Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

J'ai une dissertation a faire pour lundi et je n'arrive pas à étudier la question. Elle est d'autant plus dûre que nous n'avons pas étudier encore l'un des thèmes un cours. La question est "Quelles différences faites-vous entre un personnage de théâtre et un personnage de roman ?" Le thème ne m'inspire pas du tout et je voudrais que vous me confirmer ou non si ma premiere "analyse" est bonne et que vous me donniez des idées si possible.

Tout d'abord j'ai reformulé la question et maintenant elle donne :
"Le personnage de roman est-il si différent d'un personnage de théâtre?"

Ainsi mes parties sont :
- Les personnages de romans et de théâtre ont quelques différences.
- Ces 2 types depersonnages ne sont as si différents l'un de l'autre
- Synthèse: A quoi reconnait-on un personnage de théâtre d'un personnage de roman?

Mes permiere idées pour la premiere parties sont :
-Au théâtre on peut interpréter le personnage suivant son imagination par contre dans le roman il est toujours le même. Dans le roman, quand l'auteur veut faire passer un personnage pour un méchant le lecteur le persoit rarement comme un "gentil". ex: Pour le théâtre: Dans l'école des femmes Arnolphe peut être interprété aimant profondément Agnès et voulant se marier avec elle par amour ou bien parce qu'elle est ne réfléchi pas et nen le contredira jamais veut empécher son mariage avec Horace. On peut aussi le constater dans Don Juan où il peut être interpréter comme se jouant des femmes ou au contraire les aimant réellement.
- Dans le théâtre le personnage est plus dans la gestuelle et dans le roman il est plus dans les actions. En effet les didascalies décrivent les lieux, gestes ect.. Tandis que dans les romans la partie narrative décrit plus les personnage phisiquement, dans leurs actions...
-Dans le roman on vit a travers le personnage que dans le théâtre le personnage vit en nous !!

Voila pour ma première parties les seules choses que j'ai trouvé.Mes deux autre parties sont encore plus pauvre

Dans les ressemblances j'ai mis que les personnages aidaient tout deux au déroulement de l'histoire et dan ma troisième parties j'ai mis qu'un personnage de théâtre était fait pour être joué.

Merci d'avance de pouvoir me confirmer si mon plan est bien et si mes idées débutent bien et si vous pouviez me donner des idées aussi s'il vous plaît car je trouve que ce sujet est dur et il ne m'inspire pas réellement. Merci beaucoup d'avance.

2

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

Bonjour idamete,

Il ne faut pas que tu oublies LE point essentiel de différence entre le personnage de roman et le personnage de théâtre : le personnage de théâtre est écrit pour être INCARNE, pour être CONCRETISE, au sein d'une représentation - alors que le personnage de roman est un personnage de papier, VIRTUEL, sur lequel le lecteur peut projeter son imagination.

Lorsque tu vois Dom Juan sur scène, tu ne peux pas VOIR/ IMAGINER un AUTRE personnage, un autre acteur. En revanche, MA Bovary subjective ne correspondra certainement pas à TA Bovary subjective.

Alfred Jarry (un dramaturge, cf. Ubu) disait : "Je pense qu'il n'y a aucune espèce de raison d'écrire une oeuvre sous une forme dramatique (DONC THEATRALE, c'est moi qui rajoute), à moins que l'on ait eu la vision d'un personnage qu'il soit plus commode de lâcher sur une scène que d'analyser dans un livre".   (Je souligne)

Tu auras remarqué l'opposition théâtre/lâcher et roman/analyser. On a la sensation que l'écriture dramatique a nécessité d'une dynamique, d'une force qui entraîne l'adhésion ou la non-adhésion du spectateur (nous pouvons d'ailleurs faire le distinguo lecteur/spectateur), d'une puissance d'ACTION ; alors que l'écriture romanesque ressemble plus à une PAUSE, à une focalisation, qui permettrait l'ANALYSE précise et régulière.

D'ailleurs la plupart des pièces de théâtre porte le nom de leur héros : Dom Juan, Tartuffe, Hernani, Ruy Blas, Gil Blas, Le Cid, Lorenzaccio, etc. On parle de pièces EPONYMES.

