1

Points communs entre quatre textes d'un corpus

Bonjour,

En classe de seconde on avait commencé à faire un corpus sur 4 textes.
Le professeur nous a demandé de trouver de ce qu'il y a de communs entre ces 4 textes.

Quand nous enfuirons-nous dans la joie infinie
Où les hymnes vivants sont des anges voilés,
Où l'on voit, à travers l'azur de l'harmonie,
La strophe bleue errer sur les luths étoilés?

Quand viendrez-vous chercher notre humble coeur qui sombre?
Quand nous reprendrez-vous à ce monde charnel,
Pour nous bercer ensemble aux profondeurs de l'ombre,
Sous l'éblouissement du regard éternel?

Les contemplations, tome second : Occurrence 1. - V.hugo

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.


Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Extrait du poème de El Desdichado - de G.Nerval

Que ne puis-je, porté sur le char de l'Aurore,
Vague objet de mes voeux, m'élancer jusqu'à toi !
Sur la terre d'exil pourquoi resté-je encore?
Il n'est rien de commun entre la terre et moi.

Quand la feuille des bois tombe dans la prairie,
Le vent du soir s'élève et l'arrache aux vallons ;
Et moi, je suis semblable à la feuille flétrie:
Emportez,moi comme elle, orageux aquilons.

Extrait de l'Isolement - de A.Lamartine

Un secret instinct me tourmentait : je sentais que je n'étais moi-même qu'un voyageur, mais une voix du ciel semblait me dire : « Homme, la saison de ta migration n'est pas encore venue ; attends que le vent de la mort se lève, alors tu déploieras ton vol vers ces inconnues que ton coeur demande ».
« Levez-vous vite, orages désirés qui devez emporter René dans les espaces d'une autre vie: » Ainsi disant, je marchais à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie, ni frimas, enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon coeur.

F.-R de Chateaubriand, René

Les points communs sont:
-date de l'écriture
-Romantisme
-Thèmes communs: Tristesse - Nature - Évasion
-Textes écrits à la 1er personne du singulier ou à la 1er personne du pluriel
-Écriture lyrique


À partir de ces informations j'ai rédigé un corpus.
Et je voudrais savoir comment l'améliorer et connaitre les points qui ne vont pas.
Je fais le tout pour m'entrainer, car je veux progresser en français.

Voici mon texte :

Les quatre textes qui constituent le corpus ont de nombreux points communs puisqu’ils relèvent de l’esthétique romantique et ont tous été écrits dans la première moitié du XIX° siècle. Nous trouvons des thèmes communs comme l’évasion qui apparaît dans le texte de Chateaubriand « Alors tu déploieras ton vol vers ces régions inconnues que ton cœur demande ». De même dans le texte de A. Lamartine, au vers 8 où l’auteur veut être emporté par le vent « Emportez-moi comme elle ». Aussi dans le texte de G.Nerval au vers 6, l’auteur nous cite une colline à l'Ouest de Naples « Rends-moi la Pausilippe». Ou encore dans le texte de V.Hugo, il est question de s‘évader vers le bonheur au premier vers « Quand nous enfuirons-nous dans la joie infinie ?».
Le thème de la nature apparait aussi dans les textes, comme dans le texte de Chateaubriand où le ciel parle au voyageur à la ligne 2 « Mais une voix du ciel semblait me dire ». Aussi dans le texte de la A.Martine, l’auteur se compare à la nature au vers 4 « Il n’est rien de commun entre la terre et moi » . De même dans le texte de G. Nerval l’auteur nous fait savoir qu’une fleur lui plait particulièrement au vers 7 « La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé ».  Ainsi que dans le texte de V.hugo, le ciel bleu fait référencé à l’harmonie au vers 3. « Où l’on voit, à travers l’azur de l’harmonie,».
De plus nous retrouvons le thème de la tristesse dans les textes, comme dans le texte de Chateaubriand, René a une sous-estime de soi à la ligne 1 et 2 « Je sentais que je n’étais moi-même qu’un voyageur,  ». Aussi dans le texte de A.Lamartine, L’auteur à un sentiment d’être étranger sur terre au vers 3 « Le vent du soir se lève et l’arrache aux vallons ». Ainsi qu’au vers 3 du Texte de G.Nerval l’auteur nous annonce la mort d’un être chère « Ma seule étoile est morte ». Ou encore dans le texte de V.Hugo, il  y  a a une ambiance de tristesse infini au vers 5 « Quand viendrez-vous chercher notre humble cœur qui sombre ? »
Nous retrouvons aussi des points communs au niveau de l’écriture dans ces textes. Par exemple les textes sont écrits soit à la première personne du singulier, soit à la première personne du pluriel. Comme le texte de Chateaubriand, c’est René, l’héros du roman qui parle à la ligne 1 « Je sentais » . De même dans le texte A.Lamartine, où c’est le poète qui s’exprime à la première personne du singulier au vers 1 « Que ne puis-je, porté sur le char de l’Aurore ». C’est identique pour le texte de G.Nerval au vers 1 «je suis ténébreux, - le veuf, l’inconsolé ». Par contre dans le texte de V.Hugo s’exprime à la première personne du pluriel comme au vers 1 « Quand nous enfuirons-nous dans la joie infinie »
Tous ces textes appartiennent il y a présence  à la l’écriture lyrique, vu que dans chaque texte les personnages ressentent des émotions personnelles intenses. Comme dans le texte de Chateaubriand, René se sentait fort face à la nature au lignes 9 « Le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie, ni frimas » Aussi dans le texte de A.Lamartine où le poète se donne des ordres au vers 3 « Vague objet de mes vœux, m’élancer jusqu’à toi !». Ainsi que dans le G.Nerval l’auteur à l’impression d’appartenir à l’enfer au vers 1 « Je suis le ténébreux ». Ou encore dans le texte de V.Hugo, les personnages ne veulent plus vivre dans leur monde au vers 6 « Quand nous reprendrez-vous à ce monde charnel ?»

Merci d'avance pour votre aide

2

Points communs entre quatre textes d'un corpus

Bonjour,

Il faut d'abord présenter les textes du corpus à l'aide du paratexte.
Ta réponse me paraît trop longue.
Les arguments devraient être classés du moins important au plus important.
L'essentiel a été vu même s'il n'a pas été toujours bien exprimé.
Je crois qu'il aurait fallu terminer sur cette soif d'absolu, cette insatisfaction profonde si caractéristiques du premier romantisme.

Points communs entre quatre textes d'un corpus

cette soif d'absolu, cette insatisfaction profonde si caractéristiques du premier romantisme.

Et si caractéristique aussi de l'adolescence... un âge à tourments et à exaltations s'il en est !

4

Points communs entre quatre textes d'un corpus

Bonjour,
je crois avoir une question similaire. j'ai un corpus de seulement deux textes et on nous demande de trouver le thème commun. Les deux textes sont jacque le fataliste de denis diderot et le deuxième est la modification de michel Butor. cependant je reste bloquée car je ne le trouve pas. j'ai pensé au voyage ou encore au corps ( la médecine peut-être ?)
Toute aide serait la bienvenue.
merci