Nietzsche - Le criminel qui connaît tout l’enchaînement des circonstances ne considère pas, comme son juge et son...

Bonjour,
J'ai donc un commentaire du texte suivant à effectuer. Un peu d'aide serait la bienvenue concernant le plan surtout.

"Le criminel qui connaît tout l'enchaînement des circonstances ne considère pas, comme son juge et son censeur, que son acte est en dehors de l'ordre et de la compréhension: sa peine cependant lui est mesurée exactement selon le degré d'étonnement qui s'empare de ceux-ci, en voyant cette chose incompréhensible pour eux, l'acte du criminel. - Lorsque le défenseur d'un criminel connaît suffisamment le cas et sa genèse, les circonstances atténuantes qu'il présentera, les unes après les autres, finiront nécessairement par effacer toute la faute. Ou, pour l'exprimer plus exactement encore: le défenseur atténuera degré par degré cet étonnement qui veut condamner et attribuer la peine, il finira même par le supprimer complètement, en forçant les auditeurs honnêtes à s'avouer dans leur for intérieur:"il lui fallut agir de la façon dont il agit; en punissant, nous punissons l'éternelle nécessité." - Mesurer le degré de la peine selon le degré de connaissance que l'on a ou peut avoir de l'histoire du crime, - n'est-ce pas contraire à toute équité?"

J'ai donc procédé d'abord à une analyse globale du texte. Le thème est la justice. L'auteur remet en cause la justice: est elle réellement juste? Je pense que sa thèse est que la justice n'est pas juste à partit du moment où l'on prend en considération l'origine, les causes, les motifs de l'acte criminel. Il remet peut être aussi en cause le fait de savoir si l'on doit considérer l'homme en tant qu'être libre donc responsable et qui doit donc répondre de ses chois conscients de faire le mal où au contraire il subit des affects et donc il n'est pas responsable des actes dont il est l'agent, ce sont les causes qui agissent sur lui.
Il y a une expression que j'ai du mal à analyser: "nous punirons l'éternelle nécessité"
Je pense que le texte présente un syllogisme mais je n'en suis pas certaine.
Merci pour l'aide que vous pourrez m'apporter.

2

Nietzsche - Le criminel qui connaît tout l’enchaînement des circonstances ne considère pas, comme son juge et son...

Je pense que le terme de justice que tu proposes est juste mais il n'est pas assez précis:

Nietzsche montre en quoi la justice est susceptible ,par ses propres instances et ses propres codes, de provoquer l'impunité d'un acte criminel.
LA JUSTICE EST ELLE JUSTE ? ON EN REVIENT A LA NOTION D "ORTHOS LOGOS" (juste mesure ) du livre V de l'Ethique à Nicomaque d'Aristote.

Ce texte signale ,avec acuité, que pour un juge ou un censeur l'acte d'un crime parait incompréhensible parce que ces derniers savent et connaissent la loi comme la connait aussi l'auteur du crime.Or c'est justement là que le probléme se pose:

-Connaissant la loi, ils connaissent également ce qui peut provoquer l'annihilation d'une peine (juge) ou ce qui l'exhausse (le censeur) parce que ces derniers savent comment s'y prendre pour renverser un acte criminel qui "apparait" délibéré, en un acte involontaire ou volontaire  .Ils jouent sur une notion fondamentale: l'étonnement.

-Il essaye d'atténuer l'étonnement des juges c'est à dire qu'ils vont tenter de rationaliser l'acte en montrant que son crime est du à des causes irrévocables dont va découler des conséquences tragiques.Dès lors, par ce mécanisme, ils suppriment tout étonnement qui voyait le criminel comme un maraud, puisqu'ils ont réussi à le montrer non pas en tant qu'oppresseur; mais en tant que victime et tributaire de causes qui ne peuvent être évitées.
-Ainsi, l'acte criminel est explicable, et l'étonnement s'abaisse pour tenter de comprendre, de connaitre les raisons qui ont pu pousser l'auteur de l'acte à commettre un tel geste.Vouloir le comprendre, c'est donc supprimer l'étonnement et ainsi tenter de rationaliser un geste qui peut apparaitre comme tout simplement barbare et fou !

