"La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin"

"La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin"

Ne pourrait-on dire que cette pensée de Malraux s'incarne en chacun des personnages de L'espoir fussent ils obscurs et sans grade comme Mercery?


Alors la je sèche complet mise a part faire une description complète du personnage Mercery la confronter avec les autres acteurs et la comparer je ne vois pas quoi dire d'autre.

Si quelqu'un aurait un fil ca serait gentil pour ce coup la....


Merci d'avance

2

"La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin"

Bonjour Moimoi,

Je rechercherais d'abord une définition de la tragédie.
Cette dernière ne se résume pas à une mort programmée. Elle appelle un combat, une révolte contre elle, contre ce destin inacceptable. En même temps l'homme sait qu'il sera défait dans ce combat inégal, pourtant il tente d'échapper à l'inéluctable. Et s'il se sait battu d'avance, il peut sublimer sa défaite par son sacrifice, son héroïsme. Comment l'homme donc assume-t-il sa condition dans cette oeuvre de Malraux ? Tu pourrais aussi, en relation avec les propos précédents, tenter de justifier le titre.

"La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin"

Merci Jean-Luc de la réponse rapide,

je cerne un peu plus le sujet ,je vois où je vais essayer de concentrer ma réponse mais sisncérement je le trouve assez "costaud " ce sujet.

Bonne journée et merci encore

"La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin"

La mort comme idée?
La mort comme fait?
La mort comme expérience?
La mort comme rituel de la société?

La mort d'une trentaine de soldats en Afghanistan ne devrait-elle pas susciter la réaction "c'est leur boulot"? Un econséquence attendue et prise en compte des conditions de service.
Ce sont pas eux qui transforment leur mort en tragédie.
Ont-ils eu une vision du destin quand ils se sont fait recrutés? Quand ils s'entraînaient, quand ils étaient sur le terrain inimical?

Malraux, plume du Général de Gaulle et orateur de ses jours, me semble-t-il parle d'un ton très haut par rapport à notre existence terre-à-terre.