Baudelaire, Les Bons Chiens

Bonjour, je suis en 1ère L et j'ai un commentaire composé à faire sur un extrait des "bons chiens" de Petits poèmes en prose. J'ai déjà trouvé mon plan mais pas la problématique à laquelle il répond (bouh c'est mal, le plan avant la problématique ! Je sais '). Je serais très reconnaissante à ceux qui me viendrais en aide ! Merci d'avance !

Arrière la muse académique!  Je n'ai que faire de cette vieille bégueule.  J'invoque la muse familière, la citadine, la vivante, pour qu'elle m'aide à chanter les bons chiens, les pauvres chiens, les chiens crottés, ceux-là que chacun écarte, comme pestiférés et pouilleux, excepté le pauvre dont ils sont les associés, et le poète qui les regarde d'un œil fraternel.
Fi du chien bellâtre, de ce fat quadrupède, danois, king-charles, carlin ou gredin, si enchanté de lui-même qu'il s'élance indiscrètement dans les jambes ou sur les genoux du visiteur, comme s'il était sûr de plaire, turbulent comme un enfant, sot comme une lorette, quelquefois hargneux et insolent comme un domestique!  Fi surtout de ces serpents à quatre pattes, frissonnants et désœuvrés, qu'on nomme levrettes, et qui ne logent même pas dans leur museau pointu assez de flair pour suivre la piste d'un ami, ni dans leur tête aplatie assez d'intelligence pour jouer au domino!
A la niche, tous ces fatigants parasites!
Qu'ils retournent à leur niche soyeuse et capitonnée.  Je chante le chien crotté, le chien pauvre, le chien sans domicile, le chien flâneur, le chien saltimbanque, le chien dont l'instinct, comme celui du pauvre, du bohémien et de l'histrion, est merveilleusement aiguillonné par la nécessité, cette si bonne mère, cette vraie patronne des intelligences!
Je chante les chiens calamiteux, soit ceux qui errent solitaires, dans les ravines sinueuses des immenses villes, soit ceux qui ont dit à l'homme abandonné, avec des yeux clignotants et spirituels : « Prends-moi avec toi, et de nos deux misères nous ferons peut-être une espèce de bonheur!»

Charles Baudelaire (1821-1867)
Petits poèmes en prose (1869) , extrait du poème "Les Bons Chiens"

Plan :

I- Le poète Maudit
1) Le poète rejeté
2) Le poète du rejet

II - Une satyre de la société du II Empire (la corruption des moeurs)
1) Ceux qui courbent l'échine (Les chiens bellâtres...)
2) Les marginaux rejetés (Les pauvres chiens...)
3) Opposition typographique (A la niche tous ces fatigants parasites)

III - Un poète libéré mais en perdition
1) Libéré
2) En perdition
3) Illumination (champs lexical + muse familière)

Intro inachevée :

En 1869 est publié le recueil de Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose. Il est donc publié après la mort de Baudelaire, et écrit à la fin de sa vie, comme réponse aux Fleures du mal ou il était en quête de son idéal poétique. Mais dans Petits poèmes en prose, Baudelaire est beaucoup plus pessimiste, plongé dans une sorte d’errance. Il écrit sans savoir ou sa plume le mène et c’est sans doute pour ça qu’il choisit la forme de la prose, beaucoup plus libre, qui lui permet d’écrire au fil de ses pensées. Il n’est plus sûr de pouvoir atteindre cet idéal. Cet extrait des « Bons Chiens », rassemble les pensées de Baudelaire et pourrait même être lut comme une réponse à « l’Albatros » des Fleures du mal. (...)J'ai finalement trouvé une problématique et finit l'introduction, mais je ne suis pas sûre de moi, pourrais-je avoir votre avis ?

Intro :

    En 1869 est publié le recueil de Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose. Il est donc publié après la mort de Baudelaire, et écrit à la fin de sa vie, comme réponse aux Fleures du mal ou il était en quête de son idéal poétique. Mais dans Petits poèmes en prose, Baudelaire est beaucoup plus pessimiste, plongé dans une sorte d’errance. Il écrit sans savoir ou sa plume le mène et c’est sans doute pour ça qu’il choisit la forme de la prose, beaucoup plus libre, qui lui permet d’écrire au fil de ses pensées. Il n’est plus sûr de pouvoir atteindre cet idéal. Cet extrait des « Bons Chiens », rassemble les pensées de Baudelaire et pourrait même être lut comme une réponse à « l’Albatros » des Fleures du mal. Comment Baudelaire nous décrit-il la condition du poète du second empire ? Tout d’abord grâce au thème récurent du poète maudit. Ensuite, le texte est une critique virulente de la corruption des mœurs au second empire. Enfin Baudelaire exprime sa condition difficile de poète en perdition, bien que libre.