-"en punissant nous punissons l'éternelle nécessité "= CETTE PERSONNE A COMMIS UN ACTE CRIMINEL NON PAS PARCE QU ELLE LE VOULAIT; MAIS PARCE QUE LA NECESSITE, LE BESOIN, L INDIGENCE, LE MALHEUR DE CET ETRE LA CONTRAINT A AGIR AINSI.

Par conséquence, le responsable n'est plus le criminel, mais bien les circonstances, le cadre qui ont entravé la bonne action d'un pauvre homme !

= ON CHERCHE A ARGURMENTER NON PAS DANS UN BUT D ELUCIDATION MAIS DANS UN BUT DE PERSUASION. ON ECLAIRCIT LES CAUSES POUR QU ELLES PUISSENT JUSTIFIER UN ACTE CRIMINEL. PROCESSUS QUE L ON PEUT APPELER DE DECULPABILISATION PAR LA COMPREHENSION RATIONNELLE ET MALIGNE D UN ACTE CRIMINEL.

D'ailleurs prends un exemple simple: Lorsque tu lis dans les journaux: X à tué Y et l'a poignardé ! Quelle réaction première as-tu? Tu vas immédiatement t'indigner et dire que X est un dangereux criminel car il n'a pas respecté la loi qui interdit le meutre de Y.CELA VA DONC T ETONNER CAR TU NE COMPRENDRAS POURQUOI L ON PEUT TUER AINSI SANS RAISON.

Or, maintenant imaginons que tu saches que X a eu une enfance difficile,qu'il a été victime de sévices sexuelles, qu'il a été contraint à agir ainsi à cause de motifs sérieux.Quelle réaction seconde as-tu? Tu vas immédiatement pouvoir découvrir les causes de son acte, et pouvoir non pas juger l'acte seul, mais le juger en fonction de causes extérieures à l'acte criminel;et qui sont ,de plus,responsables de cet acte.En cela, si tu prononces une peine en tant que juge ou procureur tu ne vas infliger une peine en fonction de l'acte pris en soi, mais en fonction de l'acte considéré par ses causes et ses raisons.Tu vas donc atténuer ton étonnement, et délivrer une peine moins conséquente que l'acte en soi.

LA CONNAISSANCE DU CRIME N EST ELLE PAS INHIBITRICE D EQUITE ? = c'est cela que pose comme nouvelle question Nietzsche. Ne translate t-on pas le problème sur l'éclaircissement d'un mystère ( "l'histoire du crime" ) au lieu de considérer le crime en soi ? Habile nos juges!

Ainsi les juges apparaissent non plus comme des avocats qui appliquent justement la loi, mais comme des falsificacteurs qui se jouent de la loi pour mieux agrémenter la consistance d'un plaidoyer ou d'un réquisitoire.

Points ou mots clés du texte : étonnement
                                           équité
                                           acte criminel

par acte on entend  "in fine " la nature de l'acte mais par "genèse " on entend l'essence, l'ontologie si je puis dire du crime ! Très important de dissocier dans ce texte causes et effets de l'acte et de montrer qu'il y a une subordination de l'acte aux causes; d'ou l'atténuation de la peine.

Pour que ton commentaire soit complet, il faut que tu t'adonnes non pas seulement à expliquer la thèse et sa réfutation mais que tu expliques le déroulement du texte, c'est à dire la manière dont Nietzsche s'y prend pour étayer ses idées.

Selon toi comment s'y prend t-il ? -thèse = 4 premières lignes
                                                -ARGUMENT
                                                   exemple: jusqu'à la fin du texte                                                                                                                                     - reprise de la thèse sous la forme d'une interrogation : la justice et son équité ?
                                       
SCHEMA CLASSIQUE DE L ARGUMENTATION

Comprends-tu?





BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE :-La République de Platon
                                         -L'apologie de Socrate de Platon
                                         -Ethique à Nicomaque d'Aristote (livre V)