Passé simple et passé composé

Je suis gallois et je parle anglais et gallois couramment. J’apprends français depuis ma retraite anticipée. Je suis étranger et débutant. J’ai un problème avec la différence entre le passé composé et le passé simple. Dites-moi si j’ai raison ou non!
    Je comprend que le passé composé exprime un événement accompli antérieur au présent et qui a un lien avec le présent.
    Vous dites que le passé simple n’a aucun lien avec le présent ou le moment de l’énonciation -  mais les exemples que vous proposez :-
    Hier, à quatorze heures, il neigea.
    Hier, il lut un roman policier.
    Dés que vous employez ‘Hier’ il y a immédiatement un lien avec le présent ou le moment de l’énonciation  - ‘hier’ c’est le jour avant aujourd’hui! (Peut-être j’ai tort?)
    Je peux comprendre
    La veille, à quatorze heures, il neigea.
    La veille, il lut un roman policier.
    Ce soir-là, il lut un roman policier.
    Cette dynastie régna dix siècles.
    Pourquoi ne dit-on pas
    Hier soir, il a lu un roman policier.
    Ça veut dire - c’est une action accomplie qui avait lieu hier - antérieur au présent.
    Peut-être ai-je des difficultés qui n’existent pas pour les français.
    En anglais le passé composé ( the perfect tense) existe seulement pour exprimer l’état qui existe dans le présent suivant une action du passé. En français c’est plus que ça?
    On peut dire
    J’ai perdu mes clefs. - ça veut dire Je n’ai pas de clefs ( présent) - Mes clefs sont perdues. ( présent) (dite- moi si J’ai raison ou non) - c’est le seul usage en anglais.
    Mais on peut dire aussi en français
    Hier soir, j’ai perdu mes clefs dans le jardin. - cette phrase, peut-être donne-t-elle plus d’importance à l’action accomplie elle-même qu’à l’effet que l’action a eu dans le présent? (On ne peut pas employer l’équivalent en anglais - il faut employer le temps passé).
    Je vous prie d’excuser mes fautes.
    Merci d’avance. Wyn

Passé simple et passé composé

Bonjour et bravo pour cet intêret pour notre langue
En fait le passé simple a tendance à disparaître de l'usage courant. On dira plus "hier, il a neigé" que "hier, il neigea" Mais "hier, il neigea" est bien une action révolue et qui n'a plus rien à voir avec le présent. Sauf s'il y a une incidence sur ce qui arrive aujourd'hui
"Hier, il a neigé, et ce matin le jardin est tout blanc"

Passé simple et passé composé

Bonsoir !

On dit souvent que :

1 le passé simple évoque un événement complètement terminé au moment du récit :
* Un cheval PASSA ; les poules SUIVIRENT, remplies d'espoir. (Giraudoux)

2 le passé composé évoque un événement passé encore en contact avec le présent :
a- soit par ses conséquences,
* Mon cher, cette nuit, je t'AI FAIT cocu. (Prince de Ligne à l'amant de sa femme)

b- soit parce qu'il appartient à une période récente,
* J'AI TRAVAILLE toute la matinée à la lecture des épreuves d'un de mes poèmes et j'AI ENLEVE une virgule. Cet après-midi, je l'AI REMISE. (Oscar Wilde)

c- soit parce qu'il marque l'antériorité :
- par rapport au présent :
* Il n'y a plus d'anthropophages dans le pays depuis que nous AVONS MANGE le dernier. (Feydeau)
- ou par rapport au futur :
* Si demain mon mari n'EST pas RENTRE, j'offrirai une bonne récompense à celle qui se le gardera.

C'est exact, mais, dans la pratique, on observe que :
1 les deux temps (tense) ont une valeur d'accompli,

2 le passé simple convient surtout au récit d'événements relativement lointains, notamment aux récits historiques,
* Un plat de champignons me LAISSA seul au monde. (Sacha Guitry)
* On prétend que Pénélope FUT la dernière épreuve d'Ulysse. (Cocteau)

3 le passé simple ne convient plus guère qu'à l'écrit et à la troisième personne,

4 en raison de l'étrangeté de ses formes, il est de plus en plus concurrencé par le passé composé.

Les deux temps peuvent aussi exprimer des vérités intemporelles :
* Entre Bacchus et le sacré vallon, toujours on VIT une étroite alliance (La Fontaine)
* Un accident EST vite ARRIVE, comme dit ma soeur.