Tu me répondras, à bon escient, que nombreux sont les romans éponymes : Madame Bovary, Adolphe, René, Atala, Candide, etc. Mais cela est moins récurrent, et, souvent le personnage romanesque SUBIT quand le personnage dramatique AGIT (cf. étymologie de drame : gr. drama, "l'action").

Mais pour ta conclusion tu pourras te poser une question sérieuse : Est-il possible d'imaginer un théâtre et un roman sans personnage ? (Evidemment, oublie les allégories, les personnifications, etc. Ce sont ici encore des personnages).

Le théâtre est aussi caractérisé par les CONFLITS qu'il crée. Pense aux tragédies, aux comédies où chacun essaye de tromper, de feinter, de manipuler chacun, sans vergognes, aux farces vulgaires et agitées, etc. Il y a une violence au théâtre : cf. Le théâtre de la cruauté de Antonin ARTAUD. Je te copie ce que j'ai déjà écrit à propos de cette théorie :

La théorie du "théâtre de la cruauté" est tirée de l'essai intitulé Le Théâtre et son double, lequel date de 1935. Elle poursuit les grands changements instaurés dans les arts plastiques (cubisme, fauvisme, etc.) et littéraires (surréalisme notamment) suite aux perturbations engendrées par la première guerre mondiale. Devant cette débauche de violence et d'horreur, l'artiste ressent le besoin de remettre l'homme, dans sa totalité, au centre de ses créations.

C'est ainsi qu'Antonin Artaud en vient à élaborer cette nouvelle théorie dans laquelle il prône la cruauté, c'est-à-dire la vie. Car le mot cruauté ne renvoie pas essentiellement à ses sens actuels de souffrance, de froideur extrême, de plaisir morbide ; il s'enrichit de son sens étymologique : issu du substantif latin cruor, qui désigne le sang qui coule, la cruauté évoque autant cette violence et cette convulsivité de la chair que l'atrocité homocide sanglante et épouvantable. La cruauté coule dans nos veines, et baigne chaque seconde qui passe nos organes, nos yeux, nos lèvres, notre esprit. La cruauté nous fait vivre, nous émeut, nous bouleverse, nous assomme. C'est notre monde intérieur qu'il faut projeter sur l'espace scénique. A plusieurs reprises, Artaud, dans des lettres, est revenu sur cette confusion sémantique :

"Tout ce que je peux faire c'est de commenter provisoirement mon titre de Théâtre de la Cruauté et d'essayer d'en justifier le choix.
Il ne s'agit dans cette Cruauté ni de sadisme ni de sang, du moins pas de façon exclusive.
Je ne cultive pas systématiquement l'horreur. Ce mot de cruauté doit être pris dans un sens large, et non dans le sens matériel et rapace qui lui est prêté habituellement. Et je revendique (...) le droit de briser avec le sens usuel du langage, (...) d'en revenir enfin aux origines étymologiques de la langue qui à travers des concepts abstraits évoquent toujours une notion concrète. 
On peut très bien imaginer une cruauté pure, sans déchirement charnel (...).
C'est à tort qu'on donne au mot de la cruauté un sens de sanglante rigueur, de recherche gratuite et désintéressée du mal physique. Le Ras éthiopien qui charrie des princes vaincus et qui leur impose son esclavage, ce n'est pas dans un amour désespéré du sang qu'il le fait. Cruauté n'est pas en effet synonyme de sang versé, de chair martyre, d'ennemi crucifié. Cette identification de la cruauté avec les supplices est un tout petit côté de la question." (Première lettre à Jean Paulhan, à propos du Théâtre de la Cruauté).

En tout cas, les personnages de roman et de théâtre sont FONDAMENTALEMENT différents. Mais, ils sont humains dans tous les cas. Ils sont le fruit d'une réflexion, d'une intelligence, d'un désir de création. Et susceptible d'être interprêtés, parfois étrangement... Lol.

