1

La littérature est-elle une bonne arme pour dénoncer des inégalités, défendre une cause ?

bonjour a tous.Je suis en première ST2S et je voudrais avoir de l'aide si possible pour une dissetation.
La question est " Pensez-vous que la littérature soit une bonne arme pour dénoncer des inégalités, défendre une cause" , sachant que l'objet d'étude porte sur la dénonciation de l'esclavage au siècle des Lumières.
Je vous propose mon plan, je ne sais pas s'il convient :
I) La littérature en ant qu'arme engagée
   a)véhiculer ses idées et développer un esprit critique
   b) eviter la censure grâce à l'implicite
   c) indentification du lecteur aux esclavagistes
II)La littérature n'est pas un si bon moyen de communication
   a) La littérature peut -elle vraiment changer les mentalités
   b)censure et propagande
   c) code noir et commerce triangulaire
III)La littérature sert à mobiliser l'opinion publique mais offre d'autres dimensions
   a) distraire pour éduquer
   b) ...
   c)...
Qu'en pensez vous?
merci d'avance.

La littérature est-elle une bonne arme pour dénoncer des inégalités, défendre une cause ?

Bonjour, je fais également ce sujet de dissertation, et j'aimerais avoir votre avis.

I- En quoi la littérature est-elle une arme ?

A) Les écrivains engagés qui écrivent une littérature engagée
Voltaire qui a du s'exiler, Hugo...

B) La littérature est un moyen de communication qui traverse les âges
L'allégorie de la caverne de Platon

C) Elle véhicule des idées
Critique de l'esclavage de Voltaire (et textes du Corpus)


II- Pourquoi est-elle efficace ?

A) Elle est convaincante par une argumentation codifiée
Texte argumentatif : Les lettres Persanes de Montesquieu

B) Elle peut éviter la censure
Réécriture d'Antigone de Jean Anouilh pendant la seconde guerre mondiale
Publication sous forme de "traduction" ou d'anonymat des contes philosophiques de Voltaire (Zadig, Candide)

C) Elle fait réfléchir à condition d'avoir les bases de ces idées


III- Les limites de la littérature

A) La littérature ne fait pas forcément changer d'avis
La propriété en tant que fin du monde dans l'origine de l'inégalité parmi les hommes de Rousseau

B) Un problème de culture et de connaissance
Pas tout le monde ne comprend l'ironie de de l'esclavage des nègres de Montesquieu

C) La littérature peut servir des maux de la société : la propagande
Mein kampf de Hitler

En remerciant d'avance ceux qui prendront la peine de me lire et de me corriger!

3

La littérature est-elle une bonne arme pour dénoncer des inégalités, défendre une cause ?

Bonsoir! 
Voilà, j'ai une dissertation de français à rendre très bientôt.

Le sujet est :
"Les auteurs ont "pris leur plume pour une épée" (Sartre). Pensez vous que la littérature est une bonne arme pour dénoncer des inégalités, défendre une cause ?"

J'ai déjà tout rédigé, mais c'est une fois fini que j'ai l'impression d'avoir fait un énorme hors sujet.. (je ne suis pas du tout une lumière en français, pas faute d'essayer.    ) Je suis en 1èreS.

Je me suis inspirée d'une correction de dissertation que j'avais eu à faire l'année dernière, la problématique était à quelque chose près la même.. Mais du coup il n'y a pas de thèse/antithèse et cela me perturbe. 

Introduction :
"L'écrivain est toujours de son temps" a affirmé Jean-Paul Sartre dans Situations. Pour lui, la littérature se doit d'être un engagement et se doit d'assumer une fonction politique et critique. C'est pourquoi nous pouvons nous demander si la littérature est un bon moyen pour dénoncer des inégalités, défendre une cause. Dans une première partie nous allons étudier les moyens explicites mis à disposition des auteurs afin qu'ils puissent dénoncer ce qui les scandalise, et dans une seconde partie nous allons voir les moyens implicites du combat.

Plan :

I. Les moyens explicites du combat
A. Les différentes formes d'écriture engagée
(pamphlet, lettre ouverte, essai, réquisitoire...)
exemple : l'article "Guerre" de Voltaire, Cyrano de Bergerac et ses lettres ouvertes "Contre les Médecins"
B. Les registres permettent également d'accentuer leur prise de position
registre polémique qui permet d'exagérer (exemple : le personnage de Lantier dans Germinal (Zola) qui se lance dans un plaidoyer, avec un vocabulaire péjoratif et une ponctuation agressive)
registre satirique qui permet de convaincre par le rire (exemple : Cyrano de Bergerac qui fait preuve d'humour lorsqu'il dénonce l'incapacité des médecins)
C. Les procédés qui permettent de convaincre plus aisément les lecteurs
procédés musicaux (exemple : Rimbaud dans son poème "A la musique" avec l'allitération du 'b' dans "de bureaux bouffis" qui dénonce l'immobilisme des bourgeois)
utilisation d'images (Jean Tardieu qui dénonce le nazisme en attirant la pitié des lecteurs par "de yeux de petits enfants")

[Phrase de transition]

II. Les moyens implicites du combat
A. La dénonciation par le biais de la fiction
(théâtre, fable, conte philosophique, apologue)
exemple : dans "L'amour médecin" et "Le médecin malgré lui" il dénonce l'incapacité des médecins
exemple : Dans "Les voyages à Lilluput" (Jonathan Swift) dénonciation des guerres de religion
B. La dénonciation par le biais de l'ironie.
L'ironie permet de convaincre les lecteurs, et il est dur de contredire les propos ironiques.
(exemple : Chapitre 3 de Candide (Voltaire) où il décrit la guerre comme un spectacle splendide, mais en réalité nous avons affaire à des propos ironiques. Il parle même de "boucherie héroïque"
C. Les risques de l'implicite
Les auteurs engagés implicitement prennent tout de même le risque de ne pas se faire comprendre correctement, car en effet les lecteurs n'ont pas toujours le même niveau intellectuel et pas la même capacité d'interprétation que les écrivains (manque d'alphabétisation).
Certains auteurs se risquent aussi à laisser l'esprit moraliste à leurs lecteurs
(exemple : La Fontaine, "Les Médecins" où il n'établie aucune morale, c'est les lecteurs qui doivent eux même la faire, la "deviner".)

Conclusion :

Les écrivains disposent donc d'une multitude de moyens pour parvenir à dénoncer ce qui les scandalise. Que ce soient par le biais de l'explicite ou de l'implicite, la littérature permet aux auteurs de défendre une cause, dénoncer des inégalités clairement, et fermement. Les écrivains ont donc le choix entre "prendre leur plume pour une épée" (Sartre) ou "corriger les hommes en les divertissant" (Molière).


J'ai écris les idées principales et dans ma dissertation j'ai développé un peu plus les exemples (j'ai rédigé 4 pages au total)
Merci d'avance de votre aide... Je croise les doigts, bisous.