1

Flaubert, Un cœur simple - Félicité tomba sur une chaise, en s'appuyant la tête à la cloison...

Bonjour,

Voila j'ai un extrait du texte un cœur simple de Gustave Flaubert .
J'ai un commentaire composé a faire.
La problématique est "Comment l'auteur fait il pour suscité la pitié du lecteur dans cet extrait ?"

Voila j'ai commencé comme sa :

Introduction:

Un  coeur simple est une nouvelle écrit en 1877 par Gustave Flaubert. Dans cette extrait nous découvrons la peine et la solitude de Félicité, après l'annonce de la mort de son neveu elle remarque que personne ne soucie de ses problème à elle.

Mais comment l'auteur procède t-il pour suscité la pitié du lecteur envers Félicité ?

Mon développement

Tout d'abord nous allons voir la description du paysage au dernier paragraphe (l'utilisation de la comparaison et des hyperboles) .En suite La progression dramatique . Puis Les paroles rapportés directement de félicité. Enfin ..( il me manque un procedé)

et en conclusion

Utilisation du registre pathétique, les exclamations et interrogation qui manifeste le bouleversement du personnage, visent a apitoyer l'interlocuteur.


Après il manque plus que je rédige mais je voulais savoir si le début avait l'air bon

Merci de votre aide

Félicité tomba sur une chaise, en s'appuyant la tête à la cloison, et ferma ses paupières, qui devinrent roses tout à coup. Puis, le front baissé, les mains pendantes, l'oeil fixe, elle répétait par intervalles :

- « Pauvre petit gars ! pauvre petit gars ! »

Liébard la considérait en exhalant des soupirs. Mme Aubain tremblait un peu.

Elle lui proposa d'aller voir sa soeur, à Trouville.

Félicite répondit par un geste qu'elle n'en avait pas besoin.

Il y eut un silence. Le bonhomme Liébard jugea convenable de se retirer. Alors elle dit :

- « Ça ne leur fait rien, à eux ! »

Sa tête retomba ; et machinalement, elle soulevait de temps à autre, les longues aiguilles sur la table à ouvrage.

Des femmes passèrent dans la cour avec un bard d'où dégouttelait du linge.

En les apercevant par les carreaux, elle se rappela sa lessive ; l'ayant coulée la veille, il fallait aujourd'hui la rincer ; et elle sortit de l'appartement.

Sa planche et son tonneau étaient au bord de la Toucques. Elle jeta sur la berge un tas de chemises, retroussa ses manches, prit son battoir ; et les coups forts qu'elle donnait s'entendaient dans les autres jardins à côté. Les prairies étaient vides, le vent agitait la rivière ; au fond, de grandes herbes s'y penchaient, comme des chevelures de cadavres flottant dans l'eau. Elle retenait sa douleur, jusqu'au soir fut très brave ; mais à peine dans sa chambre, elle s'y abandonna, à plat ventre sur son matelas, le visage dans l'oreiller, et les deux poings contre les tempes.

Voici l'extrait a étudié
Source : http://jb.guinot.pagesperso-orange.fr/pages/coeur2.html

2

Flaubert, Un cœur simple - Félicité tomba sur une chaise, en s'appuyant la tête à la cloison...

Bonjour,

Définis d'abord un parcours de lecture : par ex. le portrait d'une femme seule...
Il me semble que tu pourrais suivre les mouvements du texte pour l'illustrer :
1 - des proches embarrassés
2 - la tentative d'oubli dans l'exercice du ménage
3 - l'effondrement

ou brosser un portrait thématique

1 - une femme blessée
2 - une femme courageuse
3 - une femme seule

Il ne me semble pas que Flaubert abuse du registre pathétique. Le regard qu'il porte sur Félicité est contenu. Le principal effet réside peut-être dans la focalisation interne qui permet de mesurer le décalage entre l'intensité des sentiments et leur expression.

3

Flaubert, Un cœur simple - Félicité tomba sur une chaise, en s'appuyant la tête à la cloison...

Moi je pensais que le registre était pathétique, par rapport à ses exclamation , (dans les 2fois ou elle prend la parole félicité) .

Mais j'ai une question aussi, je ne vois pas le rapport car le professeur nous a donné 2procédés "description du paysage dans le dernier paragraphe et la progression dramatique"..
ce que je voulais savoir dans le dernier paragraphe faut bien donné la comparaison qu'il y a pour décrire le paysage ?


Merci x)

4

Flaubert, Un cœur simple - Félicité tomba sur une chaise, en s'appuyant la tête à la cloison...

Il y a en effet quelques touches pathétiques, mais elles ne sont pas prédominantes.
Le paysage est perçu au travers des yeux de Félicité (focalisation interne) qui voit la mort partout.

5

Flaubert, Un cœur simple - Félicité tomba sur une chaise, en s'appuyant la tête à la cloison...

Donc alors pour le premier paragraphe je met

Description du paysage, l'auteur nous montre la mort par Félicité.
Comme le démontre le passage suivant:
"de grandes herbes s'y penchaient , comme des chevelures de cadavres" .

Progression dramatique , félicité apprend la mort de son neveu, elle sent la solitude, elle part rincé le linge d'ou elle voit la mort partout .
après j'illustre

Parole rapport directement, Félicité s'exclame toute seul, et voit qu'elle est vraiment seul.


enfin après faut que je développe vraiment plus
mais je voulais savoir car il me manque un procédé que je ne trouve pas est ce que vous le voyez vous ?