"Je ne peux jamais voir quelqu'un sans le battre" qui et dans quoi ?

Bonjour à tou(te)s,

Je cherche désespérément l'auteur d'un texte court qui - si mes souvenirs sont bons - commence ainsi.

C'est un texte court, contemporain.
Je ne me souviens que de quelques bribes et je recherche l'intégralité du texte.

Voici des fragments
je l'attrape
je l'accroche au porte-manteau
je le décroche
je le pile, je l'étripe
... dans ma tasse
je le sort, je l'essuie..
ça pourrait être Dubillard, Topor, enfin quelqu'un de cette époque... mais tout ceci est bien vague.

Avez-vous une idée pour me mettre sur la piste ?

Merci d'avance pour votre aide

"Je ne peux jamais voir quelqu'un sans le battre" qui et dans quoi ?

Je me réponds à moi-même ayant enfin retrouvé ce texte !

Il s'agissait de "mes occupations" de Henri Michaux

Ci-dessous, pour comparaison avec mes souvenirs !

Je peux rarement voir quelqu'un sans le battre. D'autres préfèrent le monologue intérieur. Moi non. J'aime mieux battre.
Il y a des gens qui s'assoient en face de moi au restaurant et ne disent rien, ils restent un certain temps, car ils ont décidé de manger.
En voici un.
Je te l'agrippe, toc.
Je te le ragrippe, toc.
Je le pends au portemanteau.
Je le décroche.
Je le repends.
Je le décroche.
Je le mets sur la table, je le tasse et l'étouffe.
Je le salis, je l'inonde.
Il revit.
Je le rince, je l'étire (je commence à m'énerver, il faut en finir), je le masse, je le serre, je le résume et l'introduis dans mon verre, et jette ostensiblement le contenu par terre, et dis au garçon: «Mettez-moi donc un verre plus propre.»
Mais je me sens mal, je règle promptement l'addition et je m'en vais.