Sur ce, bonne nuit, notamment à notre Gallois bienvenu !
Edy

Passé simple et passé composé

Merci à tous pour les réponses que vous avez faites avec le plus grand soin.
Edy, je comprends tout ce que vous m’avez expliqué. Cependant il reste toujours un problème –il s’agit du mot ‘HIER’ Les deux phrase
Hier, il lut un roman policier.
Hier, à quatorze heures il neigea.
me posent des difficultés.
Si la signification de ‘hier’ est ‘yesterday’ vraiment, le jour avant aujourd’hui puis le temps de l’énonciation est aujourd’hui – et il y a un lien avec le présent.
Léah a dit que ‘‘Hier, il neigea.’ est bien une action révolue.’ Puis, en français le mot ‘hier’ peut avoir la même signification que ‘ la veille’ et qu’on peut employer ‘hier’ pour exprimer ‘ le jour avant ce jour-là’ – c'est-à-dire ‘la veille’?
Imaginez qu’on écrit un roman situé dans le passé en employant le troisième personne  et qu’on établit le temps passé de son roman.
‘Ce jour-là il faisait froid.’ Un certain temps du passé a été établi.
Peut-on employer les phrases suivantes après la première
Hier il neigea.
La veille, il neigea.
Ou pour exprimer l’antériorité devrait-on employer
La veille, il avait neigé. ( action accompli antérieur au temps établi)
Pour moi, C’est le mot ‘HIER’ qui pose le problème.
Peut-on employer ‘demain’ et ‘hier’ dans un discours indirect du passé ou doit–on employer ‘le lendemain’ et ‘la veille’
Je trouve des difficultés à expliquer mes problèmes en français. C’est bien difficile de le faire en anglais.
Merci Wyn

Passé simple et passé composé

On peut mettre les deux temps après hier
Hier, il finit le roman policier qu'il avait commencé la veille
ou
Hier, il a fini le roman policier qu'il avait commencé la veille
La veille : oui c'est bien le jour d'avant un jour quelconque.
Hier signifie plus précisément "la veille d'aujourd'hui"

Le passé simple indique une action de courte durée et accomplie dans le passé ; le plus-que-parfait (qu'il avait commencé dans ces phrases) indique une action complètement achevée, parfaite.

Passé simple et passé composé

Bonsoir !

Le passage du discours direct au discours indirect entraîne une transformation des adverbes de temps et de lieu, lorsque le temps et le lieu ne coïncident pas avec ceux du récit.

* Je t'ai dit dimanche : "Je t'ai payé hier."
→ Je t'ai dit dimanche que je t'avais payé la veille.

* Je t'ai dit l'autre jour : "Je te payerai demain."
→ Je t'ai dit l'autre jour que je te payerais le lendemain.

* Je t'ai dit hier : "Je te payerai demain."
→ Je t'ai dit hier que je te payerais aujourd'hui.

* Je t'ai dit : "J'habite ici."
→ Je t'ai dit que j'habitais ici / là.

Donc, par analogie :
* Ce jour-là, il faisait (imparfait de description) froid.
Il avait neigé la veille (antériorité, accompli).

Ai-je répondu à vos interrogations ?

Cordialement,
Edy

7

Passé simple et passé composé

Bonjour Wyn

Tout d'abord le Gaulois que je suis salue le Gallois que vous êtes.
Je suis désolé du retard mis à vous répondre malgré mes promesses.

Il faudrait d'abord que vous examiniez les deux situations d'énonciation que sont l'énoncé ancré et l'énoncé coupé.

La situation d'énonciation est la situation dans laquelle a été émise une parole, ou dans laquelle a été produit un texte. Celle-ci permet, grosso modo, de déterminer qui parle à qui (ou : qui écrit à qui), et dans quelles circonstances.

L'acte d'énonciation met en scène des actants et des circonstants (on peut les résumer ainsi : « je », « tu », « ici » et « maintenant »). Or, selon que les actants et les circonstants de la situation d'énonciation sont ou non présents dans un énoncé donné, celui-ci sera dit ancré ou bien coupé de la situation d'énonciation.

Énoncé coupé de la situation d'énonciation
Un énoncé coupé de la situation d'énonciation (on dit aussi : un plan non embrayé) ne comporte aucun indice (ou embrayeur) permettant de repérer celle-ci. Il s'agit souvent du récit, mais également des énoncés sentencieux, des textes de lois, des proverbes, des modes d'emploi, des descriptifs techniques, des démonstrations scientifiques, etc. (et généralement, cela concerne l'écrit) :
« Les Parisiens se sont emparés de la Bastille le 14 juillet 1789. »

Énoncé ancré dans la situation d'énonciation
Un énoncé ancré dans la situation d'énonciation (on dit aussi : un plan embrayé) comporte au moins un indice (ou embrayeur) permettant de repérer celle-ci. Il s'agit souvent du discours oral :
Aujourd'hui Jean-Luc dit à Wyn qu'il n'a pas pu lui répondre hier, ici, sur ce forum.

