Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Bonjour, je suis élève en classe de première S. Mon professeur de français nous a demandé un travail de lecture analythique.

j'ai trouvé mes differents axes :
- Une scène vue restituée comme un témoignage
- Une anecdode tragique traitée avec émotion
- Un acte d'accusation percutant vu l'âge de la victime. Les sarcasmes du poète.

J'ai aussi trouvé le contenu des deux premières axes, en revanche, j'aurai besoin d'aide, s'il vous plait, pour la troisième axe; j'ai déjà trouvé:

-Ironie et sarcasmes
-La famille, l'aglise et la société sont trois critères qui structurent la pensée d'Hugo. Loin de sauver ces trois aspects, le régime actuel les détruit. La mort de l'enfant en est la preuve "vivante".

En plus mon professeur m'a demandé de parler de la construction du texte (en 3 grandes parties) mais je n'arrive pas vraiment à les trouver.


Mais là, je bloque et je ne sais pas quoi rajouter ... Vouriez vous m'aider s'il vous plait ?                        Merci d'avance .Voici le texte en complément :

L'enfant avait reçu deux balles dans la tête.
Le logis était propre, humble, paisible, honnête ;
On voyait un rameau bénit sur un portrait.
Une vieille grand'mère était là qui pleurait.
Nous le déshabillions en silence. Sa bouche,
Pâle, s'ouvrait ; la mort noyait son oeil farouche ;
Ses bras pendants semblaient demander des appuis.
Il avait dans sa poche une toupie en buis.
On pouvait mettre un doigt dans les trous de ses plaies.
Avez-vous vu saigner la mûre dans les haies ?
Son crâne était ouvert comme un bois qui se fend.
L'aïeule regarda déshabiller l'enfant,
Disant : -Comme il est blanc ! approchez donc la lampe.
Dieu ! ses pauvres cheveux sont collés sur sa tempe !
Et quand ce fut fini, le prit sur ses genoux.
La nuit était lugubre ; on entendait des coups
De fusil dans la rue où l'on en tuait d'autres.
- Il faut ensevelir l'enfant, dirent les nôtres.
Et l'on prit un drap blanc dans l'armoire en noyer.
L'aïeule cependant l'approchait du foyer
Comme pour réchauffer ses membres déjà roides.
Hélas ! ce que la mort touche de ses mains froides
Ne se réchauffe plus aux foyers d'ici-bas !
Elle pencha la tête et lui tira ses bas,
Et dans ses vieilles mains prit les pieds du cadavre.
- Est-ce que ce n'est pas une chose qui navre !
Cria-t-elle ; monsieur, il n'avait pas huit ans !
Ses maîtres, il allait en classe, étaient contents.
Monsieur, quand il fallait que je fisse une lettre,
C'est lui qui l'écrivait. Est-ce qu'on va se mettre
A tuer les enfants maintenant ? Ah ! mon Dieu !
On est donc des brigands ! Je vous demande un peu,
Il jouait ce matin, là, devant la fenêtre !
Dire qu'ils m'ont tué ce pauvre petit être
Il passait dans la rue, ils ont tiré dessus.
Monsieur, il était bon et doux comme un Jésus.
Moi je suis vieille, il est tout simple que je parte
Cela n'aurait rien fait à monsieur Bonaparte
De me tuer au lieu de tuer mon enfant ! -
Elle s'interrompit, les sanglots l'étouffant,
Puis elle dit, et tous pleuraient près de l'aïeule .
- Que vais-je devenir à présent toute seule ?
Expliquez-moi cela, vous autres, aujourd'hui.
Hélas ! je n'avais plus de sa mère que lui.
Pourquoi l'a-t-on tué ? je veux qu'on me l'explique.
L'enfant n'a pas crié vive la République. -
Nous nous taisions, debout et graves, chapeau bas,
Tremblant devant ce deuil qu'on ne console pas.

Vous ne compreniez point, mère, la politique.
Monsieur Napoléon, c'est son nom authentique,
Est pauvre, et même prince ; il aime les palais ;
Il lui convient d'avoir des chevaux, des valets,
De l'argent pour son jeu, sa table, son alcôve,
Ses chasses ; par la même occasion, il sauve
La famille, l'église et la société ;
Il veut avoir Saint-Cloud, plein de roses l'été,
Où viendront l'adorer les préfets et les maires
C'est pour cela qu'il faut que les vieilles grand'mères,
De leurs pauvres doigts gris que fait trembler le temps
Cousent dans le linceul des enfants de sept ans.

2 décembre 1852. Jersey

2

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Pour la construction du texte, tu peux partir sur un apologue :
- une description, la toile de fond,
- les propos de l'aïeule,
qui constituent la partie narrative
- la morale, les réflexions qu'en tire le poète-journaliste-polémiste.

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Oui j'y ai pensé aussi, mais peut-on vraiment dire que c'est un apologue ? 

D'autre part pour la construction du texte, j'avais trouvé :
- Une partie du genre auteur/narrateur ...
Mais je n'ai pas su trouvé les autres...


Merci pour la réponse.

4

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Un apologue est un court récit suivi d'une morale.
Rien n'interdit qu'un apologue soit tiré d'un fait réel.

5

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Bonjour, en fait pour moi il s'agit de faire une conclusion pour ce texte que je devrais passer à l'oral et en préparant ma fiche de révision je me suis rendue compte que je n'arrivais pas à faire une conclusion. L'ouverture je dois la faire sur l'oeuvre ou sur la période historique?

6

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Bonjour,

L'ouverture est à réaliser sur la suite de l'engagement de Victor Hugo qui, par ses prises de position très polémiques à l'encontre de Louis-Napoléon Bonaparte, a dû s'exiler. C'est le début d'une série d'oeuvres violentes comme les Châtiments, Napoléon le petit...

7

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

MERCIIIIIIIIIII de votre aide!!!!!!!!!!!!

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Bonjour à tous,
je dois rendre une lecture analytique jeudi qui est sur "Souvenir de la nuit du 4 " de Victor Hugo.
Pour "nourrir" ma conclusion j'aurais besoin de citer au moins un auteur ayant lui aussi critiqué/protester contre Napoléon III ( son coup d'état, etc..)

voila merci beaucoup de votre aide, j'ai beaucoup de mal à trouver seule
Biz, Xaanoh merci pour le reclassement de mon message

donc la conclusion devrait traiter de son exil et des œuvres violentes qui en sont issues ?
ne faut-il pas plutôt partir sur un autre auteur de la période ?

9

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Bonjour j'ai besoin d'aide pour adapter mon plan 

Quels sont les différents registres employés par l’auteur ?


I. Un tableau réaliste et pathétique
II. Un violent réquisitoire

J'arrive pas à adapter  mon plan   surtout que  Dans Souvenir de la nuit du Quatre il y'a 3 registres ; polémiques , pathétiques et réaliste le polémique me pose problemes !!!!    

10

Hugo, Les Châtiments, Souvenir de la nuit du 4

Je ne connaissais pas le registre réaliste. A quoi correspond-il ?