1

Le Y employé avec la négation

Bonsoir,
Je voulais attirer l'attention sur l'expression "n'y y a-t-il pas un effet dans cette phrase" (par exemple). Comment emploie-t-on cette expression assez particulière en Français ? Faut-il ajouter une apostrophe, de sorte à écrire "n'y y'a-t-il pas..." ? ou faut-il enlever un "y" ?
Merci d'avance. 

Le Y employé avec la négation

Et que remplace le second Y ?

3

Le Y employé avec la négation

La phrase suivante par exemple :
"Dans cette culture apparente de la transgression n'y y a-t-il pas un écho au "fluide" gothique, de sorte qu'on puisse parler d'un néogothisme chez cet auteur qui me semble étonnamment réaliste dans son approche ?" (je parlais de Huysmans mais peu importe).

Le Y employé avec la négation

C'est un phénomène d'HAPLOLOGIE qui consiste à faire l'ellipse d'un Y.
Prenez, par exemple :
* Y a-t-il un pilote dans l'avion ?
Si je veux pronominaliser "dans l'avion", j'obtiendrai :
* Y y a-t-il un pilote ?
Deux Y : l'un (pronom personnel de lieu) remplaçant "dans l'avion" et l'autre faisant partie de la locution "il y a, y a-t-il ?).
Y se supprime devant lui-même avec le verbe impersonnel "y avoir". (Grevisse)
En raison de ce voisinage phonétique, le premier est donc effacé.
* Y a-t-il un pilote ?

Autres exemples :
* Dans (le) Le Monde (journal)...
* Non, vous n'irez pas à cette porte ! Non, vous n'(y) irez pas. (Hugo)
* Ce n'est pas parce qu'il y a une rose sur le rosier que l'oiseau s'y pose, c'est parce qu'il (y) y a des pucerons. (Jules Renard)
* Il remplit un verre de ce vin. → Il (en) en remplit un.
* (Plutôt) Plus tôt que plus tard.
* Je ne demande pas mieux (que) qu'il reste.
* Ce n'est pas la peine, je (le) lui dirai tantôt. (Flaubert)

Certains auteurs gardent Y devant "irai, irais".
* Vous n'y irez pas ? (Littré)

5

Le Y employé avec la négation

Merci beaucoup Edy, comme toujours, c'est très clair. J'ai un penchant pour garder le Y, qu'en pensez-vous personnellement ?

Le Y employé avec la négation

Personnellement, j'en supprime un :
1 c'est conforme au bon usage ;
2 hi ! hi ! , ça ferait rigoler.