1

Jusqu'à (la) hauteur de...

Est-il correct d'écrire: jusqu'à hauteur de, sans la. Il est question d'une hauteur concrète et non d'une quantité. Par exemple:
Les branches latérales se prolongeaient jusqu'à (la) hauteur de la cime.
Au passage, j'aimerais connaître les cas où les articles peuvent ou doivent être supprimés dans les constructions de phrases.

Jusqu'à (la) hauteur de...

Bonjour Yeochoua,

Les branches latérales se prolongeaient jusqu'à (la) hauteur de la cime.

TLF, hauteur[/b]

HAUTEUR, subst. fém.
[…]
[En parlant d'une partie du corps servant de repère] À (la) hauteur de. Au niveau de. À la hauteur des épaules, du menton, des reins; à hauteur de main, de regard, de tête, d'épaule, de ceinture. Les mains entr'ouvertes à hauteur de la poitrine (ID., J. Barois, 1913, p. 364). Plus loin, à hauteur d'épaule, il trouva une branche cassée (MARAN, Batouala, 1921, p. 133). Une douleur violente à la hauteur de l'ombilic (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1247).
Rem. 1. À hauteur de + subst, non déterminé peut permuter avec la constr. à hauteur du/de l'/de la/des + subst. (déterminé). À hauteur de/du visage. À hauteur du nombril (mais : à la hauteur de son nombril). 2. À la hauteur du/de l'/de la/des + subst. peut permuter avec à la hauteur de son/de sa/ de ses + subst. À la hauteur des/de ses yeux. Il avait la table à la hauteur de son nombril (ROMAINS, Copains, 1913, p. 18).
Expr. et loc.
À hauteur d'appui. Cf. appui I B 1 b.
À hauteur d'homme. À une hauteur correspondant à la taille d'un homme moyen (jusqu'à la hauteur du sommet de la tête). Le grand feu flambant à hauteur d'homme dans une immense cheminée (CHAMPFL., Bourgeois Molinch., 1855, p. 294). Bruxelles. Les numéros à hauteur d'homme. La petite lanterne que les facteurs portent sur le ventre (RENARD, Journal, 1897, p. 436).

[…]

4. Loc. prép. À la hauteur de
a) Au niveau de, au même niveau que. Mettre, placer qqc. à la hauteur de qqc. d'autre; monter à la hauteur du premier étage; à la hauteur de/à hauteur de (cf. supra 2 rem. 2). Il ouvre le piano, il approche une chaise, il se juche dessus; ses épaules arrivent à hauteur du clavier (ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p. 58). La Paz est exactement à 3 645 mètres d'altitude, à la hauteur de l'Aiguille du Goûter (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 380).

D'autre part, on peut facilement se passer, dans votre cas,  de « jusqu'à la hauteur de la cime », et dire simplement « jusqu'à la cime » (on sait par définition qu'elle est le point le plus haut de l'arbre).

Muriel

3

Jusqu'à (la) hauteur de...

Merci pour toutes ces explications qui exigent de la concentration.
Mais dans la phrase que j'ai citée comme exemple, il est question de branches qui ne rejoignent pas la cime mais qui atteignent plus loin la même hauteur qui pourrait être mesurée à l'aide d'un fil à plomb à partir du sol.On pourrait sinon se contenter de "à la même hauteur que...", mais il me semble que c'est moins élégant.
Dans le même ordre d'idée(s):
"Il est considéré comme (un) champion d'échecs".

Jusqu'à (la) hauteur de...

Yéochoua a écrit :

[…] dans la phrase que j'ai citée comme exemple, il est question de branches qui ne rejoignent pas la cime mais qui atteignent plus loin la même hauteur qui pourrait être mesurée à l'aide d'un fil à plomb à partir du sol.On pourrait sinon se contenter de "à la même hauteur que...", mais il me semble que c'est moins élégant. […]

"Cime" n'est pas un terme de botanique. La cime de qqch., je donne une définition de mémoire, c'est son point le plus élevé, généralement pointu.
1 - Généralement pointu ne signifie pas obligatoirement pointu.
2 - Cime n'étant pas un terme de botanique, s'agissant d'arbres, ce ne peut être le mot spécifique pour désigner l'extrémité du tronc (il ne semble pas qu'il y en ait).
3 - L'extrémité du tronc, sauf chez les conifères, est rarement dans le prolongement du fût (le fût : la partie droite dépourvue de branches).
4 - Le cerisier que je vois dans mon jardin au moment même où j'écris a près de 10 mètres de hauteur, mais son tronc se subdivise dès seulement 1,50 m de haut : sa "cime", c'est quoi, c'est à quelle hauteur ?

Pour moi, la réponse est évidente : pointue ou pas, la cime d'un arbre, c'est l'extrémité de ses branches les plus hautes, par conséquent pas forcément celle du tronc. Je signale (je viens seulement de l'apprendre pour les besoins de la cause !) que l'ensemble des branches s'appelle le houppier. Et j'attends qu'on me démontre que la cime de mon cerisier est à 1,50 m de hauteur et non à 10 mètres !

Pour revenir à votre arbre, les branches les plus hautes, qui en sont le sommet, ne se prolongent pas jusqu'à la cime : elles sont la cime ! Ou alors, remplacez cime par l'extrémité du tronc (un peuplier ?)