11

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

FidèleCastor a écrit :

Les avis divergent, on dirait.

Je n'ai pas remarqué ça.

12

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

L'avis de Muriel sur une certaine construction différait des vôtres au message #8.

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

C'est exact.
Toutefois, la règle grammaticale énoncée par Jehan me donne tort, grammaticalement parlant.

Il n'en reste pas moins que je bute sur la compréhension de cette phrase :

- Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

alors que je n'ai aucun problème avec l'inversion des termes, dans celle-ci :

- Le premier événement résulte et est contemporain du deuxième.

C'est sans doute que mon esprit, attendant le COI de résulte (indispensable), assimile "être contemporain" à une locution verbale qui posséderait le même COI (différé pour résulte). C'est fautif grammaticalement, mais le sens est perçu correctement.

Alors que dans la première phrase, rien n'appelle un complément :  Le premier événement est contemporain est autonome de sens et est difficilement reliable à du deuxième.

14

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

Muriel a écrit :

C'est sans doute que mon esprit, attendant le COI de résulte (indispensable), assimile "être contemporain" à une locution verbale qui posséderait le même COI (différé pour résulte). C'est fautif grammaticalement, mais le sens est perçu correctement.

Nous partagions le même doute. Je ne me suis pas aperçu de l'ambiguïté de mon exemple parce que, dans mon esprit, son sens était clair.

Ma question portait bien sur la grammaire. J'aurais pu la formuler ainsi : puis-je considérer le complément d'adjectif comme un complément indirect dans ce cas de figure ?

Si vous-même, qui semblez qualifiée, avez pu être trompée par l'apparente validité de la construction, imaginez l'effet qu'elle avait sur le profane que je suis.

(Et si votre sexe est moins beau que fort, veuillez effacer les "e" superflus et accepter mes excuses. Ou quelque discours plus sérieux. )

15

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

Une dernière et minuscule question, portant sur un autre exemple, pour m'assurer d'avoir bien compris.

"Les devoirs incombent et paraissent pénibles aux écoliers."

Dans la phrase qui précède, "aux écoliers" joue le rôle unique de complément indirect. La coordination des verbes d'action et d'état respecte donc les règles grammaticales. Non ? (La dernière et minuscule question.)

16

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

Quand je lis cette phrase, je ne peux pas m'empêcher de tiquer, je ne la trouve pas française. Je ne pense pas qu'il soit admis qu'un COI puisse complèter deux verbes différents en même temps. A la rigueur, pour un COD, ça peut fonctionner :

Les devoirs agacent et ennuient les écoliers.

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

"Les devoirs incombent et paraissent pénibles aux écoliers."

Non, c'est incorrect pour les mêmes raisons.
Car "aux écoliers" est à la fois COI du verbe et complément de l'adjectif "pénible" (On ne parle pas de COI pour les compléments d'adjectifs, étant donné qu'un COD d'adjectif n'existe pas.) Ce sont donc deux fonctions différentes.

Pour tout résoudre, il vaut mieux reprendre "écoliers" par un pronom.

"Les devoirs incombent aux écoliers, et leur paraissent pénibles"

La phrase est moins pénible à lire, non ?

18

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

Ah non, on peut aussi dire qu'il s'agit du COI de paraitre. Les devoirs paraissent pénibles, mais à qui le paraissent-ils? aux écoliers.

19

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

Raaah ! (Et encore, mon doigt refusait de quitter le "a", j'ai dû l'y forcer.) Je sais bien qu'elle est moins lourde avec un "leur", ma phrase ! Mais la question ne se poserait plus.

Et puis, désolé mais, à mon humble avis, "aux écoliers" est COI cette fois. Pour vous en convaincre, modifiez-la un peu. Par exemple :

"Les devoirs incombent et paraissent être ardus aux écoliers."

Les devoirs paraissent quoi ? Être ardus (attribut). À qui ? Aux écoliers (COI).

Et non pas : "être ardus" à/de qui ?

Lucretius a écrit :

Je ne pense pas qu'il soit admis qu'un COI puisse complèter deux verbes différents en même temps.

Pourquoi pas ? Difficile à trouver mais pas impossible. Un exemple :

"Les lois participeront et succéderont à son règne."

20

Le premier événement est contemporain et résulte du deuxième.

Cet exemple n'a aucun sens. Bon pour te faire plaisir je peux moi même trouver un contre exemple de ce que j'ai avancé: "je le lui ai dit et répété". Il me semble cependant qu'il faut que les verbes soient très proches au point de vue du sens, sinon l'effet sera obligatoirement boiteux. La signification d'un verbe n'est pas toujours étrangère à la correction ou l'incorrection de la structure.