Ta problématique est intéressante. Continue ta réflexion en t'appuyant bien sur cette question initiale.

Dernière petite note, l'étymologie du mot "personnage" : il désignerait au départ le masque que les acteurs dramatiques mettaient lors des représentations. Le personnage est avant tout dramatique : cf. les expressions jouer le personnage/ faire le personnage, être dans son personnage, se mettre dans la peau d'un personnage, etc. Lis bien la définition.

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

C'est vrai que le personnage de roman on peut l'interpréter comme nous voulons dans notre imaginaire... mais au théâtre le personnage quand nous le lisons sur le sript peut nbous paraitre a chacun différents par exemple Don Juan, à la lecture de la piece me faisait presque "pitier" mais pour d'autre ce n'est qu'un méchant personnage et à bien mérité la mort ... Enfin je sais pas si on me comprend parce que j'ai un peu de mal a m'exprimer...


En tout cas merci pour les pistes et les idées !!!

4

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

En quoi Dom Juan te fait pitié ? (Juste un détail : quand tu parles de Molière, c'est Dom Juan ; et quand tu parles du mythe ou d'un autre auteur, c'est Don Juan)

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

Oups désolée !! Au début je trouvais qu'il n'était pas très gentil vis à vis des femmes mais de la à mériter la mort ... Il me fais pitier parce qu'il fais très jeune dans sa maniere d'agir et souvent les ados se comportent ainsi mais je ne pense pas qu'il mérite la mort. Bon après ma lecture de Dom Juan n'est pas très approfondie. Effectivement a certain moment il me parait assez méchant comme l'épisode de M.Dimanche mais sa prouve qu'il est quand même rusé et j'aime bien les types de personnages rusés donc pour les raisons précédente Dom Juan me fais "pitié".

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

Juste pour information, notre prof de français nous a longtemps répété (et c'est pour ça que je l'ai retenue) que Dom Juan prenait un M quand on parlait de la pièce, mais il prend un N quand on parle du personnage.
Voilà

Sinon merci Mozart pour toutes ces indications! Elle m'ont beaucoup aidées pour une dissertation qui comportait une partie sur les différences entre un personnage dramatique et un personnage de roman!

A bientôt!

7

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

Salut,
J'ai une dissertation à faire et le thème est le suivant : "Un personnage de théâtre n'est pas un personnage de roman. Il y a une fatalité dans le roman comme il y a une fatalité dans le théâtre : mais la fatalité du roman est dans le personnage ; celle du théâtre dans la situation. Le roman nous tend à nous faire souvenir que l'homme est déterminé par ses propres passions ; le théâtre à nous rappeler que son destin demeure le jouet des événements".
Voilà, faut que je démontre ceci.
Mon professeure de français nous a déjà proposé un plan et je pense que je vais le prendre:
I- La fatalité intérieure
a) le roman (personnage)
b) le théâtre (situation)

II- la fatalité extérieure
a) Le roman
b) le théâtre
Déjà je pense que la fatalité intérieure est quand le personnage fait librement ce qu'il veut, il n'est obligé á rien,c'est lui qui décide. Alors que la fatalité extérieure est quand le contexte/ la situation oblige le personnage à tel chose.
J'ai déjà quelques idées et exemples, dans le I a), je peut parler de la princesse de Clèves(Mme.Bovary) celle-ci est un personnage libre que peut se marié avec qui elle veut elle n'est obligé a rien, c'est elle qui décide son destin. Jean Val jean (Les misérables) choisit de se dénoncer quand personne ne l'oblige alors que l'on pensait que Mathieu été le coupable.
Il y a aussi une exception, Macbeth est un personnage libre cependant il choisit le mal.
Pour la partie b) ,le théâtre,  je n'ai pas d'idées... est-ce que vous pourriez m'aider... dans les pièces de théâtre que j'ai lu, il y a Macbeth de Shakespeare, Andromaque de Racine, Le rhinocéros de Ionesco, Antigone de Jean Anouille et le roi lear de Shakespeare.

