151

Emploi du subjonctif

D'accord Jehan, merci beaucoup pour ces informations.

Emploi du subjonctif

Bonjour,

J'ai une série de phrases comportant des formules au subjonctif passé et je serais ravi si l'un de vos spécialistes pouvait me donner son avis - aval et corrections éventuelles. Outre l'intérêt de la langue soutenue, je voudrais aussi savoir si vous pensez que dans un roman actuel ( qui n'est cependant pas de gare ) ce type d'écriture passe ou non auprès des éditeurs comme des lecteurs. Faut-il tout remplacer par du plus-que-parfait et du subjonctif présent ? Question personnelle, certes, mais un avis extérieur m'intéresserait bigrement. J'espère ne pas abuser de votre temps ni surtout de votre générosité.

(il s'agit d'un texte rédigé au passé simple avec des appréciations d'une personne extérieure aux scènes et décrivant ou donnant son avis.)

Voici donc :


1 - Quelle que fût la chose ou la personne présente, elle troublait la paix de ce lieu.

2 - Un regard à la dérobée sur un homme qu'il venait de découvrir là, comme si, soudain, il se fût agi d'un héros tout juste révélé, parangon du charme et de la grâce masculine.

3 - Enfin tranquillisé, il dut admettre qu’il s’agissait forcément d'un animal. Possible aussi qu’un rat eût poussé la cuvette.

4 - Il dut faire mine de se fâcher pour que ce chahut prît fin.

5 - aucune trace de pas ou de quoi que ce soit qui fût anormal.

6 - Il s'assit à son tour, avec précaution, comme si soudain l’eût saisie la peur de déranger.

7 - N’eussent été la peine de sa jeune amie et l'empathie qui faisait pencher son cœur vers elle, il
eût trouvé ce moment charmant.

8 - Elle voulait qu'il eût un port de tête plus haut.

9 - Il lui fallait encore attendre que la frétillante blondinette eût pris sa dose de mousse.

10 - Il lui parut même possible que cette aventure fût finalement bien misérable.

11 - Devoir attendre que l'officine fût vide.

12 - Il semblait ravi qu'un tel rapport eût pu s'instaurer avec un jeune de cet âge.

13 - Il attendit que Charles en dise ( en dît ? très laid, avec répétition du son) davantage.

14 - Elle semblait capable de comprendre ce que son corps disait avant même que son cerveau n'eût donné ses ordres.

15 - Il voulait qu'elle fût à l'aise.

16 - Il savait qu'il avait le temps, que le feu devait enfler de sorte que s'évanouît toute pensée.

17 - Il aimait prendre son temps afin que chaque étape fût bien ressentie.

18 - Et suivaient alors les abrazos, bras largement ouverts, poitrine contre poitrine, comme s'il se fût agi de grandes retrouvailles.

19 - Parfois, on sentait bien que celui-ci ou celui-là eût dansé volontiers avec elle.

20 - Elle s'efforçait toujours de s'arranger pour qu'il eût l'impression de prendre les décisions lui-même.

21 - Elle secoua la tête, regrettant qu'il ne fît point d'effort.

22 - Il savait qu'il devait prendre plus que jamais son temps, l'apprivoiser doucement, la caresser à doigts de velours, la toucher de tendresse, comme une esquisse avant que le dessin d'amour ne l'emportât.

23 -  La douleur était trop vive pour qu'elle puisse (pût ? pas très heureux...Pensez-vous qu'on puisse changer de temps dans un même bouquin sans nuire à la cohérence et à l'équilibre ?) s'arracher de lui.

24 -  S'il la voyait, il la lui lancerait pour qu'elle s'en serve (le subj passé me paraît difficile ici aussi. Qu'en pensez-vous ? ) de support, comme un gilet de sauvetage.

25 - Il demanda à ce qu'une enquête fût faite sur tout le long de la côte.

26 - Il attendait, il espérait une réponse peut-être, un message du vent, ou des embruns, un signe quelconque de la mer qui eût pu le rassurer.

27 - l'harmoniciste rallongeait la durée du morceau avec des dal segno de son invention, mais,
avant qu'il l'eût terminé, elle prit son chapeau claque dans son sac et fit une quête, sautillant encore sur ses fers.

28 - elle penchait surtout vers le contemporain, les courants nouveaux, d'où qu'ils fussent, les œuvres inclassables encore.

