21

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

Bonjours , j'aurais besoins de votre aides pour trouver de métaphores et les analysé dans un poème de Ronsard

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vêprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

j'attends vos réponses avec impatiente

22

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

Une métaphore est un rapprochement implicite de deux réalités sans outil de comparaison(comme, paraître).
Ex:"L'or du soir qui tombe."(Hugo) L'or du soir est le comparant. Le comparé, la lumière du soleil couchant, est absent.
A présent tu peux les relever.

23

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

C'est à dire que sa robe de pourpre est le comparant et la couleur des pétales de la rose est le comparé ? je trouve que ça '

24

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

Ce que je t'ai donnée était simplement un exemple. Ce texte repose sur un procédé essentiel:une métaphore filée car elle se développe sur plusieurs vers. Tu devrais faire un rapprochement entre la rose et la femme.

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

salut je m'appelle miky je suis une nouvelle utilisatrice de ce site  je voudrais qu'on  m'aide sur le  sujet : mignonne allons voir si la rose
en combien de parties peut on diviser ce poème
qeulles en seront les titres
merci d'avance

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

26

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

salut miky l'année dernière j'avais fais le commentaire de ce texte en classe dans le cadre des "réécritures" je te fais un copier-coller du travail :
Etude comparative des textes A & B :

Questions : « A Cassandre », Ronsard

1.    Qu’est-ce qui demeure ?
2.    Qu’est-ce qui diffère ?

Vous répondrez à ces questions en vous aidant de procédés stylistiques.

Ce texte appartient au quatrième livre des Odes auquel il a été rattaché en 1545. C’est une ode de pindard (= 3 strophes) que Ronsard décline le motif du carpe diem qui invite à profiter de la vie sans remettre au lendemain. Cette invitation a pour cadre une rose du jardin qui permet d’assimiler la beauté et le destin comparables à ceux de la femme. Le texte se compose de trois sizains d’octosyllabe chacun correspondant à un moment précis ;

•    Au matin l’éclosion de la fleur dans toute sa beauté.
•    Dépérissement de la rose selon la loi de la nature.
•    La conclusion avec la leçon que veut délivrer l’exhortation à la femme aimée.

La première étape est celle de la beauté de la rose. Le vers s’ouvre sur une apostrophe avec l’adjectif « mignonne » qui est un terme affectueux. Le poème tout entier est adressé à une seule personne. C’est une invitation à une ballade sentimentale : « allons voir… ». L’impératif « allons » réunis les deux amants de cette promenade. « Qui ce matin avait déclose… » Est une personnification de la rose et laisse supposer qu’une promenade a eu lieu. La rose est déjà connue avec l’indication « ce matin… ».
Au second vers il y’a un changement subit par la rose avec la forme verbale du plus que parfait. L’enjambement des vers 2-3 couvrent le geste défroissable et d’étirement que Ronsard prête à la rose. La personnification se confirme avec l’utilisation du mot « robe » ainsi que les notations de couleurs « pourprées » « pourpre » « soleil ».
Cette robe est veloutée et vernis. Cette première strophe baigne dans une atmosphère de délicatesse. Ronsard ne décrit pas seulement un jardin mais une atmosphère intime : « A point perdu ». L’allitération en P saccade le vers et rend l’angoisse qui plane dans l’interrogation de la perte et de dédain. « Les plis de la robe pourprée » fait écho au vers précédent et il est organiquement lié, le mot « pli » accentue la rose de la femme (= assimilation femme-rose). Le dernier vers accompli l’assimilation de la femme à la « votre ». Nous retrouvons ici un adjectif de comparaison. Cette première strophe a préparé l’assimilation de la rose en femme via la robe de « pli » et le « teint ». 

La deuxième strophe correspond à la mort de la rose. Le ton change avec l’emploi de « Las » (= Las). Dans cette strophe, le poète prend la femme aimée à témoin pour un constat amer. La rose a perdu toute sa beauté au cours de la journée. La reprise de « mignonne » et la répétition de « Las » au vers 9 montre qu’il n’y a rien à faire pour arrêter le temps. « Peu de place » est une allitération en S qui témoigne du glissement contre lequel il n’y a rien à faire. La mort avec « ses beautés laissées choir » qui révèle le caractère fatal de la mort.
Le vers 10, du poète à la nature, la mort de la rose n’occupe plus le premier plan avec l’exemple de la cruauté « marâtre ». Ronsard peut amorcer le thème de la mort des vers 11-12 et qui résument également la vie de la rose avec la fugacité de la mort du matin jusqu’au soir. La deuxième strophe montre la mélancolie à cause de la modalité exclamative et ma déploration qui invite à profiter de la vie.

La troisième strophe est introduite par la conjonction de coordination « donc » qui montre qu’elle va élucider les deux précédentes strophes. Nous pouvons reconstituer ce troisième sizain en un syllogisme
•    La rose est mortelle
•    Or, la femme est une rose
•    Donc la femme est formelle et il faut profiter de la vie.
Toutefois, la mort n’est pas prononcée. La vieillesse au vers 17 : « si vous me croyez » « cueillez votre jeunesse ». La femme est donc bien assimilée à une fleur. La louange de la femme aimée permet d’éloigner la femme fatale avec l’impératif qui est une rapidité dont elles doivent faire preuve pour profiter de la vie. C’est un contexte floral avec « cueillir ».
Ronsard fait entendre discrètement sa demande de profiter du temps présent. La leçon occupe les deux vers finals avec l’explicite grâce à la comparaison. La vieillesse est placée en contre rejet. Le temps va plus vite que l’on croit. Ronsard préfère évoquer la mort par euphémisme. Il s’agit alors de comprendre que la vie est une lutte contre le temps ; il vaut mieux profiter de la vie.

Ce texte emprunté à tous les poètes, est un traitement poétique  sur les lieux communs de la fuite du temps et également un lieu commun que l’écriture de Ronsard régénère et réactualise pour proposer une sorte d’incarnation contre la mort.

27

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

Bonjour
,
Pour mon oral du bac de francais j'ai un texte de Ronsard
'Migonne allons voir si la rose'
La question est: 'Comment le lyrisme est-il exprimé dans ce poème'

Pour le plan j'ai pensé à :

I- Ce poème constitue une invitation à l'amour
a) Comparaison entre la rose et la jeune fille

Mais apres je bloque!

Pouvez vous m'aider svp ?

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au votre pareil.
Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, las ses beautés laissé choir !
O vraiment marâtre Nature,
Puisqu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vôtre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

" Odes ", I, 17
Ronsard (1524, Vendômois), XVIème

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

tu oublie la personnificatin vers 15

29

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

Orad, cela fait trois mois que les EAF ont eu lieu 

30

Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

je dois rediger 10lignes expliquant en quoi le poeme de ronsard"mignonne, allons voir si le rose" est un poeme typique du XVI eme sciecle. 10lignes je trouve peu pour rediger tout ce qu'il y a dire...Que dois je mettre alors?merci de votre aide!!!!

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.