Les déictiques (ou «embrayeurs») sont des mots ou des locutions dont le sens est toujours lié au contexte d'énonciation: adverbes comme «ici», «là», «maintenant», «hier», «tout à l'heure», certains adjectifs et pronoms démonstratifs, les possessifs, etc.

Pour l'énonciation de faits passés, le français utilise
- dans l'énoncé ancré, l'imparfait et le passé composé :
Hier, je travaillais (notion de durée ou d'arrière-plan) et je n'ai pas pu vous répondre (action brève, de premier plan et/ou complètement achevée au temps de l'énonciation, ici le présent).
- dans l'énoncé coupé, l'imparfait (notion de durée) , le passé simple (action brève, de premier plan , plus littéraire) et le passé composé (action brève, de premier plan et/ou complètement achevée au temps de la fiction) :
La veille je travaillais, je ne pus vous répondre (ou je n'ai pu vous répondre).

J'espère ne pas trop compliquer les explications d'Edy et vous permettre d'ordonner vos connaissances selon une grille d'analyse moderne.

Cordialement.

Passé simple et passé composé

Bonsoir Wyn,

Si Jean-Luc veut bien  me permettre un emprunt, je voudrais juste te faire remarquer que tu raisonnes plus en "Gallois anglophone" qu'en "Gaulois francophone".   
Selon moi en effet, la distinction fort savante que tu fais entre passé composé, imparfait et passé simple s'apparente beaucoup au distinguo, non moins subtil pour nous, que font les anglophones entre present perfect et preterit.
Mais ce n'est que mon avis d'angliciste.
A mon niveau et plus simplement, je dirais que la différence d'emploi entre passé composé et passé simple tient davantage à l'évolution de notre langue parlée et sa prépondérance de plus en plus marquée de nos jours sur la langue écrite.
Ma mère, issue d'un milieu rural et qui n'avait fait que des études primaires, disait couramment "Je fus à X l'an passé" quand nous aurions dit "Nous sommes allés à X l'an passé".
Il est vrai que ma mère fréquenta l'école au cours de la première décennie du XIXe siècle et ceci explique probablement cela.
Hope it helps.

Passé simple et passé composé

Bonne année,
Merci à tous pour les réponses que j’apprécie beaucoup. Evidement je n’ai pas réussi à vous faire comprendre le problème qui est le mien – ce n’est pas manifestement, de problème pour les français.
C’est l’usage de (HIER + le PASSÉ SIMPLE) qui me trouble.
J’ai longuement réfléchi sur le problème et je suis arrivé à ces conclusions.
(1) Dans presque tous les exemples proposés par Edy et par Jean Luc il y a une personne (Je) qui adresse à une autre (te ou vous). J’envisage une personne qui soit parle à ou bien écrit une lettre à l’autre personne.
Il est évident que l’énonciateur est présente au moment de l’énonciation. Pour lui, ce moment-là est le présent, même si ce moment a eu lieu il y a des siècles. Naturellement quand il parle du jour précédent il emploie « Hier ». Mais je pense que dans la langue parlante ou dans une lettre on n’utilise pas le passé simple! Puis je comprends
« Hier, je travaillais et je n’ai pas pu vous répondre. »
« Comme tu sais, mon fils est assez doué. Hier, il a lu un roman de Troyat. »
Peut-être y-a-t-il certains dans le sud qui diraient ?
« Hier, je travaillait et je ne pus vous répondre. »
« Comme tu sais, mon fils est assez doué. Hier, il lut un roman de Troyat. »
S’il existe, c’est beaucoup plus rare tout de même ?