29- Il voulait donner de l'importance à ce moment, ne fût-ce que symboliquement.

30 - Que le deuil fût long à faire, d'accord, mais pourquoi serait-il impossible ?

31 -Il aura fallu de nombreux mois pour que sa douleur deviennent moins prégnante et pour que ses crises de mélancolie prennent un visage moins sombre et suicidaire. (ici, dans les deux cas, je n'imagine même pas un subj passé : devînt et prissent. Très peu esthétique. Je pense avoir raison, mais... les puristes ? )

32 - Il se surprit à chantonner doucement un air argentin qu'il avait cru oublier, qui lui revint soudain, comme s'il se fût agi d'une évidence.

33 -  C'était devenu un jeu, un code même, bien qu'ils n'eurent jamais ( ici éternelle chamailleries entre subjonctif obligatoire et indicatif autorisé… Bien qu'ils n'eussent me paraît très bizarre... Votre avis ? ) besoin de cela pour…

34 -  Il attendait qu'elle achevât le cours de claquettes qu'elle donnait au rez-de-chaussée de l'immeuble.

35 - Il était content que son amie eût repris cette activité qu'elle aimait.

36 - C'était la première fois que les amoureux organisaient une telle fête, et ils tenaient à ce qu'elle fût réussie.

37 - Il regrettait toutefois qu'elle ne fûtpas rentrée à vingt-trois heures.

38 - Il avait prévu que tous mangent dans une pièce  et dansent dans une autre ( le sbj passé me paraît franchement illisible ici : mangeassent et dansassent).

39 - Mais il n'aurait pas supporté qu'on le plaignît ouvertement.

40 - Il était collé à elle, surveillant l'heure, surveillant la porte, comme si cela eût pu changer quelque chose.

41 - Déjà heureux qu'elle ne fût pas en miettes elle-même !

42 - Il ne voulait pas qu'elle l'entendît gémir.

43 -  La chaleur humaine eût sans doute suffit.

44 - Un miracle que son visage et sa poitrine soient restés intact. (fussent est sans doute possible. Mais un brin archaïque, non ?)

45 - Ils pouvaient bien tous mourir, les autres, pourvu qu'elle survive ! (survécût ? me paraît moins fort, moins parlant… Votre avis ? )

45 -  Jamais il n'aurait pensé (jamais il n'eût pensé ?), à ce moment précis, qu'une histoire aurait pu (eût pu ?) naître entre eux. Avec le subj passé, je trouve la formulation très lourde et le son très moche. Qu'en pensez-vous ?

46 -  Bien que ce fût plus difficile, les femmes défilèrent encore (toujours cette discordance entre les grammairiens : après Bien que, subjonctif ou indicatif ? Ici un passé simple me paraîtrait pourtant plus judicieux. Erreur ?...)

47 - tout un monde spirituel côtoyait le sien sans qu'il en eût pris conscience.

48 - ses velléités de conquêtes pour le Graal de l'être improbable qui eût pu compléter sa vie. (on parle d'une tentative d'explication de l'attitude de quelqu'un, bien entendu. )

J'appelle tous vos commentaires judicieux.

Encore merci à vous qui m'accorderez (ou m'avez déjà accordé) un peu de votre temps.
Amicalement

153 (Modifié par Jehan 06/05/2019 à 21:10)

Emploi du subjonctif

Bonsoir.

Avant une réponse un peu plus détaillée, je me permets de te rappeler le nom correct des différentes formes verbales. Exemple avec le verbe être.
Qu'il soit est un subjonctif présent.
Qu'il ait été est un subjonctif passé.
Qu'il fût est un subjonctif imparfait.
Qu'il eût été est un subjonctif plus-que-parfait.
S'il avait été est un indicatif plus-que-parfait
Il aurait été est un conditionnel passé.

Je peux déjà te dire qu'il n'y a aucun problème à employer tantôt la forme classique (subjonctif imparfait ou  subjonctif plus-que-parfait) tantôt la forme courante (subjonctif présent , subjonctif passé, conditionnel passé) au sein d'un même ouvrage.

154 (Modifié par Dom56 06/05/2019 à 15:33)

Emploi du subjonctif

Merci Jehan pour ce rappel utile des différentes formes verbales. Je n'ai pas été très précis dans ma demande et aurais dû me contenter de parler de subjonctifs, sans tenter de les nommer plus précisément. Toutefois ton résumé est intéressant.
Je me demandais aussi, en effet, si le mélange des différentes formes était possible sans nuire à la cohérence ni au rythme. Ton indication m'est précieuse. Merci.

