7 411

Que lisez-vous en ce moment ?

Je viens de lire Crainquebille, une nouvelle d'Anatole France.
Je ne connaissais que le renom de cet auteur sans jamais n'avoir rien lu de son œuvre. C'est pour moi une agréable découverte. Je vais poursuivre avec la lecture du roman Thaïs.

7 412 (Modifié par freddy.lombard 25/07/2019 à 10:42)

Que lisez-vous en ce moment ?

15 juillet.

Merci, quaero, d'alimenter ce fil.

Je n'ai pas encore lu d'ouvrage d'Anatole France. Il est à mon « programme », mais j'avoue qu'il n'est pas sur le dessus de la pile de mes priorités. Va comprendre...

De mon côté, j'ai redécouvert pour ne pas dire découvert Marcel Aymé dont j'avais lu La Jument verte il y a si longtemps que ça ne m'avait pas marqué.

Comme d'habitude, j'attaque les romans dans l'ordre chronologique, grâce à ce premier volume de ses Œuvres romanesques complètes.

Brûlebois, court roman ou longue nouvelle, m'a tout de suite mis dans le bain : un style remarquable, concis, précis, percutant, un humour que j'apprécie beaucoup...

Aller retour est un peu dans la veine de Julien Green, mais toujours avec ce style et cet humour propre à l'auteur.

Ensuite je me suis régalé avec La Table aux crevés, prix Renaudot 1929, que je recommande. On se croirait un peu dans Giono. Je vais offrir cet ouvrage à plusieurs de mes connaissances. Superbe.

Je viens de commencer La Rue sans nom. Cette fois-ci, l'ambiance est plus proche de Zola. Marcel Aymé semble offrir une palette de sujets très large, tout en conservant et affinant un style assez moderne par sa concision, bien que très riche par son vocabulaire. Je me délecte. 

25 juillet.

J'ai terminé le tome 1 des Œuvres romanesques complètes de Marcel Aymé dans La Pléiade.

Après La Rue sans nom, j'ai lu Le Vaurien, un peu le Bel Ami de Marcel Aymé.

Ensuite il y avait Le Puits aux images, son premier recueil de nouvelles. Bien qu'un peu inégal, j'en retiens surtout l'étonnante variété des thèmes abordés et de l'écriture - un véritable exercice de style.
Certaines nouvelles comme L'Individu sont de tout premier ordre.
La nouvelle A & B devrait rappeler quelques histoires vécues aux étudiants et surtout aux professeurs qui fréquentent ce forum qui, s'ils ne l'ont jamais lue, pourraient s'y précipiter ! 

J'ai terminé par La Jument verte, premier gros succès public de l'auteur. S'il est vrai que c'est un excellent roman, très original, je lui ai préféré - d'une courte tête - La Table aux crevés.

Pour l'instant, ce que je vois de Marcel Aymé, c'est qu'il s'agit d'un écrivain dont la variété des styles d'écriture ne manque pas d'évoquer Maupassant, Giono, Green, Zola... Mais l'exubérance de ses styles, le fait qu'il ait su aussi bien assimiler la littérature qui l'a précédé et surtout sa verve et son inventivité en font un écrivain incontournable du XXe siècle.

La richesse de son vocabulaire ne doit pas faire fuir : il est accessible à tous, ses romans sont assez courts comme de longues nouvelles, les descriptions sont brèves, les traits de caractère concis et percutants ; je ne saurais trop le conseiller à des lycéens ou des étudiants, comme un antidote réjouissant à la complexité d'un Balzac, par exemple. De quoi se réconcilier avec la littérature « classique ».