Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

Bonjour,

Dans la phrase : "Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils".

Quelle forme convient à il eut été? est-ce l'indicatif (eut) ou bien le conditionnel (eût).
Merci

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

C'est bien l'indicatif. 

"Il eût gagné des mille et des cents s'il avait été capable d'écouter ces conseils"

3

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

Non, il faut dire "s'il eût été capable d'écouter"... Soit ce que les anciennes grammaires appellent le conditionnel passé 2° forme.

Le passé antérieur ne peut pas prendre la valeur modale d'irréel du passé de la même manière que le plus que parfait. On peut dire: "ah! si j'avais été riche", mais certainement pas, "ah! si j'eus été riche!" Par contre on peut trouver:" Ah! si j'eusse été riche"... De la même manière on peut mettre un imparfait en valeur d'irréel, mais certainement pas un passé simple: "Ah si j'étais riche"! est possible, mais non: "Ah! si je fus riche!" De sorte qu'on ne peut pas plaquer la structure du conditionnel passé 2° forme, sur la structure conditionnel passé 1° forme (si + plus que prft..., suivi d'un conditionnel passé 1° forme en principale). La structure pour la 2° forme est conditionnel passé aussi bien en subordonnée qu'en principale.


Et ce fait montre bien que les grammaires anciennes se sont trompées en parlant de conditionnel passé 2° forme. En effet, la syntaxe n'est pas la même, et ne se calque pas. Il ne s'agit donc pas de deux formes d'un même temps. Cette soi-disant 2° forme du conditionnel n'est rien d'autre que le plus que parfait du subjonctif, a valeur d'irréel du passé, par imitation de la structure latine.

Je vous invite à regarder dans le Bescherelle la conjugaison du "conditionnel passé 2° forme", et celle du plus que parfait du du subjonctif. La comparaison en est instructive.

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

Non, il faut dire "s'il eût été capable d'écouter"... Soit ce que les anciennes grammaires appellent le conditionnel passé 2° forme.

Je serai moins catégorique.  Voici à ce propos l'avis de la Grammaire pratique du français d'aujourd'hui, p. 250. (G. Mauger, éd. Hachette).

A l'irréel du passé, on trouve souvent (en français écrit) ce qu'on appelle encore parfois la 2e forme du conditionnel passé, c'est-à-dire le subjonctif plus-que-parfait. Les combinaisons suivantes sont possibles :
S'il eût su, il eût agi autrement.
S'il eût su, il aurait agi autrement (combinaison plus rare).
S'il avait su, il eût agi autrement.
S'il avait su, il aurait agi autrement (combinaison la plus courante).

La proposition d'Anne345 est donc tout aussi acceptable que la proposition de Lucretius.

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

La proposition conditionnelle introduite par "si" n'est jamais au conditionnel. Donc quand ça ressemble à conditionnel passé 2ème forme, c'es bien un subjonctif plus-que-parfait.
Mais qui l'utilise encore ?

6

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

Jehan a écrit :

Non, il faut dire "s'il eût été capable d'écouter"... Soit ce que les anciennes grammaires appellent le conditionnel passé 2° forme.

Je serai moins catégorique.  Voici à ce propos l'avis de la Grammaire pratique du français d'aujourd'hui, p. 250. (G. Mauger, éd. Hachette).

A l'irréel du passé, on trouve souvent (en français écrit) ce qu'on appelle encore parfois la 2e forme du conditionnel passé, c'est-à-dire le subjonctif plus-que-parfait. Les combinaisons suivantes sont possibles :
S'il eût su, il eût agi autrement.
S'il eût su, il aurait agi autrement (combinaison plus rare).
S'il avait su, il eût agi autrement.
S'il avait su, il aurait agi autrement (combinaison la plus courante).

La proposition d'Anne345 est donc tout aussi acceptable que la proposition de Lucretius.

Je rappelle la question initiale : est-ce l'indicatif (eut) ou bien le conditionnel (eût).
Quand Anne a répondu c'est bien l'indicatif, j'ai pensé qu'elle accréditait eut, et qu'elle faisait une citation avec le plus que parfait pour montrer que c'est avec l'indicatif que ça doit se construire. La construction avec l'imparfait de l'indicatif ne me pose aucun problème, c'est le passé antérieur qui me dérange.
Pour l'autre question, savoir si la forme construite avec l'auxiliaire conjugué au participe passé, suivi du participe passé est du conditionnel passé 2° forme, ou du plus que parfait du subjonctif, je suis d'accord avec Anne: cela n'est pas du conditionnel. Néanmoins, c'est considéré comme tel par les grammaires anciennes, les grammaires modernes considérant que le conditionnel passé 2° forme est tout simplement une classification parasyte. Le problème est que la question de départ c'est conditionnel ou indicatif, c'est à dire que l'énoncé est vicieux dès le départ.

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

Mais non, Anne345 propose la forme sans accent circonflexe, donc du passé antérieur, ce que je ne vois nullement dans ta citation.

Pas du tout, tu as mal regardé.
Anne avait bien mis l'accent circonflexe :

"Il eût gagné des mille et des cents s'il avait été capable d'écouter ces conseils"

Sa proposition est donc tout à fait licite.

Et dois-je te rappeler que ta rectification de sa phrase
portait sur le verbe à l'imparfait de l'indicatif, que tu déclarais erroné :

Il faut dire "s'il eût été capable d'écouter"...

Quant à l'appellation " conditionnel 2e forme", je suis bien d'accord avec toi, à l'orthographe près : c'est une appellation parasyte parasite !

8

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

Jehan a écrit :

Mais non, Anne345 propose la forme sans accent circonflexe, donc du passé antérieur, ce que je ne vois nullement dans ta citation.

Pas du tout, tu as mal regardé.
Anne avait bien mis l'accent circonflexe :

Je m'en suis rendu compte ensuite, du coup j'ai édité avant que je voie ta remarque.

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

La construction avec l'imparfait de l'indicatif ne me pose aucun problème.

Tu veux dire "avec le plus-que-parfait de l'indicatif", je présume.

Mais si, cela te posait problème...
Puisque dans ta correction de la phrase d'Anne, c'est lui que tu "rectifiais"
en le remplaçant par un plus-que-parfait du subjonctif, seul licite à tes yeux :

Il faut dire "s'il eût été capable d'écouter"...

10

Il eût gagné des mille et des cents s'il eut été capable d'écouter ces conseils

J'ai dit "il faut dire" en pensant au problème initial "eut" ou "eût". De même que j'ai mal compris Anne, tu m'as mal compris.