Cela étant, toutes mes phrases présentées sont-elles correctes ? N'ai-je pas mélangé de manière erronée des formes ?

Et que penses-tu de ces formes dans un roman moderne ? A la 3eme personne du singulier, voire du pluriel, cela passe, mais avec les autres cela me semble beaucoup plus difficile à lire (cela frisant le ridicule, ou au moins la préciosité ).

Cordialement
Dominique

155

Emploi du subjonctif

Jehan a écrit :

Il n'est pas évident (certitude niée, d'où incertitude)→ qu'il vienne. (subjonctif)

Bonsoir,
Jehan, ne peut-on écrire
"il n'est pas évident qu'il viendra" ?
Ça ne me choque pas.

156

Emploi du subjonctif

Moi non plus. On exprime alors que cette certitude probablement affirmée par un tiers n'est pas partagée par nous.

Emploi du subjonctif

Bonsoir Jehan,

Dans ton message n° 153 tu as écrit, en réponse au mien (n°152) : "Avant une réponse un peu plus détaillée, je me permets de te rappeler le nom correct des différentes formes"


J'ai pris note de ta première réponse, et attendu quelques jours pour celle dite "un peu plus détaillée".


Hélas, je n'ai rien vu venir... Oubli ? Il y a, dans mes questions, des réponses que je peux trouver moi-même, mais dans certains cas, je ne suis sûr de rien et ai peur d'avoir confondu les temps. C'est pourquoi je me suis permis de faire appel à tes connaissances.

J'ai conscience que mon message était un peu long et nécessite un certain travail, et s'il y a impossibilité d'y apporter la réponse attendue, je l'accepterai. Mais merci de me dire ce qu'il en est.


Cordialement

Dominique

158 (Modifié par Jehan 09/05/2019 à 16:55)

Emploi du subjonctif

Bonjour.

Si tu veux le maximum de "style soutenu", pas de problème a priori pour conserver l'imparfait du subjonctif de être ou avoir à la troisième personne, ou leur emploi comme auxiliaire du plus-que-parfait du subjonctif).
(Phrases  1, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 14, 15, 17, 18, 19, 20, 25, 27, 29, 30, 32, 35, 36, 37, 41, 47, 46, 47 )

Pour la 13 et la 26, "ait pu" me semble plus euphonique que "eût pu".
Pour la 16, vu l'homonymie avec l'indicatif de "s'évanouît", surtout après "de sorte que", le présent du subjonctif "s'évanouisse" me semble préférable.
Pour la 22, homonymie avec passé simple; je me contenterais de "emporte".
Pour la 23, "puisse" conviendra tout à fait.
Pour la 24, "serve" me semble préférable à "servît" (homonymie avec passé simple).
Pour la 28, je trouve étrange l'emploi du verbe être ("d'où qu'ils fussent")... plutôt "d'où qu'ils viennent" ?
Pour la 31, "devienne" et "prennent" sont effectivement préférables à "devînt" et "prissent".
Pour la 33, on peut difficilement échapper au subjonctif après "bien que". Au lieu d'un passé simple de l'indicatif, utilise un subjonctif passé : "bien qu'ils n'aient jamais eu".
Pour la 38, les subjonctifs présents "mangent" et "dansent" sont effectivement préférables aux formes en -assent du subjonctif imparfait.
Pour la 42, "entende" suffira.
Pour la 43, pas de t au participe : "suffi".
Pour la 44, le "fussent" est plus lourd que "soient".
Pour la 45, le "survive" est plus naturel, moins affecté.
Pour la 45 bis, "aurait pensé" (conditionnel passé) et "ait pu" (subjonctif passé).
Pour la 48, "aurait pu".

159 (Modifié par Jehan 12/05/2019 à 19:26)

Emploi du subjonctif

Merci beaucoup Jehan. Ta réponse m'apporte une aide précieuse. Pour moi maintenant, la question est de décider si je dois rester fidèle à mes formes naturelles et conserver un style considéré aujourd'hui comme précieux, bien qu'il fasse véritablement chanter la langue, ou alors céder à la pression, devenir plus fade et tout balancer au subjonctif présent. C'est difficile, je l'avoue.

Bien à toi

Emploi du subjonctif

Mais la décision ne revient qu'à toi...