Pour la partie II pour le théatre, il y a comme exemple Antigone qui doit luter contra une situation de départ qui créé le malheur. puis Oedipe(je pense que ceci s'intègre dans la partie roman,non?) à cause de toute la situation de départ a commis le crime de l'inceste et de tuer....bon je voudrais vraiment c'est des exmples pour la partie I fatalité intérieur pour le théatre. puis pour les autres si vous auriez autres idées que les miennes.
Merci de me répondre le plus vite possible..je voudrais la faire ce soir..
Marta

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

Bonjour à tous,
J'aurais besoin d'aide sur un sujet de dissertation sur lequel je n'ai pas beaucoup d'idées...
Je vous annonce le sujet : le personnage de roman et le personnage de théâtre apportent-ils des impressions comparables ?
Si vous pouviez m'aider pour faire les différentes parties de la dissertation ou bien meme me donner des idées se serait tres gentil merci d'avance...

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

9

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

Bonjour, je suis acutellement en préparation du CAPES et mon sujet de dissertation est sensiblement le même : " Le personnage de roman est un personnage qui s'accomplitcontre vents et marées, et tend à prouver que tout homme porte en soi son destin, les évènements extérieurs étant impuissants à l'en détourner. IL y a une fatalité dans le roman comme il y une fatalité au théâtre : mais la fatalité du roman réside dans le personnage, celle du théâtre dans la situation. Le roman tend à nous faire souvenir que l'homme est déterminé par ses propres passions, le théâtre à nous rappeler que son destin demeure le jouet des évènements" Pierre-Aimé Touchard.

Je lutte un peu à trouver un plan correct :
I-Le personnage, emblème des genres : où j'exposerais l'évolution des genres à travers la perception du personnage.
A- Conception dramatique
B-Conception romanesque

II- La fatalité : Je rejoins ici l'article précédent et j'expose les différents types de fatalité
A- La catharsis théâtrale
B-Intrigue romanesque.

III- Deux genres complémentaires : où je voudrais montrer que les deux genres comportent le deux fatalités
A- La diversité romanesque
B- Les formes théâtrales

Conclusion : il y a peut-être différentes fatalités mais le roman les réunit puisqu'il consistue le genre le plus libre. Donc Touchard dit vrai mais l'évolution des genres tend à montrer que la fatalité existante au théâtre est avalé par le roman.

J'aimerais vivement avoir votre opinion car je voudrais en finir ce soir.
Merci d'avance.

10

Différences entre un personnage de théâtre et un personnage de roman

Je crois que tout cela est erriblement réducteur. Je n'ai pas de réponse à donner, car a priori le jugement est vrai : le roman est l'aventure d'un personnage, qui évolue seul : on a accès à sa psychologie, l'auteur peut nous faire entrer dans ses pensées. Tandis qu'au théâtre, ce n'est pas possible, ca ril y a ce que l'on appelle la distanciation théâtrale (née, en effet, de la catharsis). Cette distanciation empêche le spectateur d'adopter le point de vue du personnage : le spectateur est complètement dépendant de la mise en scène, du choix de lecture qu'a fait le metteur en scène, puisque c'est visuel. Nénamoins, ce n'est pas le cas dans le roman, qui fait appel à nos affects, et à notre imagination : on imagine le personnage avec une telle voix, et surtout, on peut s'identifier à lui, ou au contraire s'y opposer. Quoi qu'il en soit, le personnage du roman semble pouvoir maîtriser son destin car l'histoire semble se constituer par lui : ses actions déterminent l'histoire. Alors qu'au théâtre, le spectateur ne peut qu'assister, impuissant, à la lutte du personnage qui essaye d'échapper à son Destin (voir les tragédies grecque etc...). C'est la vue d'ensemble qui détermine la différence entre les deux : je crois que c'est pour cela que le personnage de théâtre est fondamentalement différent du personnage, cela vient du point de vue du lecteur/spectateur, et c'est une dimension qui n'a pas été prise en compte dans vos deux plans.

C'est juste mon avis, faites-en ce que vous voulez, ce n'est peut-être pas très pertinent.

Bon courage en tout cas.