Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Moi je propose : comment le poème de Ronsard constitue-t-il une drague originale ?*
* euh, je crois qu'il faudra trouver un autre mot que drague

52 (Modifié par Yvain 02/01/2016 à 16:55)

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Ce n'est pas davantage une problématique !
Je propose : le moi et l'autre (moi/Hélène, Moi/lecteur).

53 (Modifié par Laoshi 02/01/2016 à 17:02)

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Ah... Je m'en doutais.
Je n'ai jamais compris pourquoi on obligeait ces pauvres gamins à chercher cette fichue problématique qui leur pose tant de problèmes.  Je n'en vois d'ailleurs pas l'intérêt.
Que proposes-tu ?
....
Je viens de voir  ta proposition. Soit. Je te fais confiance.
Peux-tu me formuler cela sous la forme d'une question ?

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Euh... Je viens de le dire, et c'était très sérieux.

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Oui, j'ai vu.
Ce n'est pas une problématique.

56 (Modifié par Reynaldo Hahn 02/01/2016 à 17:29)

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

la plupart des questions qui arrivent sur la copie des eleves ont donc la plupart été reformulées (et/ou travaillé) par le prof...


Donc pour revenir au sujet:

peut-on dire "La représentation d'Helene: quel impact sur le lecteur?" ou encore "que nous révèle la représentation d'Helene?" ou encore "qu'apporte au lecteur la représentation d'Helene dans le poème de Ronsard"?

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

gabiana a écrit :

Oui, j'ai vu.
Ce n'est pas une problématique.

Je sé pas alors ce con appelle un problème à tiques.
Mé je suis daccor avec Madame Delia : Ronsard et un gros drageur qui s'la pète grave.

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Ne confondez pas problématique  avec simple question.
Une problématique révèle un problème, un paradoxe ou une contradiction.

Exemple non littéraire : le zèbre est-il blanc à rayures noires, ou noir à rayures blanches ?

L'intérêt de la problématique c'est de donner un fil conducteur : il y a un problème à résoudre.
C'est également demandé aux professeurs dans la construction de leurs séquences et je trouvais cela très porteur comme on dit. Cette problématique s'impose d'elle-même pendant la préparation et les recherches, il ne faut bien entendu pas commencer par elle !

Il faut chercher l'anomalie significative, selon l'expression de Pierre Slama  et dégager les oppositions.
Ici, le jeu des temps et des modes : indicatif futur et impératif, va et vient entre le présent et le futur.
A creuser et peut-être à rejeter.

59

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Donc trouver une problématique sur un sujet aussi précis que "le rôle de la représentation d'Helene" ne facilite pas la recherche.

Un vrai plaisir pour un candidat individuel...

Ronsard, Quand vous serez bien vieille...

Donc trouver une problématique sur un sujet aussi précis que "le rôle de la représentation d'Helene" ne facilite pas la recherche.

D'où sort ce sujet précis ?

Ce qui est problématique, d'ailleurs, c'est qu'il n'y pas vraiment de représentation d'Hélène dans le sonnet :

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise aupres du feu, devidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant :
Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle.


Tableau prospectif : Hélène est évoquée plus que représentée, non plus en Hélène de Troie mais en Parque, doublement Parque car elle file comme Clotho et dévide comme Lachésis.
Notons le nom Ronsard à l'attaque du quatrième vers. Hélène n'est pas nommée dans le sonnet.

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Desja sous le labeur à demy sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant,
Benissant vostre nom de louange immortelle.

Les servantes analphabètes connaissent Ronsard ! Ce qui n'est pas invraisemblable car au XVIe siècle la poésie se chante.

Je seray sous la terre et fantaume sans os :
Par les ombres myrteux je prendray mon repos :
Vous serez au fouyer une vieille accroupie,

Deux vers pour lui, un vers pour elle.

Regrettant mon amour et vostre fier desdain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dés aujourd'huy les roses de la vie. :

Mon amour ? Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est absent du texte, ce fameux amour.
Le sonnet est une évocation de la gloire posthume du poète.

Ronsard me célébrait , vraiment ? Ici, Ronsard se célèbre.