Molière, Le Misanthrope, acte IV, scène 1

Bonjour,
Voila jai un commentaire composé à faire sur la première scène de  l'acte IV du Misanthrope de Moliere.
L'ennui est que je n'arrive pas du tout à démarer et à soulever une problematique!!

La replique que j'ai a étudié est la suivante:

Philinte

Non, l'on n'a point vu d'âme à manier, si dure, 
Ni d'accommodement plus pénible à conclure;
En vain, de tous côtés, on l'a voulu tourner,
Hors de son sentiment, on n'a pu l'entraîner;
Et, jamais, si différent si bizarre, je pense,  1135
N'avait de ces messieurs, occupé la prudence. (n'avait exercé la sagesse de messieurs les maréchaux)

Non, Messieurs, disait-il, je ne me dédis point,
Et tomberai d'accord de tout, hors de ce point:
De quoi s'offense-t-il? Et que veut-il me dire?
Y va t-il de sa gloire, à ne pas bien écrire?  1140
Que lui fait mon avis, qu'il a pris de travers?
On peut être honnête homme, et faire mal des vers;
Ce n'est point à l'honneur, que touchent ces
matières,
je le tiens galant homme en toutes les manières,
Homme de qualité, de mérite, et de cœur,1145
Tout ce qu'il vous plaira, mais fort méchant auteur.
Je louerai, si l'on veut, son train, et sa dépense,
Son adresse, à cheval, aux armes, à la danse;
Mais, pour louer ses vers, je suis son serviteur;
Et lorsque d'en mieux faire, on n'a pas le bonheur, 1150
On ne doit, de rimer, avoir aucune envie,
Qu'on n'y soit condamné, sur peine de la vie.
Enfin, toute la grâce, et l'accommodement,
Ou s'est, avec effort, plié son sentiment, 
C'est de dire, croyant adoucir bien son style, 1155
Monsieur, je suis fâché d'être si difficile;
Et, pour l'amour de vous, je voudrais de bon cœur,
Avoir trouvé, tantôt, votre sonnet meilleur,
Et dans une embrassade, on leur a, pour conclure,
Fait vite, envelopper toute la procédure. 1160

je pensais commencer sur les qualitées de la franchise d'Alcest car c'est sur quoi se base la réplique de philinte, mais l'aspiration me manque, je ne trouve même pas de plan!! 


Merci à ceux qui m'accorderons un peu de leur temps, toutes suggestions sont la bienvenue!

2

Molière, Le Misanthrope, acte IV, scène 1

Bonjour j'ai également un commentaire composé a faire sur cette tirade de Philinte s'adressant a Eliante.

J'ai du mal a compléter mon plan et a rédiger. Mon introduction et ma conclusion son plus ou moins rédigées.
Ma problématique serai:
" En quoi cette tirade de Philinte met elle en opposition le caractère singulier d'Alceste a la société dans laquelle il vit?"

j'ai commencé mon plan ainsi:
 
1° CARACTERE D'ALCESTE

-1) Asociabilité
             -description du caractère unique et singulier d'Alceste par Philinte (procédé d'insistance avec adverbes modélisateur pour renforcer)
             -a travers ses propres paroles Alceste se met a l'écart et montre son opposition "non" en debut de phrase= refus catégorique de changer d'opinion.
-2) Sincérité
             -argumentation d'Alceste:
éloge d'Oronte =termes valorisant insistance "honnête homme" "galant homme" "homme de qualité..."
                      =énumération de ses qualités, mvt ternaires
blâme d'Oronte= "fort méchant auteur" "faire mal des vers"= critique du sonnet de de la capacité d'Oronte a rimer. + questions rhétoriques et rythme rapide et "haché"

2°EN OPPOSITION AVEC SA SOCIÉTÉ

-1) incompatibilité d'opinion

Philinte parle de tentative d'effort par Alceste mais sans résultats+
Alceste s'excuse d'être si difficile
[j'ai du mal a compléter cette partie..]

-2) personnage incorruptible
début de la tirade de Philinte montre qu'il est incorruptible et qu'il est fidèle a son opinion. + début des paroles d'Alceste " je ne me dédis point...."


résumé de ma conclusion :
Alceste est présenté comme un personnage sincère et fidèle a son opinion,il en ressort donc une opposition inévitable entre sa société hypocrite ou règne la duplicité et la fausse politesse qu'il haï tant et ce personnage si franc et droit.


(je n'ai pas réussi a déterminer a quoi servent les négations dans les 3 premiers vers et dois je parler de la théorie d'Alceste = les nobles ne doivent pas travailler ?)

voila si quelqu'un peut me donner son avis (assez rapidement si possible bien sur!) et quelques conseils.. merci d'avance !!

3

Molière, Le Misanthrope, acte IV, scène 1

Ton plan fonctionne, mais je n'irais pas jusqu'à dire qu'Alceste est asocial ; en tout cas, ce n'est pas ce que dit la réplique à cet endroit précis de la pièce (contrairement à d'autres scènes, comme par exemple quand il demande à ce qu'on le laisse seul, ou quand il réclame le silence de Philinte).

Ici, on insiste plutôt sur son refus de flatter, de vouloir plaire, d'être complaisant : Alceste est celui qui refuse le compromis, au risque de déplaire, et en cela, il s'oppose bien à la société représentée dans la pièce.

Les premières négations insistent sur le caractère extraordinaire d'Alceste : un caractère rare (on n'a point vu...ni), et impossible à corriger.

La théorie d'Alceste est qu'on ne doit point écrire si on n'en a point le talent, surtout quand c'est pour flatter la vanité d'autrui : or Oronte écrit mal, et plus grave encore, il compose un sonnet pour plaire à Célimène, et pour la flatter, ce qui ne peut que déplaire au misanthrope, bien déterminé à ne pas flatter pour plaire.

4

Molière, Le Misanthrope, acte IV, scène 1

merci de m'avoir répondu si vite !
peut on considérer qu'Alceste fait  une sorte d'éloge d'Oronte, le flatte pour mieux le blâmer et exprimer son antipathie face a cette fausse politesse ?

5

Molière, Le Misanthrope, acte IV, scène 1

De rien !

Oui, tu peux dire cela, notamment en citant le laconique "tout ce qu'il vous plaira" : Alceste ne cherche manifestement pas à complimenter Oronte, c'est juste une concession qu'il fait à ses interlocuteurs pour mieux insister sur sa propre critique. Son discours, rapporté par Philinte, est très rhétorique, très construit.

Un petit truc qui serait sympa : donner de tes nouvelles quand tu auras la correction de ton professeur, pour savoir si l'aide donnée sur ce forum t'a été utile. 

Tu peux aussi nuancer incorruptible : ce terme désigne une qualité morale appréciée, mais on peut se demander, à l'échelle de la pièce toute entière, si Alceste n'est pas aussi quelqu'un d'exigeant, d'intransigeant, incapable de vivre en société. Dans ce cas, le fait d'être incorruptible se rapprocherait de l'obstination aveugle, et en tout cas, cela semble empêcher le personnage d'être heureux (voir la fin de la pièce, où il finit seul).
Le sens de la pièce n'est pas univoque, c'est ce que tu peux préciser, et le fait qu'Alceste soit incorruptible n'est pas forcément une de ses qualités.

6

Molière, Le Misanthrope, acte IV, scène 1

merci beaucoup vos conseils m'ont bien aidé a cibler la subtilité de mon sujet, je vous donnerai des nouvelles en espérant  avoir réussi ce devoir !!