1

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

Bonjour à toutes et à tous !!!
Je suis en 1ère, et j'aurais besoin de votre aide pour ce sujet :
« La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une réflexion sérieuse ; la fiction ne peut servir à l'expression de la pensée. » (Rousseau)
Cette affirmation vous paraît-elle justifiée ?

Répondez-moi SVP...
Merci d'avance.

2

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

Bonsoir Lorena,

Ce site n'a pas pour vocation de rédiger les devoirs à ta place.

Pour te permettre de continuer toute seule, voilà quelques pistes :

"la fiction relève du mensonge ou de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une réflexion sérieuse. La fiction ne permet pas l'expression de la pensée".

Il faut d'abord analyser les termes
Fiction =
· Création de l'imagination ; ce qui est du domaine de l'imaginaire, de l'irréel
Illusion =
· Interprétation erronée d'une donnée sensorielle : Illusion auditive. Illusion d'optique.
· Effet obtenu par le moyen de l'art, de l'artifice, du truquage et qui crée le sentiment du réel ou du vrai : L'illusion de la vie donnée par un automate.
· Appréciation conforme à ce que quelqu'un souhaite croire, mais fausse par rapport à la réalité : Perdre ses dernières illusions.
Mensonge =
· Action de déguiser, d'altérer la vérité
· Assertion contraire à la vérité.
· Littéraire. Ce qui est faux, illusoire, trompeur
La fiction est bien du domaine de l'imaginaire et, à ce titre, peut se révéler un mensonge dans son acception littéraire, mais on ne peut en induire qu'elle est un mensonge au sens moral, c'est-à-dire, la volonté de déguiser ou d'altérer la vérité.

La fiction permet-elle ou non l'expression d'une pensée sérieuse ?

Tu pourrais alors répondre que la fiction relève sans conteste de l'illusion.
Pourtant elle n'est pas un mensonge.
Et même elle peut permettre l'expression d'une pensée sérieuse.

Réfère-toi aux œuvres étudiées en classe et à l'apologue dans l'objet d'étude argumenter.

3

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

Bonjour, je suis moi aussi en première et j'ai le même sujet que lorena (la citation de Rousseau sur la fiction).

Malgré les idées données par Jean-Luc je piétine encore. Je ne trouve ni arguments ni exemples !
merci à l'avance si vous pouvez m'aider !

Ritaa

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

Mêmes réponses que pour Lorena

5

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

Petit indice (suis trop bon ) : ne jamais hésiter à se servir de son cerveau. 

C'est un indice qui fonctionne pour tout type de sujet en plus.   

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

D'autant que -comme chacun sait- le nombre de neurones des ados est supérieur à celui de leurs profs... 

7

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

La piste de Jean Luc est tres intéressante cependant il m'est difficile de trouver un plan pour rédiger cette dissertation. pourriez vous m'aider svp

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

Mêmes réponses que pour Ritaa>3

9

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

J'ai une dissertation à faire pour ce jeudi 01/02/07, sur les Fables de La Fontaine. Il s'agit de ma première dissertation et je suis totalement paniquée quant à quoi dire, je n'ai quasiment aucun argument.
Voici mon sujet : "La fiction relève du mensonge ou de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une réflexion sérieuse ; la fiction ne peut servir à l'expression de la pensée".
Cette affirmation vous paraît-elle justifiée ?

À vrai dire, je vois le rapprochement avec la problématique générale à propos des fables, à savoir "comment plaire et instruire ?" Les idées restent vagues dans mon esprit alors y aurait-il quelqu'un pour m'éclairer ?  Merci

10

La fiction relève du mensonge et de l'illusion. On ne saurait donc en faire le moyen d'une...

