1

Étymon de "jamais"

Bonsoir,

le forclusif "jamais" a-t-il le même étymon que son homonyme l'adverbe temporel "jamais"

(dans par exemple:As-tu jamais vu quelque chose d’aussi beau ?)?

Si tel est le cas connaîtriez-vous cet étymon?

Si tel n'est pas le cas pourriez-vous me donner les 2 étymons différents?

2

Étymon de "jamais"

Il faudrait vraiment, vu ta curiosité, que tu te procures un bon dictionnaire étymologique et une bonne grammaire.

Jamais vient de iam (à l'instant, déjà), et magis (davantage) qui renforce.
Il faut bien comprendre que c'est à cause de la négation que jamais signifie "à aucun moment". En dehors d'un contexte négatif, cela signifie simplement, à un moment indéterminé, une fois, déjà etc.

Étymon de "jamais"

Et quel que soit son sens (positif ou négatif) le mot jamais
a une seule origine étymologique, celle que Lucretius t'a donnée.

Quelquefois, le jamais à sens négatif peut se passer d'une négation :

Jamais de la vie !
Je travaille en semaine, mais jamais le dimanche.
C'est le moment ou jamais.
Mieux vaut tard que jamais.
Une curiosité jamais satisfaite.

4

Étymon de "jamais"

Oui, c'est la fâcheuse dérive des forclusifs.

5

Étymon de "jamais"

merci beaucoup

Étymon de "jamais"

Pourquoi "fâcheuse" ? Pourquoi "dérive" ?

S'il y a dérive, elle est quasiment aussi longue que l'histoire de la langue...

Et puis, un forclusif accentué est plus expressif qu'un ne atone et incolore... Etant donné que c'est le forclusif qui précise la modalité de la négation, normal qu'il puisse se passer du ne :

Imaginons :
"Ne de pain quelquefois, et ne de repos."
ou encore :
"Ne point de pain quelquefois, et ne jamais de repos."

Je préfère finalement la "fâcheuse dérive" des forclusifs :

"Point de pain quelquefois, et jamais de repos." (LA FONTAINE)

7

Étymon de "jamais"

C'est une dérive, parce qu'originellement ce ne sont pas ces mots qui sont négatifs. J'ai une certaine affection pour le "ne", et j'aime bien les phrases qui se passent de forclusif. Ne voyez dans ces appréciations que l'expression d'un caprice injustifiable.

Étymon de "jamais"

C'est vrai que la seule véritable négation est ne.

C'est vrai que les phrases où l'on peut se passer du forclusif ne manquent pas d'une certaine élégance un peu surannée, si je puis me permettre cette appréciation injustifiable.

C'est vrai aussi que certains adorent tellement le ne qu'ils l'utilisent même si la phrase n'est pas négative (le fameux ne explétif) : Je crains qu'il n'arrive trop tôt... Pars vite avant qu'il ne rentre... Il est moins bête qu'il ne paraît...

Mais il faut reconnaître que sans forclusif, les phrases négatives seraient d'une imprécision redoutable,  le ne seul n'en disant pas bien long :

Il ne rit... Il ne rit... pas ? Il ne rit... guère ? Il ne rit... plus ? Il ne rit... jamais ?