1

Rostand, L'Aiglon, acte II, scène 2

bonjour à vous ce message est mon premier mais ça fait depuis quelques mois que j'ai connaissance de votre site (qui m'a bien aidé faut le dire). Je poste cce message car je rencontre des difficultés pour réaliser un commentaire littéraire sur L'Aiglon d'Edmont Rostand. J'aimerais vous soumettre l'idée de mon plan afin de savoir ce  que vous en pensez et quelles sont les modifications que je pourrais éffectuer .
(je n'ai pas trouvé le texte sur le site donc je le poste d'un autre site)

LE DUC, SEDLINSKY, L’ARCHIDUCHESSE, LE DOCTEUR, FORESTI, DIETRICHSTEIN.
LE DUC, très naturellement, en jetant un coup d'oeil sur les deux jambes qui, seules, sortent de sous la table.
Tiens ! comment allez-vous, monsieur de Sedlinsky ?
SEDLINSKY, apparaissant stupéfiait, à quatre pattes.
Altesse !...
LE DUC
Un accident. Excusez-moi. Je rentre.
SEDLINSKY, debout.
Vous m'avez reconnu, mais j'étais…
LE DUC
A plat ventre.
Je vous ai reconnu tout de suite.
Il voit l'archiduchesse qui entre vivement. Elle est en costume de jardin : grand chapeau de paille ; sous le bras, un album somptueusement relié, qu'elle pose sur la table avec son ombrelle. Elle a l'air inquiet. Le Duc, en la voyant entrer, énervé :
Allons, bien !
On vous a dérangée...
L'ARCHIDUCHESSE
On m'a dit...
LE DUC
Ce n'est rien !
L'ARCHIDUCHESSE, lui prenant la main.
Cependant...
LE DUC, voyant Dietrichstein qui entre aussi, rapidement, l'air préoccupé, amenant le docteur Malfatti.
Le docteur !... je ne suis pas malade !
A l'archiduchesse.
Rien. Un étouffement. J'ai quitté la parade :
J'ai trop crié, voilà !
Au docteur, qui, pendant qu'il parle, lui tâte le pouls.
Docteur, vous m'ennuyez !
A Sedlinsky, qui profite de l'émotion générale pour gagner la porte.
C'est très gentil à vous, de ranger mes papiers.
Vous me gâtez. Déjà vous m'aviez par tendresse,
Donné tous vos amis pour laquais.
SEDLINSKY, interdit.
Votre Altesse Se figure ?...
LE DUC, nonchalamment.
Et vraiment j'en serais très heureux,
Si le service était un peu mieux fait par eux.
Mais on m'habille mal, ma cravate remonte.
Enfin, je vous ferai remarquer, mon cher comte,
- Puisque c'est vous ici que regardent ces soins,
- Que depuis quelques jours mes bottes brillent moins.
Il s'est assis, se dégantant, après avoir donné son sabre et son chapeau à son ordonnance qui les emporte. Un laquais a posé un plateau de rafraîchissements sur la table.
L'ARCHIDUCHESSE, voulant servir le Duc.
Franz...
LE DUC, à Sedlinsky qui de nouveau gagnait la porte.
Vous ne prenez rien ?
SEDLINSKY
J'ai pris...
LE DOCTEUR
Une couleuvre.
LE DUC, à un des officiers de sa maison.
Aux ordres, Foresti !
LE CAPITAINE FORESTI, s'avançant et saluant.
Mon colonel ?
LE DUC
Manoeuvre
Après-demain. Qu'on soit aux premiers feux du ciel
A Grosshofen. Compris ? Va !
FORESTI
Bien, mon colonel.
LE DUC, aux autres officiers.
Vous pouvez me laisser,
Messieurs. Je vous salue.
La maison militaire se retire. Sedlinsky va pour sortir avec les officiers.
Le Duc le rappelle.
Mon cher comte ?...
Sedlinsky revient. Le Duc lui tend du bout des doigts une lettre qu'il tire de son frac.
Une encor que vous n'avez pas lue !
Sedlinsky remet, d'un air piqué, la lettre sur la table, et sort.
DIETRICHSTEIN, au duc.
Je vous trouve, avec lui, d'une sévérité !
L'ARCHIDUCHESSE, à Dietrichstein.
Le duc n'a-t-il donc pas toute sa liberté ?
DIETRICHSTEIN
Oh ! le prince n'est pas prisonnier, mais ...
LE DUC
J'admire
Ce mais ! Sentez-vous tout ce que ce mais veut dire ?
Mon Dieu, je ne suis pas prisonnier, mais ... Voilà.
Mais ... Pas prisonnier, mais ... C'est le terme. C'est la
Formule. Prisonnier ?... Oh ! pas une seconde !
Mais ... il y a toujours autour de moi du monde.
Prisonnier !... croyez bien que je ne le suis pas !
Mais ... s'il me plaît risquer, au fond du parc, un pas,
Il fleurit tout de suite un oeil sous chaque feuille.
Je ne suis certes pas prisonnier, mais ... qu'on veuille
Me parler privément, sur le bois de l'huis
Pousse ce champignon : l'oreille ! - Je ne suis
Vraiment pas prisonnier, mais ... qu'à cheval je sorte,
Je sens le doux honneur d'une invisible escorte.
Je ne suis pas le moins du monde prisonnier !
Mais ... je suis le second à lire mon courrier.
Pas prisonnier du tout ! mais ... chaque nuit on place
A ma porte un laquais, -
Montrant un grand gaillard grisonnant qui est venu reprendre le plateau, et traverse le salon pour l'emporter.
Tenez, celui qui passe !
Moi, le duc de Reichstadt, un prisonnier ?... Jamais !
Un prisonnier !... Je suis un pas-prisonnier-mais.
DIETRICHSTEIN, un peu pincé.
J'approuve une gaieté... bien rare.
LE DUC
Rarissime !
DIETRICHSTEIN, saluant pour prendre congé.
Votre Altesse...
LE DUC, gravement.
Sérénissime.
DIETRICHSTEIN
Hein ?
LE DUC
Ré-nis-sime !
On m'a donné ce titre, il m'est particulier
Tâchez une autre fois de ne pas l'oublier !
DIETRICHSTEIN, saluant le Duc.
Je vous laisse...
Il sort.

