1

Sartre, Les Mots - De ce visage de statue sortit une voix de plâtre...

Bonjour à tous

Mon professeur de français m'a donné un commentaire a faire sur ce texte issu de l'autobiographie de Sartre, Les Mots, et je souhaite parler dans l'un de mes axes du registre. J'hésite cependant entre le registre fantastique, car j'ai l'impression que la lecture se transforme totalement et qu'on entre plus dans l'imaginaire, et entre le registre épique car il peut peut-être s'agir d'un "combat" entre Sartre et la lecture dont il a peur...

J'espere que vous saurez m'aider a trouver le registre dominant dans ce passage, merci

De ce visage de statue sortit une voix de plâtre. Je perdis la tête : qui racontait ? quoi ? et à qui ? Ma mère
s'était absentée : pas un sourire, pas un signe de connivence, j'étais en exil. Et puis je ne reconnaissais pas son
langage. Où prenait-elle cette assurance ? Au bout d'un instant j'avais compris : c'était le livre qui parlait. Des 20
phrases en sortaient qui me faisaient peur : c'étaient de vrais mille-pattes, elles grouillaient de syllabes et de
lettres, étiraient leurs diphtongues, faisaient vibrer les doubles consonnes ; chantantes, nasales, coupées de
pauses et de soupirs, riches en mots inconnus, elles s'enchantaient d'elles-mêmes et de leurs méandres sans se
soucier de moi : quelquefois elles disparaissaient avant que j'eusse pu les comprendre, d'autres fois j'avais
compris d'avance et elles continuaient de rouler noblement vers leur fin sans me faire grâce d'une virgule. 25
Assurément, ce discours ne m'était pas destiné. Quant à l'histoire, elle s'était endimanchée : le bûcheron, la
bûcheronne et leurs filles, la fée, toutes ces petites gens, nos semblables, avaient pris de la majesté ; on parlait
de leurs guenilles avec magnificence, les mots déteignaient sur les choses, transformant les actions en rites et
les événements en cérémonies.

Sartre, Les Mots - De ce visage de statue sortit une voix de plâtre...

Fantastique me semble-t-il