Baudelaire, Avec ses vêtements ondoyants et nacrés

Bonjour à tous,
Je suis actuellement en classe de 1e et je dois faire un commentaire
sur l'un des poemes de Baudelaire dans les Fleurs du Mal dont le 1e vers est "Avec ses vetements ondoyants et nacrés..." .
Seulement j'ai beaucoup de mal et j'aurais besoin de votre aide svp...
Merci

Avec ses vêtements ondoyants et nacrés,
Même quand elle marche on croirait qu’elle danse,
Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés
Au bout de leurs bâtons agitent en cadence.

Comme le sable morne et l’azur des déserts,
Insensibles tous deux à l’humaine souffrance,
Comme les longs réseaux de la houle des mers,
Elle se développe avec indifférence.

Ses yeux polis sont faits de minéraux charmants,
Et dans cette nature étrange et symbolique
Où l’ange inviolé se mêle au sphinx antique,

Où tout n’est qu’or, acier, lumière et diamants,
Resplendit à jamais, comme un astre inutile,
La froide majesté de la femme stérile.

Baudelaire, Avec ses vêtements ondoyants et nacrés

J'ai un problème ; je suis en première S et comme cous pourrez le constater le français c'est vraiment pas mon fort . Je dois faire un commentaire composé sur une des sonnets de baudelaire qui commence par " avec ses vêtements ondoyants et nacrés" mais je n'arrive même pas a trouver le plan! Mais je suis juste la pour poser une question ; le dernier vers parle de la femme stérile, qu'elle est l'interprétation de ce dernier vers, je ne comprends pas trop trop... merci d'avance!

Baudelaire, Avec ses vêtements ondoyants et nacrés

bonjour !
euh, la "femme stérile", il n'y a pas vraiment d'image. c'est une femme qui ne peut pas avoir d'enfant.
-ça s'applique à l'inspiratrice du poème, jeanne duval (celle qui a transmis la syphillis à baudelaire !!) dont il n'a jamais eu d'enfant. ça constitue en quelque sorte une insulte.
-ça s'applique aussi à la figure de l'androgyne, qui est ici un monstre. ça va avec "nature étrange et symbolique" mais surtout avec le sphinx et l'ange. cet être n'est ni vraiment féminin ni vraiment masculin. on pourrait dire qu'il est les deux (base féminine + masculin = 2 en 1 !) mais pour baudelaire, qui voit toujours le verre à moitié vide, c'est une femme moins la féminité (base féminine - féminité = 0 en 1 !). plus sérieusement, ça reflète l'inutilité du Beau, inclassable et non fonctionnel.
-c'est une femme mais pas vraiment, elle ne peut pas avoir d'enfant... cf la mysogynie de baudelaire et de l'époque ! une femme, c'est bien connu, ça sert à faire des gosses !

je m'aventurerais même à dire que stérile est l'anagramme de fertile à condition de changer le f de femme en s, comme dans sphinx, ou dans serpent...

4

Baudelaire, Avec ses vêtements ondoyants et nacrés

Bonjour Miliale,

Avant de chercher une interprétation à plaquer sur le sonnet comme Selmani qui n'a peut-être pas tort, je resterais à l'intérieur du poème et chercherais un réseau de sens dans les images développées.

La femme pour Baudelaire est futile, dangereuse, indifférente. Tu as aussi toutes les évocations de matière dure et brillante.

Les mots importants sont "nature étrange et symbolique", parce qu'ils t'invitent à rechercher ce que symbolise la femme. Pense qu'étrange a ici le sens d'étrangère.

Regarde le poème "hymne à la beauté" et demande-toi si tu ne te trouves pas dans le même registre. Regarde aussi "les bijoux" ici. Examine la fin du commentaire

La femme stérile est peut-être celle qui ne peut engendrer, elle est d'abord celle avec qui l'homme ne peut entrer en communion. Elle est une beauté marmoréenne, pas plus vivante que la pierre.

5

Baudelaire, Avec ses vêtements ondoyants et nacrés

Bonjour à tous,


je suis en 1ère L et j'ai un commentaire à faire sur le poème de Baudelaire suivant :

[même texte]

J'ai un peu de mal avec les commentaires en général, et je bloque un peu avec celui-là.

Pour l'instant j'ai essayé d'analyser ce poème et voici ce que j'ai trouvé :
- c'est un sonnet
- la femme est ici comparée à un serpent, qui pour Baudelaire est le symbole à la fois de la séduction et de la froideur, il renvoie à une féminité à laquelle le poète a du mal à échapper. Elle est sensuelle comme un animal.
- la femme est ici représentée entre animalité et divinité : pour Baudelaire elle est inspiratrice (ici c'est peut-être Jeanne Duval, symbole de l'exotisme) et ouvre le poète à un monde d'images et de sensations, mais elle le trouble aussi.
- la femme est séductrice, mystérieuse et envoutante mais aussi froide et maléfique (elle a comme un coté obscur)
- j'ai vu quelque part sur internet que chez Baudelaire la femme est génératrice du Spleen car elle représente l'Idéal dégradé, est-ce vrai ?
- Le poème présente une chute, on apprend que cette femme si sensuelle est "stérile". Je ne sais pas trop quel sens donner à cette chute, surtout que à l'époque du poète le mot "stérile" n'avait pas le même sens que aujourd'hui, il signifiait "vierge". Pourriez-vous m'aider sur ce point ?

J'avais pensé faire une première partie "une femme froide et sensuelle à la fois", comparée à un animal, à la nature et qui a ce coté mystérieux. Mais je bloque totalement sur la deuxième partie, en partie car je ne comprends pas la chute du poème ni pourquoi Baudelaire fait référence au "sphinx antique" dans le premier tercet.


Merci d'avance pour votre aide !

6

Baudelaire, Avec ses vêtements ondoyants et nacrés

Regarde les messages précédents, ils répondent à tes questions.