Molière, L'École des femmes, acte IV, scène 1

Bonjour! J'ai grandement besoin de votre aide, étant donné que moi et le français, ça fait 2 '.
Bref, j'ai une dissertation à faire pour jeudi à partir de cela [je suis en seconde]:

Scène 1

Arnolphe.

J’ai peine, je l’avoue, à demeurer en place,
Et de mille soucis mon esprit s’embarrasse,
Pour pouvoir mettre un ordre et dedans et dehors
Qui du godelureau rompe tous les efforts.
De quel œil la traîtresse a soutenu ma vue !
De tout ce qu’elle a fait elle n’est point émue ;
Et bien qu’elle me mette à deux doigts du trépas,
On dirait, à la voir, qu’elle n’y touche pas.
Plus en la regardant je la voyais tranquille,
Plus je sentais en moi s’échauffer une bile ;
Et ces bouillants transports dont s’enflammait mon cœur
Y semblaient redoubler mon amoureuse ardeur ;
J’étais aigri, fâché, désespéré contre elle :
Et cependant jamais je ne la vis si belle,
Jamais ses yeux aux miens n’ont paru si perçants,
Jamais je n’eus pour eux des désirs si pressants ;
Et je sens là dedans qu’il faudra que je crève
Si de mon triste sort la disgrâce s’achève.
Quoi ? j’aurai dirigé son éducation
Avec tant de tendresse et de précaution,
Je l’aurai fait passer chez moi dès son enfance,

Et j’en aurai chéri la plus tendre espérance,
Mon cœur aura bâti sur ses attraits naissants
Et cru la mitonner pour moi durant treize ans,
Afin qu’un jeune fou dont elle s’amourache
Me la vienne enlever jusque sur la moustache,
Lorsqu’elle est avec moi mariée à demi !
Non, parbleu ! non, parbleu ! Petit sot, mon ami,
Vous aurez beau tourner : ou j’y perdrai mes peines,
Ou je rendrai, ma foi, vos espérances vaines,
Et de moi tout à fait vous ne vous rirez point.

(Voici le chapeau: Pour ne pas être cocu, Arnolphe a décidé d'épouser Agnès, une jeune fille qu'il a élevée à l'écart du monde, dans l'ignorance de la vie. Mais agnès écoute favorablement les déclarations amoureuses du jeune Horace. Arnolphe exprime sa rage et son desespoir devant la conduite d'Agnès qu'il ne peut pourtant cesser d'aimer.)

Je dois écrire 30 lignes pour expliquer que Arnolphe est un personnage comique et 30 autres pour expliquer qu'il est aussi un personnage [tragique] je pense (c'était à nous de trouver).

Je ne trouve pas assez d'élements de comique (et tragique, tant qu'à faire) pour écrire 30 lignes sur ça -___- 

Alors euh... HELP / Merci beaucoup, c'est pour Jeudi...

2

Molière, L'École des femmes, acte IV, scène 1

Bonjour, j'ai un commentaire composé à faire sur la scène 1 de l'acte IV de l'école des femmes :

[même texte]


Ma problématique est : Comment ce monologue d'Arnolphe nous montre-t-il les sentiments qu'il ressent?
J'ai mes deux grandes parties qui sont tout d'abord la colère qui l'anime, et enfin, l'amour qu'il ressent pour Agnès. (Le prof nous a donné des pistes et j'en suis venu à ça)
J'ai du mal à analyser, je dois écrire 3 pages mais je n'ai pas assez de matière, pourriez vous m'aider? Merci!

Molière, L'École des femmes, acte IV, scène 1

Bonjour à tous, j'ai un commentaire à faire sur l'acte 4, scène 1 sur l'école des femmes et j'ai quelques questions préparatoires sur cet acte. Ils faut assez développé et mes réponses semblent courtes donc si vous pourriez m'aider un petit peu. S'il vous plait

Les questions sont les suivantes :

1) Quel est le thème de l'extrait
2) Montrez qu'Arnolphe est partagé entre l'amour et la colère
3)Quel est le registre dominant
4) En quoi la situation d'Agnès est-elle caractéristique de la comédie ?

Où j'en suis :

1) Le thème de l'extrait est l'amour d'Arnolphe pour Agnès
2) "J'étais agri, fâché, désespérer contre elle" pour la colère
    "Jamais je n'eus pour eux des désirs si pressants"
3) Le registre dominant est le registre pathétique car Arnolphe fait en quelque sorte pitié pour le lecteur car celui-ci aime Agnès mais Agnès aime Horace
4)La situation d'Agnès est caractéristique de la comédie car :
Il y a un comique de situation : Arnolphe se rend compte qu'il est amoureux d'Agnès, 13 ans après l'avoir connu, à cause de sa jalousie envers Horace
Il y a aussi un comique de caractère : La jalousie d'Arnolphe
Voici le texte :

[même texte]

4

Molière, L'École des femmes, acte IV, scène 1

Bonjour à tous,

Je suis actuellement en première et j'ai un commentaire rédigé à faire sur L'école des femmes de Molière acte IV scène 1.
J'ai des axes à ma disposition mais je dois trouver la problématique et les sous partie ...
Cela fait maintenant plus de deux heures que je cherche et j'ai beaucoup de mal à trouver.
Alors voilà, le sujet c'est : vous commenterez le monologue d'Arnolphe en vous aidant des indications suivantes :
_ Dans une première partie, vous montrerez comment s'exprime la violence des sentiments amoureux d'Arnolphe.
_ Dans une deuxième partie, vous étudierez comment paradoxalement Molière fait d'Arnolphe un personnage comique.

Voici mes recherches :
Problématique : Comment Arnolphe exprime-t-il ses sentiments violents ? En quoi le personnage d'Arnolphe est-il comique ?
Dans la 1ère sous partie du I, je pensais parler des critiques qu'il porte envers Agnès.
Et dans la 2ème sous partie, je pensais mettre en avant sa capacité à "embellir" Agnès. Je veux dire qu'il la critique en premier mais il l'aime quand même : on le voit notamment quand il dit : "Et cependant jamais je ne la vis si belle".

Dans la 1ère sous partie du II, je pensais peut être parler de l'exagération d'Arnolphe quand il critique Agnès.
Et dans la 2ème sous partie, je pensais parler du paradoxe mais je n'ai pas trop compris ce que cela pouvait être.

Et puis parler du monologue dans une partie me semble très important mais je ne sais pas où le placer

Pouvez vous m'aidez s'il vous plaît ?

Merci beaucoup.

5

Molière, L'École des femmes, acte IV, scène 1

Bonjour,

En I
Examine successivement
- l'impatience,
- le trouble,
- la colère,
- la passion.
Note comment le monologue est justement la manifestation incontrôlée d'un monde intérieur perturbé.

En II
Regarde ce qu'est le paradoxe : un homme qui souffre et dont pourtant on se moque.
Molière utilise le cliché du vieillard amoureux ridicule (Ce pourrait être la problématique).
Pourquoi est-il ridicule ?
Le barbon est déraisonnable.
Il veut lutter contre plus jeune que lui.
Il est allé contre la nature.
Sous prétexte d'éducation, il a emprisonné sa pupille.
Le spectateur pense donc qu'Arnolphe n'a que ce qu'il mérite.