offense à la syntaxe", Pierre-Henri Simon étant allé jusqu'à y voir "le symptôme non négligeable d'un certain dérèglement de l'esprit". Comme le commente Wilmet : bigre !

En 1975, Grevisse donne tout de même des exemples d'emploi du subjonctif chez Gide, Georges Duhamel, François Mauriac, Camus, Jules Roy, Léautaud, Thierry Maulnier, Marcel Brion, Henry Bordeaux, Aragon (Excusez du peu !)... Et il écrit alors en nuançant (c'est moi qui souligne)  : "Il conviendrait, en attendant que l'usage se soit nettement déclaré, de tenir pour suspecte la construction de après que avec le subjonctif ".

Vingt ans plus tard, le même Grevisse écrit : "On observe une tendance, surtout forte à partir du deuxième tiers du XXe siècle, à faire suivre après que du subjonctif ". Et il précise: "Cette tendance a fait l'objet de vives critiques. Elle paraît pourtant irrésistible quoique l'indicatif ne soit nullement périmé."

Quand on évoque notamment un fait futur, après tout, il y a toujours une part d'éventualité plus ou moins grande.

Dans "Tu reviendras après qu'il soit parti.", par exemple, le départ n'est pas forcément certain... Et l'emploi du subjonctif n'est pas si absurde.

23

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Jehan a écrit :

Dans "Tu reviendras après qu'il soit parti.", par exemple, le départ n'est pas forcément certain... Et l'emploi du subjonctif n'est pas si absurde.

Bonsoir.
Dans cette dernière phrase, rien n'est vraiment certain, puisqu'il s'agit d'une projection dans l'avenir. La logique de système demande l'usage du futur antérieur : "Tu reviendras après qu'il sera parti", et il me semble que cela posera moins de problème que dans le cas de phrases au passé. Parce que dans ce dernier cas, on est obligé d'user du passé antérieur, temps qui a finalement très peu d'emplois et qui meurt de sa belle mort, même s'il n'eût point été achevé par un ministre en exercice sur un plateau de télévision. C'est ce passé antérieur mal maîtrisé qui entraîne l'emploi du subjonctif présent, bien vivant, lui, après "après que". Telle est du moins mon analyse.
Je profite de l'occasion pour me présenter : Frédéric, professeur de lettres classiques en lycée dans l'académie d'Aix-Marseille.
Bonne soirée.

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Dans beaucoup de phrases, cependant, après que est réglementairement suivi du passé composé, lequel n'est pas vraiment, lui, un temps tombé en désuétude... Cela n'empêche pas ce passé composé, lui aussi, d'être souvent remplacé par un subjonctif passé. D'ailleurs, la question initiale de ce fil était :

Qu'écririez-vous ?
Après que vous nous ayez donné....
ou bien
Après que vous nous avez donné....

L'explication n'est donc peut-être pas si simple.

25

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Il me semble aussi qu'il y a un problème de temps, mais précisément ce problème concerne celui qui est le plus usité, à savoir le passé composé. En effet, si je dis, "les fourmis danseront après que les araignées seront parties", le déroulement est clair. Nous avons un fonctionnement où le temps simple s'oppose au temps composé. Mais pour peu que la principale soit au passé composé, cela sonne beaucoup moins bien : "les fourmis ont dansé après que les araignées sont parties", car le temps composé ne s'oppose pas à un temps simple. De sorte que le passé composé est victime ici de son succès.

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Et dans ces cas, la tentation est grande d'envoyer paître après que :
"Les fourmis ont dansé après le départ des araignées."
et aussi "Les fourmis danseront après le départ des araignées".
Plus élégant, et autant d'informations.
Tout cela sans verbe supplémentaire à conjuguer...

27

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Oui, je suis également partisan de l'élimination d'après que, il est dans ma liste personnelle des proscriptions.

28

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Bonjour,

Et qu'en est-il de l'expression "à ce que" ? Exemple :"vous n'êtes pas mariés à ce que je sache/sais" ?

Merci d'avance !

29

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

"A ce que" est une forme emphatique de la conjonction "que".
Simple subjonctif donc : Que je sache, que tu saches, etc.

Cordialement.

30

Après que... Indicatif ou subjonctif ?

Jehan a écrit :

En 1975, Grevisse donne tout de même des exemples d'emploi du subjonctif chez Gide, Georges Duhamel, François Mauriac, Camus, Jules Roy(... )
Vingt ans plus tard, le même Grevisse écrit : (..).

Pardon, mais en 1995, il respirait les pissenlits par la racine depuis quinze ans déjà.