2

Baudelaire, Les Bons Chiens

Bonjour Cytrus,

Beaucoup de bonnes idées ! Mais attention à satyre qui est un faune et non la critique qui s'écrit satire.

Pour ma part, je verrais plutôt dans ce poème un art poétique :
- l'expression d'une conception de la poésie / du rôle du poète,
- illustrée par une métaphore filée,
- et par des procédés paradoxaux : comment exprimer la révolte par des figures conformistes ?

Baudelaire ne met pas tout à fait un bonnet rouge au dictionnaire comme Hugo.

Baudelaire, Les Bons Chiens

Merci beaucoup Jean-Luc,

Je me trompe souvent entre satyre et satire ! merci !
J'avais évidement prévu de parler de la métaphore filée, mais elle est tellement présente dans le poème que je ne l'avais pas précisée, je pense que j'en parlerais dans le premier axe, mais elle risque de revenir dans chaque axe. Qu'est ce que tu appelles "figures conformistes" ? Je ne vois pas grand chose de conforme dans ce poème justement... Enfin je n'ai pas bien compris ce dernier point, je m'excuses.

Merci en tout cas de m'avoir aidée !

4

Baudelaire, Les Bons Chiens

J'aurais pu dire "figures classiques". Baudelaire, poète de la modernité dans sa révolte, n'use pas de beaucoup de trouvailles pour exprimer un sujet nouveau. La forme reste classique, hormis l'aventure de la prose poétique.

Baudelaire, Les Bons Chiens

Mmh d'accord ! : )
Merci encore ! Je vais finir de le rédiger d'ici ce soir, j'espère !
On verra bien ce que ça donne !

Baudelaire, Les Bons Chiens

C'est marrant, j'ai comme l'impression d'être dans ta classe

Baudelaire, Les Bons Chiens

j'ai l'impression que tu es dans la mienne également 

8

Baudelaire, Les Bons Chiens

bonjour,
Après la lecture "les bons chiens" je dois répondre à la question : "En quoi les chiens sont-ils bons?". En dehors du fait qu'ils sont appréciés de l'auteur quand ils sont courageux, dévoués et philosophes, je ne vois pas trop comment creuser la question... Quelqu'un aurait-il vu les choses autrement? merci!

9

Baudelaire, Les Bons Chiens

Bonjour,

Le terme "bon" mérite d'être apprécié.
Le bon chien est d'abord celui qui est bon, compatissant, celui qui accompagne le pauvre, qui fait le don de sa fidélité...

Ce poème est un éloge paradoxal.

Pour Baudelaire le bon chien est le contraire de ce que le sens commun met sous cette appellation.

Finalement, le bon chien, c'est Baudelaire lui-même, poète hors norme qui se démarque de la poésie officielle.

Tout ce qui est dit du bon chien peut être transposé dans le projet baudelairien...

Baudelaire, Les Bons Chiens

ton plan fait l'impasse sur la forme "prose poétique" et cela me semble dommage. il y a tout un arsenal argumentatif à présenter dans ce poème (dont la ponctuation immense)!

ton intro parle d'errance et me semble un contre-sens (!) à ce poeme puisqu'au contraire il s'agit d'un manifeste poétique ! c'est là que serait la bonne problématique : contre quel genre de poésie lutte-t-il et pour quel type de poésie combat-il ?

rien que l'expression "merveilleusement aiguillonné par la nécessité, cette si bonne mère" mériterait un bon paragraphe biographique sur ses déboires financiers.
de même ce passage "Je chante le chien crotté, le chien pauvre, le chien sans domicile, le chien flâneur, le chien saltimbanque," serait à mettre en relation avec ses expériences hallucinogènes et son amour des bas-fonds. en fait ce poeme demande une bonne connaissance de la biographie de baudelaire. lire le portrait de baudelaire par jules vallès !