7 431

Que lisez-vous en ce moment ?

le mur de Jean Paul Sartre

7 432

Que lisez-vous en ce moment ?

Sartre.... Un documentaire assez intéressant sur Sartre et Raymond Aron tourne en ce moment sur LCP.

Que penses-tu de cet ouvrage ?

7 433 (Modifié par 12/10/2019 à 13:23)

Que lisez-vous en ce moment ?

J'ai commandé le deuxième tome de Guérilla, de Laurent Obertone.

J'avais adoré le premier, qui décrirait l'effondrement de la France.

J'ai commencé Guérilla : Le temps des barbares et ça semble aussi réussi que le premier.

Du très bon travail.

7 434 (Modifié par Jehan 14/10/2019 à 15:00)

Que lisez-vous en ce moment ?

Je commence tout juste Le Rouge et le Noir... Souhaitez-moi bon courage ! 

7 435 (Modifié par Jehan 14/10/2019 à 19:48)

Que lisez-vous en ce moment ?

Ah je l'avais commencé puis prêté à une copine… qui a oublié de me le rendre.

J'étais arrivé quand le fils annonce son départ à son père… qui ne le prend pas très bien.

7 436 (Modifié par freddy.lombard 16/10/2019 à 10:12)

Que lisez-vous en ce moment ?

Poursuite des Romanciers du XVIIIe siècle - tome II dans La Pléiade avec :
- Les Confessions du Comte de *** de Charles Pinot Duclos, académicien français ; on a qualifié cet ouvrage de roman « à portraits » : c'est en effet une suite de portraits de femmes avec lesquelles le narrateur a eu des relations amoureuses. Bien que d'un style moins sophistiqué que celui des Égarements du cœur et de l'esprit, l'écriture reste d'un très haut-niveau. C'est fluide, c'est bien écrit, le langage est riche, les règles de grammaire et de conjugaison sont si bien maîtrisées que tout cela paraît naturel : la langue française dans toute sa pureté.
- Le Diable amoureux de Jacques Cazotte, roman qui tire vers le fantastique et qui a connu un immense succès en son temps. Bien enlevé, court, divertissant, le tout dans un style classique très accessible, à découvrir pour savourer le plaisir originel de la lecture.
- Point de lendemain de Dominique-Vivant Denon ; il s'agit plus d'une longue nouvelle que d'un court roman. Pas si anecdotique que ça semble-t-il, car très commenté depuis ses premières parutions, et même repris par Balzac sous deux formes différentes dans sa Physiologie du mariage. Ça se lit sans faim, comme une confiserie littéraire en forme de cerise confite sur ce délicieux et roboratif gâteau que constituent les deux recueils des romanciers du XVIIIe siècle.

7 437

Que lisez-vous en ce moment ?

Je termine Racket, de Dominique Manotti.

L'histoire est théoriquement fictive, mais elle est bien évidemment inspirée de l'affaire Alstom. C'est très bien écrit, mais cela met aussi en évidence de nombreuses choses.

- La prédation économique des Etats-Unis, soigneusement organisée et impitoyable (coopération directe entre entreprises privées, justice aux ordres, services de renseignements...). Les Etats-Unis n'ont rien d'une économie libérale, en fait tout est aux ordres des autorités politiques.

- La naïveté/inefficacité et corruption des "élites" économiques et politiques françaises. Elles savent ce qu'il se passe, mais ne font rien par intérêt, soumission ou incompétence.

A lire.

7 438 (Modifié par Hippocampe 25/10/2019 à 06:13)

Que lisez-vous en ce moment ?

Bonjour,

Eh bien moi, pour l'heure, j'attaque le troisième tiers de "Le Schtroumpf financier" de Peyo. C'est une œuvre que j'avais déjà tenté de lire deux fois. Mais comme je ne connaissais rien aux histoires financières, j'avais craqué avant la fin. Ce coup-ci, je pense y arriver. Étudier cette histoire permet de comprendre comme il est dur d'imposer à un peuple la culture d'un autre.
Auparavant j'avais lu "Le schtroumpfissime". Une autre œuvre majeure qui montre comment une personne lambda peut avoir une grande soif de pouvoir et comment un peuple tout entier peut facilement se laisser prendre dans les griffes d'un être dangereux. Elle montre également comment une personne dotée d'une ambition démesurée peut se servir d'un système politique satisfaisant pour en imposer un autre afin d'asseoir son pouvoir (cf. les deux Napoléon, Hitler ou Staline).
Je compte lire bientôt "La menace schtroumpf", histoire sur laquelle je me suis déjà renseigné et qui devrait m'aider à voir comment un chef peut provoquer un conflit extérieur pour tenter de mettre un terme à un conflit intérieur, cela peut aider par exemple à comprendre la guerre débile de 1870 (un Napoléon, encore !).
À dire le vrai, j'ai l'ambition (peut-être trop grande pour moi) de me lancer dans la lecture chronologique de toutes les histoires de Schtroumpfs, ce qui me permettrait (je l'espère en tout cas) de bien saisir toute la portée de chaque tome de cette longue fresque sociale. je serai ensuite plus à même de lire La comédie humaine, Les Rougon-Macquart et Les Hommes de bonne volonté.
Mais chaque chose en son temps… Pour le moment, les Schtroumpfs. C'est d'ailleurs difficile car ces personnages parlent un langage bizarre que je ne connais pas. Et pas moyen de trouver un dictionnaire schtroumpf-français !
C'est pourquoi je me suis imposé une règle : tous les matins je lis deux pages d'un coup en prenant mon café puis, le soir, encore deux pages d'un coup pendant que je dîne. Comme cela, je progresse assez vite.

7 439

Que lisez-vous en ce moment ?

J'ai commandé Les Italiens sur le front de l'Est, de David Zambon.

Il y a déjà beaucoup de livres qui abordent les guerres italiennes en Afrique ou dans les Balkans, mais presque rien en Russie.

Je ne l'ai pas encore reçu, mais j'ai déjà lu une interview de l'auteur très intéressante et qui m'a donné envie de lire son livre.

7 440 (Modifié par freddy.lombard 10/11/2019 à 17:59)

Que lisez-vous en ce moment ?

Je termine la lecture de la trilogie de Louvet, de son vrai nom Jean-Baptiste Louvet de Couvray  – d’ailleurs un personnage dont la vie vaut la peine d’être connue  - consacrée aux Amours du chevalier de Faublas. Les trois romans ne sont pas d’égale longueur.

C’est une curiosité. Qualifiée de roman-mémoires, l’œuvre comprend par endroits des suites de dialogues très fournis qui apparentent par exemple la troisième partie (La fin des amours de Faublas) plus à une pièce de théâtre qu’à un roman – mais alors une pièce qui, si elle était représentée sur scène, durerait au bas mot une vingtaine d’heures.

Le sujet est plutôt léger, on dirait aujourd’hui galanterie, libertinage et comique de situation, avec des rebondissements incessants dignes des meilleurs romans de Dumas !
Le style est superbe, d’un classicisme flamboyant, d’une fluidité absolue.

Bien que le sujet n’en n’atteigne pas la même portée philosophique, je place ce roman au même niveau que Jacques le fataliste et son maître de Diderot et je considère ces deux là comme les deux meilleurs romans français du XVIIIe siècle que j’ai pu lire jusqu’à présent.