401

Traduction d'une phrase en français vers le latin

Peut-être parce ab aliis.

Traduction d'une phrase en français vers le latin

Arthur a écrit :

Peut-être parce ab aliis.

Le sens se radicalise trop en ce cas...

403

Traduction d'une phrase en français vers le latin

jacquesvaissier a écrit :
Arthur a écrit :

Peut-être parce ab aliis.

Le sens se radicalise trop en ce cas...

c'est à dire?

Traduction d'une phrase en français vers le latin

La phrase d'Arthur signifie en fait : "abstiens-toi des autres", ce qui ne revient pas au même!

405

Traduction d'une phrase en français vers le latin

ah oui d'accord! merci

406

Traduction d'une phrase en français vers le latin

Bonjour,

cette phrase, extraite du De Viris de Lhomond (Marcus Porcius Cato), me chiffonne un peu :

"tum illa negavit se unquam vidisse quemquam securi ferientem et pervelle id videre."

Le sens qui se dégage logiquement est le suivant : "Alors celle-là dit qu'elle n'avait jamais vu quelqu'un frappant de la hache (exécuter une décapitation) et qu'elle voulait à tout prix voir cela."

Seulement, le verbe qui introduit les deux infinitifs, "vidisse" et "pervelle", est "negavit" : dès lors, pourquoi la négation ne porte-t-elle pas également sur "pervelle" ? C-à-d : "et qu'elle ne voulait pas voir cela", ce qui serait un contresens, vu le contexte ...

D'autre part, toujours dans le De Viris, j'ai un peu de mal à comprendre la structure de celle-ci :

"Summa longe maior quam quisquam sperare potuisset redacta est"

Faut-il faire de "est" un présent historique, équivalent à "fuit", et de redacta un épithète de "summa" ? Mais la place de ce "redacta" ne me semble pas aller en faveur de cette hypothèse ... Pourtant la traduction qui me vient le plus spontanément à l'esprit est " Le total ramené (summa redacta) fut (est) de loin plus grand que quiconque avait pu l'espérer." ...

Traduction d'une phrase en français vers le latin

automatofix a écrit :

Bonjour,

cette phrase, extraite du De Viris de Lhomond (Marcus Porcius Cato), me chiffonne un peu :

"tum illa negavit se unquam vidisse quemquam securi ferientem et pervelle id videre."

Le sens qui se dégage logiquement est le suivant : "Alors celle-là dit qu'elle n'avait jamais vu quelqu'un frappant de la hache (exécuter une décapitation) et qu'elle voulait à tout prix voir cela."

Seulement, le verbe qui introduit les deux infinitifs, "vidisse" et "pervelle", est "negavit" : dès lors, pourquoi la négation ne porte-t-elle pas également sur "pervelle" ? C-à-d : "et qu'elle ne voulait pas voir cela", ce qui serait un contresens, vu le contexte ...

L'idée négative ne concerne que la première proposition; cette construction est tout à fait classique et figure en toutes lettres dans le Gaffiot, avec une référence à Cicéron.

D'autre part, toujours dans le De Viris, j'ai un peu de mal à comprendre la structure de cette phrase :

"Summa longe maior quam quisquam sperare potuisset redacta est"

Faut-il faire de "est" un présent historique, équivalent à "fuit", et de redacta un épithète de "summa" ? Mais la place de ce "redacta" ne me semble pas aller en faveur de cette hypothèse ... Pourtant la traduction qui me vient le plus spontanément à l'esprit est " Le total ramené (summa redacta) fut (est) de loin plus grand que quiconque avait pu l'espérer." ...

408

Traduction d'une phrase en français vers le latin

Navré, j'aurais dû vérifier !!!

Merci à vous.

Traduction d'une phrase en français vers le latin

jacquesvaissier a écrit :
automatofix a écrit :

Bonjour,

cette phrase, extraite du De Viris de Lhomond (Marcus Porcius Cato), me chiffonne un peu :

"tum illa negavit se unquam vidisse quemquam securi ferientem et pervelle id videre."

Le sens qui se dégage logiquement est le suivant : "Alors celle-là dit qu'elle n'avait jamais vu quelqu'un frappant de la hache (exécuter une décapitation) et qu'elle voulait à tout prix voir cela."

Seulement, le verbe qui introduit les deux infinitifs, "vidisse" et "pervelle", est "negavit" : dès lors, pourquoi la négation ne porte-t-elle pas également sur "pervelle" ? C-à-d : "et qu'elle ne voulait pas voir cela", ce qui serait un contresens, vu le contexte ...

L'idée négative ne concerne que la première proposition; cette construction est tout à fait classique et figure en toutes lettres dans le Gaffiot, avec une référence à Cicéron.

D'autre part, toujours dans le De Viris, j'ai un peu de mal à comprendre la structure de cette phrase :

"Summa longe maior quam quisquam sperare potuisset redacta est"

Faut-il faire de "est" un présent historique, équivalent à "fuit", et de redacta un épithète de "summa" ? Mais la place de ce "redacta" ne me semble pas aller en faveur de cette hypothèse ... Pourtant la traduction qui me vient le plus spontanément à l'esprit est " Le total ramené (summa redacta) fut (est) de loin plus grand que quiconque avait pu l'espérer." ...

Excuse-moi, je n'ai pas vu l'autre partie de ta question; redacta est est un parfait passif, tout simplement! Ce temps se forme au moyen du participe parfait et du présent de l'auxiliare. On trouve aussi le parfait de l'auxiliaire, mais beaucoup plus rarement, et avec une nuance de sens expliquée dans toutes les grammaires...

410

Traduction d'une phrase en français vers le latin

Je connais la formation du parfait passif, mais dans ce cas précis, je ne vois pas trop comment traduire ...

"Le total fut ramené ... de loin plus grand que quiconque avait pu l'espérer."

Cette traduction n'est pas satisfaisante, et cela me semblerait plus simple si on faisait de "redacta" l'épithète de "summa" !

En bref, si j'avais été à la place de Lhomond, j'aurais formulé ma phrase différemment :

" Summa redacta longe maior quam quisquam sperare potuisset fuit. "