7 381

Que lisez-vous en ce moment ?

L'idée de départ est assez intéressante, mais il y a beaucoup d’incohérences et je trouve les personnages peu attachants ; soit peu détaillés, soit antipathiques, soit débiles voire les trois à la fois.

7 382 (Modifié par freddy.lombard 05/04/2019 à 11:44)

Que lisez-vous en ce moment ?

3 avril.

Je viens de terminer Hector d'Antoine de Montchrestien.

Cette passion des auteurs pour la mythologie dès le début du XVIIe siècle... Intéressant.
C'est aussi une étape importante vers la tragédie classique.

5 avril.

Suite du théâtre du XVIIe siècle avec trois pièces d'Alexandre Hardy :
- Scédase ou L'hospitalité violée
- La Force du sang
- Lucrèce ou L'adultère puni

Pour découvrir cet auteur supposé avoir écrit quelques six cents pièces, je conseillerais La Force du sang, avec ses ressorts dramatiques qui évoquent aussi bien certaines tragédies antiques que le théâtre de Montherlant (quel grand écart !  )

Les contraintes des trois unités n'existent pas encore : on passe d'un lieu à l'autre instantanément, les échelles de temps sont à géométrie variable, on n'hésite pas à montrer toute l'action sur la scène, les sujets abordés peuvent même sembler très étonnants aujourd'hui. Cette grande liberté de ton, cette souplesse et ce dynamisme de la narration ne sont pas sans préfigurer le cinéma qui ne viendra que trois siècles plus tard.

7 383

Que lisez-vous en ce moment ?

Intéressant! Ton analyse m'a rappelé que la règle des trois unités n'a pas marqué la totalité du théâtre du XVIIème siècle! 

C'est bien de bénéficier de défricheurs communicants!

7 384 (Modifié par freddy.lombard 05/04/2019 à 18:17)

Que lisez-vous en ce moment ?

Perluète, tu es bien urbaine, mais tu sais, je n'y connais pas grand chose : simple lecteur, j'essaie d'apprécier ce que je lis et mes notules ici me servent de journal de bord. 

J'ai enchaîné avec deux farces très courtes de Tabarin : Les Deux pourceaux et Le Voyage aux Indes.
Ce ne sont pas tant les textes qui sont intéressants que la biographie de l'auteur et les notes de l'édition de La Pléiade qui expliquent ce qu'était le théâtre de foire au début du XVIIe siècle, le plus souvent itinérant.
Curieusement, Tabarin et les acteurs de cette petite troupe ont connu un tel succès qu'ils ont gagné de l'argent au point de s'acheter un château !
On y apprend aussi qu'une grande solidarité régnait dans le monde du théâtre, puisque, loin de considérer ces acteurs de foire comme « mineurs », les grands auteurs qui suivront les emploieront dans leurs troupes, et la plupart feront des mariages qui les hisseront dans la hiérarchie sociale.
Enfin, même si ce type de théâtre est un peu tombé en désuétude avec l'avènement des grandes tragédies, ces pièces sont restées parce qu'elles ont connu un succès retentissant, non seulement sur les tréteaux mais encore dans leur éditions imprimées qui se sont vendues à vingt mille exemplaires au long du siècle, semble-t-il un record pour l'époque.
À signaler également une anecdote amusante : chez Tabarin, il semble que, pour la grande majorité de ses farces, ce soit le sac que le public attendait - ce fameux sac dont s'est inspiré Molière pour Scapin -, au point que sac était considéré comme le véritable héros ! 
C'est également dans les farces de Tabarin que l'on voit le capitaine Rodomont.

J'ai ensuite lu une curiosité, Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé, l'une des seules pièces écrites par Théophile de Viau, dont la vie est un véritable roman. (Wikipédia évoque une autre pièce, mais la biographie en Pléiade parle d'une seule tragédie). Je ne sais pas si l'on peut parler de chef-d'œuvre, mais à mon goût, tant au plan de l'écriture que de l'histoire proprement dite, cette pièce est à mettre au rang des grandes tragédies de Corneille ou de Racine.
Si lui n'a pu goûter son succès (il est mort à trente-six ans après une vie étonnante), sa tragédie en revanche a connu quatre-vingt huit éditions imprimées au cours du XVIIe siècle, là aussi un record absolu.

7 385 (Modifié par lamaneur 06/04/2019 à 09:25)

Que lisez-vous en ce moment ?

Si lui n'a pu goûter son succès (il est mort à trente-six ans après une vie étonnante), sa tragédie en revanche a connu quatre-vingt huit éditions imprimées au cours du XVIIe siècle, là aussi un record absolu.

Quiz du matin : dans quel passage ultra-célèbre  d'une pièce ultra-célèbre nettement moins ancienne et encore souvent jouée trouve-t-on une allusion à  cette tragédie, avec un détournement comique ?

7 386 (Modifié par floreale 06/04/2019 à 08:53)

Que lisez-vous en ce moment ?

Quel passage ?

Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare ???

7 387

Que lisez-vous en ce moment ?

Merci Floréale pour la correction.
Shakespeare est un précurseur de Viau,  ce n'est donc pas lui.

7 388

Que lisez-vous en ce moment ?

Mairet s'est plusieurs fois inspiré de la pièce de Viau, notamment dans La Sophonisbe.
De même, Tristan L'Hermite dans La Mariane.
Il semble que Corneille, Pradon, puis des auteurs d'opéra postérieurs aient aussi repris Pyrame et Thisbé...

[Voir : http://www.ircl.cnrs.fr/productions%20e … terite.pdf ]

Une analyse plus scolaire http://cache.media.eduscol.education.fr … 625981.pdf établit des comparaisons poussées entre Ovide et Viau.

Mais plus récent et ultra-célèbre, je ne vois pas... 

7 389

Que lisez-vous en ce moment ?

Ben...Cyrano de Bergerac.

7 390

Que lisez-vous en ce moment ?

Bravo Laoshi !

Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l’harmonie ! Il en rougit, le traître ! »

https://fresques.ina.fr/en-scenes/fiche … stand.html