L'apologue doit-il obligatoirement s'appuyer sur le rire pour être persuasif ?

Bonjour

Je vous envoie ce message car je suis en 1ere S et j'ai un sujet de dissertation a remettre pour Mardi mais j'ai du mal a trouver un plan pertinent et plus particulièrement des sous parties dans lesquelles je peut argumenter:

Mon sujet est le suivant :
Dans une lettre au marquis d'Argenson, Voltaire donne ce conseil : "mettez les rieurs de votre coté et le combat sera gagné "
En vous appuyant sur vos lectures de l'année, vous vous demanderez si l'apologue doit obligatoirement s'appuyer sur le rire pour être persuasif .

Le sujet est donc autour du rire dans l'apologue voltairien. j'ai pensé a un plan ou je pourrait parler des procédés stylistique du rire et des liens entre ces procédés et dans un autre temps les limites de l'ironie

lecture de l'année : candide, supplément au voyage de bougainville, Le meilleur des mondes, 1984

2

L'apologue doit-il obligatoirement s'appuyer sur le rire pour être persuasif ?

bonjour, j'ai a peu près le sujet sujet que toi, regarde :

https://www.etudes-litteraires.com/foru … uasif.html

3

L'apologue doit-il obligatoirement s'appuyer sur le rire pour être persuasif ?

Albert, votre dissertation a pour seul mots clés le rire et la persuasion, dans ce sujet ici present, il y a un autre mots a ne pas negligé: l'apologue.
Je pense que la structure "vous vous demanderez si .... doit obligatoirement ...." apel a un plan didactique, c'est à dire: 1/ Oui, 2/ NOn, 3/ ...

Je pense aussi qu'il faut s'appuyer sur la definition de l'apalogue, ma memoir est un peu vague dessu mais il me semble qu'un apologue est "un recit plaisant aboutissant à une leçon"

1/ Oui le rire est un apsect util à l'apologue car ainsi il est plus plaisant.

2/ Mais l'apologue peut s'appuyer sur d'autres procédé pour persuader. Persuader appel a des sentiments (au contraire de convaincre qui utilise plutôt des preuves) : le rire en est une sorte, mais il existe d'autre façon de joué sur les sentiment, la peur, la pitié ect.... bien que je n'ai point d'exemple sous la main, d'autant plus s'il faut s'appuyer sur TES lectures .... J'ai lu Candide et 1984 mais sans les etudié donc bon... Il est clair que 1984 ne fait pas rire au eclat.... (enfin si, peut etre une forme de rire car tout est exessivement grossi: la perte de liberté, on a meme plus le droit de lire), je trouve que ce roman fait plutôt peur: peur si cela arrive un jour. Et personnelement (bon là c'est allez cherché loin) je trouve que le livre du resistant est tout a fait vrai. Eu donc si on repart sur l'apologue, e quoi 1984 est un apologue? Honetement je vois pas où est la leçon a tiré ' qu'il ne faut pas laisser s'imposer un état totalitaire?
Bon quant à Candide, c'est  un apologue ma foi fort plaisant mais peut on dire qu'il fasse vraiment rire? Si non, alors le rire n'est pas "obligatoire" dans un apologue (ce qui contredit ton sujet).
Ah pis il me semble avoir un jour entendu dire que les fables de La Fontaine étaient des apologues: En ce cas, dans la fable de la cigale et la fourmi (ca vous devriez pas le voir en S mais tu peu dire que tu t'es renseigné dessu telement tu trouvais le double sens des fables interessantes ) il faut voire comme dans chaque fable 2porté: Une plutôt pour les enfant (ouh! bien fait vilaine cigale qui a rien foutu, oh mechante fourmi intolerante!) et une autre où en fait la cigale serait La Fontaine qui comme tant d'autre ecrivain, n'arrive pas à vivre de leur plumes et appellent donc aux mecenats (les riches finances les artistes). Donc ici, la pitié est plutôt utilisé au detriment du rire...

Bon comme d'habitude je suis un peu brouillon mais moi aussi j'ai de la litterature qui m'attend