Même dans l’exemple de l’énoncé coupé – il y a une personne qui adresse à une autre.
« La veille, je travaillais et je ne pus vous répondre »
C’est soit une personne qui PARLE à ou qui ECRIT une lettre à une autre d’un temps dans le passé. Sûrement, on emploie plus souvent le passé composé
« La veille, je travaillais et je n’ai pas pu vous répondre »

Tous ces exemples n’ont rien à faire avec la NARRATION d’un roman.
(2) Dans un récit littéraire du passé, comment peut-on employer Hier + passé simple dans la narration ? Quand je vois une phrase écrite en employant le PASSÉ SIMPLE je déduis que c’est une phrase prise d’un récit littéraire. Puis, je sais que l’écrivain écrit, dans son présent à lui, d’un passé (lointain) dans lequel il n’est pas présent. Puis dans la narration peut-il employer « Hier » parce qu’il n’est pas présent à ce moment-là ? Oui ces personnages sont présents et on trouve « Hier » dans le discours direct quand ils se parlent l’un à l’autre.
Je comprends
Il était assis devant la cheminée, les flammes multicolores dansaient sur le mur. Il faisait froid. La veille, à quatorze heures, il avait neigé.
Troyat écrit
Les fleures déposées sur la tombe la veille étaient déjà à demi fanées.

Voila mes pensées :
Peut-être, (si c’est possible) l’écrivain pour entrer dans les pensées d’un personnage, emploie « Hier » c'est-à-dire c’est comme il devient le personnage lui même
Il était assis devant la cheminée, les flammes multicolores dansaient sur le mur. Il faisait froid. Hier, à quatorze heures, il neigea.
ou
Il était assis devant la cheminée, les flammes multicolores dansaient sur le mur. Il faisait froid. Hier, il travaillait et à quatorze heures, il neigea.
Peut-être si l’écrivain écrit on employant le première personne « Je » - il joue un rôle dans l’histoire -- peut il employer « Hier » plus facilement parce qu’il était présent à ce moment-là (le moment de l’énoncé) ?
J’étais assis devant la cheminée, les flammes multicolores dansaient sur le mur. Il faisait froid. Hier, je travaillais et à quatorze heures il neigea.
J’avais beau chercher, en relisant plusieurs livres, je n’ai pas réussi à trouver ni « Hier » ni « Hier+ passé simple » dans la narration.
Pagnol dans «  La Gloire de mon père » utilise la première personne «  Je » mais il emploie toujours "a veille" ou "le lendemain" dans la narration.

Écrivez–moi, s’il vous plaît, un petit scénario de plusieurs phrases pour créer le contexte dans lequel la phrase exacte « Hier, à quatorze heures, il neigea » ou bien « Hier il lut un roman policier » est dans la NARRATION.
Cela suffira pour moi et je ne serai plus un fléau et peut-être pas toujours le cancre du forum.
Cordialement Wyn

Passé simple et passé composé

Bonsoir Win,

AUJOURD'HUI, le 11 janvier 2007, je vous ENVOIE quelques lignes comme vous l'avez demandé dans votre message. Veuillez me pardonner de ne pas l'avoir fait HIER, ainsi que vous l'auriez désiré, mais, à ma décharge... HIER, à QUATORZE HEURES, IL NEIGEA !!! ce qui m'empêcha de porter la lettre à la boîte postale !!!         (= Il se mit à neiger (action subite/passé simple) à quatorze heures la veille d'aujourd'hui, donc hier).

DANS LE PASSé, le 11 janvier 1827 (mon Dieu ! que je suis vieille !!!), je vous ENVOYAI quelques lignes comme vous l'aviez demandé dans votre message. Veuillez me pardonner de ne pas l'avoir fait LA VEILLE, ainsi que vous l'auriez désiré, mais, à ma décharge... LA VEILLE, à QUATORZE HEURES, IL NEIGEA !!! ce qui m'empêcha de faire porter la missive à la diligence du soir !!!       (Il se mit à neiger (action subite/passé simple) à quatorze heures la veille d'un jour passé, donc "sa" veille, et pas "son" hier).

P.S. On peut en faire une narration :
Aujourd'hui, le 11 janvier 2007, Célestine envoie quelques lignes à Jules comme il l'a demandé dans son message. Elle le prie de lui pardonner de ne pas l'avoir fait HIER, ainsi qu'il l'aurait désiré, mais, à sa décharge... HIER, à QUATORZE HEURES, IL NEIGEA !!! ce qui l'empêcha... etc.

Le 11 janvier 1827, Célestine envoya quelques lignes à Jules comme il l'avait demandé dans son message. Elle le pria de lui pardonner de ne pas l'avoir fait LA VEILLE, ainsi qu'il l'aurait souhaité, mais, à sa décharge... LA VEILLE, à QUATORZE HEURES, IL NEIGEA (?) (il avait neigé ?)... (de toute façon, on n'en sait rien, il n'y avait pas de relevés à l'époque !).

(Je ne suis sûre ni d'avoir raison, ni d'être claire, mais je crois que c'est un peu ce qu'a voulu dire Jean-Luc plus haut).

Muriel