391

Concordance des temps

En effet, j'avais omis le verbe 'pouvoir'.

392

Concordance des temps

J'ai juste juxtaposé une autre réponse, une autre suggestion ...

393

Concordance des temps

La phrase écrite par Floréale est la bonne réponse et la phrase correcte dans un français très soutenu, mais qui n'est plus guère utilisé à l'oral.
Le subjonctif imparfait passe encore à la troisième personne du singulier, mais aux autres personnes, cela est devenu plus inaccoutumé pour nos oreilles modernes.

394

Concordance des temps

Donc on utilise l'imparfait du subjonctif à chaque fois.
Merci beaucoup à vous tous

395

Concordance des temps

A l'écrit oui. A l'oral, le présent du subjonctif est toléré.

396

Concordance des temps

Merci Laoshi.

Une autre question de concordance des temps :

Dans la phrase : "Si vous aviez fait des recherches à propos de vos ancêtres, vous auriez découvert que vous descendez d'une famille noble connue",
faut-il mettre le verbe descendre à l'imparfait ou le verbe au présent est correct ?

Merci

397

Concordance des temps

Le verbe au présent est correct.
Vous descendez d’une famille noble au moment où je vous parle.
Mais on ne saurait refuser l’imparfait appelé par la concordance des temps, et qui néanmoins implique que l’ascendance noble est un fait réel et toujours d’actualité.

398

Concordance des temps

Encore merci pour vos précieux messages !

399

Concordance des temps

Bonsoir,

Peut-on dire : "Il ne fallait pas qu'on l'ennuie !" ?
Ou doit-on écrire : "Il ne fallait pas l'ennuyât !" ?

Peut-on écrire : "Sans qu'il prît la peine de le questionner, il lui dit ce qu'il savait sur les courses de chevaux." ?
Ou doit-on écrire : "Sans qu'il eût pris la peine de le questionner, il lui dit ce qu'il savait sur les courses de chevaux." ?

Un grand merci pour vos réponses 
Bonne soirée

Concordance des temps

Bonsoir.

Si l'on suit la règle classique, subjonctif imparfait :
Il ne fallait pas qu'on l'ennuyât !
Mais dans un registre courant, le subjonctif présent est admis :
Il ne fallait pas qu'on l'ennuie !

Dans la deuxième phrase, il peut y avoir ambiguïté au sujet des "il".
Si la personne qui ne questionne pas est la même que la personne qui dit ce qu'il sait, mieux vaut écrire :
Sans prendre la peine de le questionner, il lui dit ce qu'il savait sur les courses de chevaux.
Sinon :
Sans que l'autre prît / prenne la peine de le questionner, il lui dit ce qu'il savait sur les courses de chevaux.