Ma problématique est : "Est-ce que le Duc est réelement prisonnier"

J'ai réalisé deux grandes parties, axes :
   I) Le Duc
-Principale protagoniste
-Un personnage irrité
-Un personnage jeune et pourtant très mature

  II) Un personnage à la fois crains et surveillé
-Soumission des personnages envers duc
-La fouille de Sedlinski
-L'inquiétude sur son êtat de santé
-Dietrichstein

2

Rostand, L'Aiglon, acte II, scène 2

Bonsoir,

Le plan est bon.
L'orthographe l'est moins.
Il me semble que tu as oublié des éléments importants :
- l'ironie cinglante de l'Aiglon,
- sa dignité exemplaire héritée de son père (du moins c'est ce que suggère Rostand)
- si bien que l'on a deux partis : le nombre des espions odieux, ridicules et le solitaire mais fier fils de Napoléon...
- la peinture d'un personnage contradictoire habité par le rêve glorieux de son père mais desservi par le sang corrompu des Habsbourg...

3

Rostand, L'Aiglon, acte II, scène 2

Quel serait donc le plan idéal ? juste par curiositée.. (:
Merci de répondre si vous le pouvez ! ++Il s'agit simplement de faire un commentaire par rapport au texte.. Pourriez vous juste m'aidez à trouver un plan qui pourrait être assez simple et où on aurait beaucoup d'arguments à proposer ? :s
Merci d'avance..

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

4

Rostand, L'Aiglon, acte II, scène 2

Il n'y a pas de plan idéal, seulement une réponse adaptée à un parcours de lecture.

Si le parcours consiste à examiner si l'Aiglon est un prisonnier, ton plan convient. Il faudrait quand même vérifier que les arguments vont du moins important au plus important.

Peut-être fauudrait-il le faire évoluer vers une formulation plus précise : l'Aiglon, un captif rebelle.

Ce choix te donnerait le plan suivant :

Le désir de clarification, la révolte et l'ironie
Le solitaire et la meute
Fragilité et grandeur du personnage