1

Hugo, L'Art d'être grand-père, I, 9, Fenêtres ouvertes - Le matin - En dormant

Bonjour à tous j'ai un commentaire à a faire pour la semaine prochaine. J'ai fait pas mal de recherches mais je n'arrive pas à mettre mes idées en forme pour établir un bon plan. Voici le poème.

Fenêtres ouvertes

Le matin - En dormant [Victor Hugo]

J'entends des voix. Lueurs à travers ma paupière.
Une cloche est en branle à l'église Saint-Pierre.
Cris des baigneurs. Plus près ! plus loin ! non, par ici !
Non, par là ! Les oiseaux gazouillent. Jeanne aussi.
Georges l'appelle. Chant des coqs. Une truelle
Racle un toit. Des chevaux passent dans la ruelle.
Grincement d'une faux qui coupe le gazon.
Chocs. Rumeurs. Des couvreurs marchent sur la maison.
Bruits du port. Sifflement des machines chauffées.
Musique militaire arrivant par bouffées.
Brouhaha sur le quai. Voix françaises. Merci.
Bonjour. Adieu. Sans doute il est tard, car voici
Que vient tout près de moi chanter mon rouge-gorge.
Vacarme de marteaux lointains dans une forge.
L'eau clapote. On entend haleter un steamer.
Une mouche entre. Souffle immense de la mer.

Je n'ai pas vraiment d'idée de plan mais je vais vous donner mes idées.

J'ai d'abord étudié la poésie et j'ai trouvé pas mal de choses:

- poème composé en vers libre, significatif de la 2ème moitié du XIXème siècle, les poètes se sont libérés des contraintes portant sur la forme du poème.
- composés d'alexandrins tout le long du poème.
- rimes plates, suivies. Beaucoup de rimes normales et riches. Poème fini par une rime masculine ce qui montre une fin brutale.
- pas d'alternance rimes féminines/rimes masculines. Change de la poésie classique.
- rimes quasi-identiques au début et à la fin du poème. Sorte de retour au début.
- le poème est proche du style lyrique (expression des sentiments personnels) mais il ne s'agit pas d'une lamentation. On est proche du style lyrique mais on n'est pas complètement dedans.
- le temps utilisé est toujours le présent, montre une continuité de l'action, décrit ce qui se passe au moment même.
- champ lexical du bruit : "cris", "gazouillent", "apellent", "voix", "chants", "grincellement", "bruits". Montre l'identité sonore du poème.
- champ lexical des animaux : "oiseaux", "coqs", "chevaux", "rouge-gorge", "mouche"
- 2 enjambement dans le poème : "une truelle racle le toit" et "car voici que vient tout près de moi chanter mon rouge-gorge". Ces enjambements permettent d'étirer le vers et de créer une impression de durée d'écoulement.
- Présence d'une antithèse avec Bonjour et Adieu qui se contredisent.
- Beaucoup de phrases nominales : "cris des baigneurs", "lueurs à travers ma paupière", "chant des coqs", "bruits des baigneurs".

J'ai fait également une partie sur la présence du son dans le poème :

- description du paysage comparable à une description visuelle : "des chevaux passent dans la ruelle", "sifflement des machines chauffées".
- la musique fait partie du paysage : "musique militaire arrivant par bouffées"
- son à localiser, caractère directionnel du son : "plus près!"; "plusloin!"; "par ici!", "non, par là!".
- le son amène sa part d'émotion : "chocs", "rumeurs", "brouhaha sur le quai".
→ dans ce texte, la présence d'éléments sonores est très importantes car il est précisé au début du poème que l'action se déroule le matin, en dormant donc il ne voit pas, il dort. Tout ce qui est décrit est une description sonore et non visuelle.


Voilà pour ce que j'ai trouvé. Si vous pouviez m'aider pour me donner des idées pour établir mon plan et comment exploiter au mieux mes idées, ce serait génial.
Merci d'avance.

Hugo, L'Art d'être grand-père, I, 9, Fenêtres ouvertes - Le matin - En dormant

Bonjour,

- pas d'alternance rimes féminines/rimes masculines. Change de la poésie classique.

Si, mais l'alternance se fait par paire de rimes : paire féminine, paire masculine, paire féminine... C'est, au contraire, très classique.

- poème composé en vers libre, significatif de la 2ème moitié du XIXème siècle, les poètes se sont libérés des contraintes portant sur la forme du poème.
- composés d'alexandrins tout le long du poème.

Ne dis pas non plus que les vers sont libres : ils ne le sont pas. Tu peux éventuellement parler d'alexandrins libérés, c'est sans doute ce que tu voulais dire.

Muriel

3

Hugo, L'Art d'être grand-père, I, 9, Fenêtres ouvertes - Le matin - En dormant

D'accord merci Muriel.

Mais est ce que pour le plan, je peux mettre

1) Etude globale de la poésie
2) Etude du son dans le poème
et après rechercher un ou deux axes de plus ?

4

Hugo, L'Art d'être grand-père, I, 9, Fenêtres ouvertes - Le matin - En dormant

Pas de réponse ?

Hugo, L'Art d'être grand-père, I, 9, Fenêtres ouvertes - Le matin - En dormant

Je n'arrive pas à rédiger un plan  et à me lancer dans la rédaction du commentaire composé.
Je suis en classe de seconde et cette année c'est vraiment difficile pour moi. Je souhaite avoir juste un coup de main pour établir un plan sur le texte "Fenêtres ouvertes.Le matin.En dormant" de Victor Hugo:

J'entends des voix. Lueurs à travers ma paupière.
Une cloche est en branle à l'église Saint-Pierre .
Cris des baigneurs. Plus près ! plus loin ! non, par ici !
Non, par là ! Les oiseaux gazouillent, Jeanne aussi.
Georges l'appelle. Chant des coqs. Une truelle
Racle un toit. Des chevaux passent dans la ruelle.
Grincement d'une faulx qui coupe le gazon.
Chocs. Rumeurs. Des couvreurs marchent sur la maison.
Bruits du port. Sifflement des machines chauffées.
Musique militaire arrivant par bouffées.
Brouhaha sur le quai. Voix françaises. Merci.
Bonjour. Adieu. Sans doute il est tard, car voici
Que vient tout près de moi chanter mon rouge-gorge.
Vacarme de marteaux lointains dans une forge.
L'eau clapote. On entend haleter un steamer.
Une mouche entre. Souffle immense de la mer.

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.