Bonsoir Juju,

Il faut d'abord analyser les termes
Fiction =
· Création de l'imagination ; ce qui est du domaine de l'imaginaire, de l'irréel
Illusion =
· Interprétation erronée d'une donnée sensorielle : Illusion auditive. Illusion d'optique.
· Effet obtenu par le moyen de l'art, de l'artifice, du truquage et qui crée le sentiment du réel ou du vrai : L'illusion de la vie donnée par un automate.
· Appréciation conforme à ce que quelqu'un souhaite croire, mais fausse par rapport à la réalité : Perdre ses dernières illusions.
Mensonge =
· Action de déguiser, d'altérer la vérité
· Assertion contraire à la vérité.
· Littéraire. Ce qui est faux, illusoire, trompeur

La fiction est bien du domaine de l'imaginaire et, à ce titre, peut se révéler un mensonge dans son acception littéraire, mais on ne peut en induire qu'elle est un mensonge au sens moral, c'est-à-dire, la volonté de déguiser ou d'altérer la vérité.

La fiction permet-elle ou non l'expression d'une pensée sérieuse ?

1. La fiction relève de l'illusion
· Elle est invention : Par définition, nous savons qu'elle n'est pas la réalité, mais seulement au mieux une image de la réalité. Ce sont des mots qui cherchent à évoquer une réalité subjective, "la nature vue au travers d'un tempérament" selon les mots de Zola.
· Ce recours est parfois nécessaire : Pour échapper à la censure (Voltaire), pour rendre plus intéressant des faits banals (Stendhal et l'affaire Berthet pour le Rouge et le Noir, Flaubert et le couple Delamare pour Madame Bovary…), pour attirer de nouveaux lecteurs en utilisant des formes à la mode (Voltaire utilise le conte oriental pour Zadig, ou le roman sentimental pour Candide)...
2. Pourtant la fiction n'est pas un mensonge
· Elle peut ambitionner seulement le plaisir de conter, de nous faire rêver, de nous faire évader d'une réalité décevante ou banale.
· Mais elle peut vouloir donner aussi le sentiment du réel ou du vrai. Voir le roman réaliste ou naturaliste.
· On ne peut mener un procès d'intention à son auteur en l'accusant de vouloir falsifier la vérité. L'auteur peut effectivement se tromper sans avoir l'intention de nous tromper.
· De toute façon, si la fiction est vraiment très éloignée de la réalité, nous la prendrons pour ce qu'elle devient : un artifice. Les lecteurs que nous sommes ne sont quand même pas dépourvus de tout esprit critique.
3. La fiction peut même permettre l'expression d'une pensée sérieuse
· l'œuvre peut ne pas être gratuite et ne pas se contenter du simple plaisir de raconter une belle histoire si elle prend la forme d'un apologue : Elle peut alors avoir des visées morales, critiques, satiriques, politiques, religieuses… Voir le conte philosophique ou le roman du siècle des Lumières, le roman policier ou le récit de science-fiction aujourd'hui...
· surtout si la morale est bien distincte du récit illustratif, en conclusion et en prolongement de ce récit. (Par ex. ch 30 de Candide)
· Elle peut faciliter un enseignement en rendant concrets des concepts difficiles à appréhender. Il est plus facile de retenir une parabole qu'un enseignement moral ou religieux. Un proverbe imagé condense mieux une sagesse populaire. Les images sont plus frappantes. A plus forte raison, un récit d'apprentissage (avec ses répétitions) est plus percutant qu'un recueil de conseils. (Candide est un récit d'apprentissage sur l'omniprésence du mal sur terre)
· La fiction peut devenir le laboratoire d'un écrivain, celui où il peut produire des conditions impossibles à trouver dans la réalité : l'Émile de Rousseau ou le laboratoire de l'éducation, l'utopie (l'eldorado de Candide ou le laboratoire politique). Simplification de la réalité pour dégager le sens, par rapprochement (épisode des rois à Venise dans Candide dont la rencontre à la même époque est historiquement impossible), concentration (tremblement de terre de Lisbonne, tortures de l'inquisition, meurtres au Portugal en quelques jours dans Candide), caricature (Candide, Pangloss, des personnages dont la psychologie sommaire est tout entière dans leur nom) pour réveiller notre esprit anesthésié… C'est un travail intentionnel sur la réalité pour la rendre plus compréhensible, pour nous en proposer une interprétation.

A toi de continuer avec tes propres exemples !