1

Participe futur

Bonjour à tous,

Dans nombre de mes phrases, je désespère l'absence de participe futur en français, étant alors obliger d'introduire une lourde relative.

J'ai donc fait une recherche sur Internet dans le but de trouver une éventuelle forme ancienne de participe futur en français, que je pourrais éventuellement utiliser à l'écrit, et je suis arrivé sur cette page :
https://web.archive.org/web/*/http://ww … -futur.htm
où est en effet développé un participe futur.

Impatient de pouvoir l'utiliser, j'aimerais cependant en savoir davantage sur son "droit" d'utilisation. Par exemple, qu'en pense l'Académie française, qui, je pense, n'a pas inséré une telle construction dans ses principes.

Cordialement,
Le Scientifiqueducoin

Participe futur

J'ai copié-collé votre lien, qui ne semble pas fonctionner.

Participe futur

Zorah, le lien fonctionne, sinon il suffit de chercher le célèbre Ougrapo.

La vocation de l'Académie française n'est pas d'ajouter des constructions, mais de constater l'évolution de la langue.
Personne ne vous empêche de parler ou d'écrire comme vous le souhaitez. Il y a seulement le risque que vous ne soyez pas compris.
Mais vous avez raison, il est vrai que certaines tournures manquent en français quand on les a découvertes dans d'autres langues.

4

Participe futur

Bonjour,

Il existe en français une possibilité de participe futur (ou presque).

Ex. : Jacques la Coquille, allant manger du poisson, s'arrêta net sur les arêtes.

C'est la transposition, au participe, du présent à valeur de futur proche.

Participe futur

Bonjour, Jean-Luc.

C'est vrai, on peut dire que c'est un participe futur, mais uniquement à valeur de futur proche comme vous le soulignez.

Moi aussi, voici quelques mois, j'étais tombé sur ce participe futur proposé par le site de l'Ougrapo. Intellectuellement séduisant, mais les solutions trouvées m'avaient paru peu esthétiques et d'usage peu pratique. Et je m'étais amusé à imaginer une solution qui me satisferait mieux... J'avais gardé trace de ces cogitations, et je saisis l'occasion de ce fil pour vous en faire part ci-dessous. Je pense que ça pourra intéresser...

Puisqu'on parle du participe futur

Le participe actif futur latin (amaturus) exprime une nuance d'imminence (sur le point d'aimer) d'inclination ou d'intention (disposé à aimer), de but ou d'obligation (destiné à aimer). Le participe français (tout comme le participe espéranto amonta) sans exclure ces nuances d'emploi, aura une signification plus générale (qui aimera) .

Par calque étroit du latin, l'Ougrapo choisit de construire ce participe à partir du radical de la forme du participe passé, éventuellement amputé de sa voyelle finale, sauf les monosyllabiques en -u qui conservent ce u en le coiffant d'un tréma.Toujours par calque étroit  du latin, la terminaison rajoutée est -ure (pour les deux genres)
Ce qui donne ces formes étranges:
verbe chanter, pp chanté → pf  chanture (qui chantera)
verbe finir, pp fini → pf finure (qui finira)
verbe vendre, pp vendu → pf vendure (qui vendra)
verbe avoir, pp eu → pf  eüure (qui aura)
verbe être,   pp été → pf éture (qui sera)

Critique de la terminaison -ure : En français, ce n'est pas un suffixe verbal. Ce suffixe sert déjà à former des noms à partir de verbes, ce qui va créer de nombreuses confusions par  homophonie.
rature (nom) et rature (pf = "qui ratera")
nourriture (nom) et nourriture (pf = "qui nourrira") etc.

Je propose une solution toute simple et logique :

Il existe en français une terminaison spécifique du participe actif: -ant. Si nous voulons un participe futur, greffons cette terminaison sur le radical du futur simple. Il suffira de remplacer les désinences -ai, -as, -a, etc. du futur par notre désinence -ant. Ce qui nous donnera:

aimer, aimerai → aimerant (qui aimera)
finir, finirai → finirant (qui finira)
tenir, tiendrai → tiendrant (qui tiendra)
être, serai → serant (qui sera; syn. de "futur")
avoir, aurai → aurant (qui aura)
Et aussi: vendrant (qui vendra), nourrirant (qui nourrira), etc.

On comparera  par exemple :

Qui vivra verra. (français standard)
Le vécure verra. (Ougrapo)
Le vivrant verra. ( mon système)

Rira bien le dernier riure. (Ougrapo)
Rira bien le dernier rirant. (mon système).

Le premier rirant aura une tapette !

Le futur gagnant = le gagnerant
Les internautes qui liront ceci = les internautes lirant ceci,  etc.

J'ai la faiblesse de trouver cela plus élégant et plus immédiatement lisible que les formes de l'Ougrapo officiel. Qu'en pensez-vous ?
.

Participe futur

C'est presque enthousiasmant !

Que donnerait la traduction de Ceux qui vont mourir te saluent ? Les mourrants te saluent ?
Les chevaux qui vont courir sont pleins de fougue.==> Les chevaux courrant ?
C'est intéressant. Lancez-vous dans un roman, un participe futur de temps en temps et l'affaire est dans le sac !

7

Participe futur

J'ai la faiblesse de trouver cela plus élégant et plus immédiatement lisible que les formes de l'Ougrapo officiel. Qu'en pensez-vous ?

Nous gagnons en effet en lisibilité ainsi qu'en simplicité, et peut-être même, davantage en cohérence avec la langue. Je soulignerais cependant un point fort des formes de l'Ougrapo, à savoir la ressemblance avec la forme latine, qui, je trouve, confère à cette formulation du participe futur, une certaine forme d'élégance. Je reste donc partagé.

Participe futur

Pourquoi chercher cette forme?
1. Le "français standard" a déjà des solutions.
2. Si pêu de monde connait le latin.

9

Participe futur

Anne345 a écrit :

La vocation de l'Académie française n'est pas d'ajouter des constructions, mais de constater l'évolution de la langue.

J'ai toujours pensé que l'Académie française concevait une langue "officielle", se penchant sur l'orthographe des mots, etc. La question est peut-être hors sujet, mais comment impose-t-on l'orthographe d'un mot, les accords, etc. ?

JSC a écrit :

Pourquoi chercher cette forme?
1. Le "français standard" a déjà des solutions.
2. Si pêu de monde connait le latin.

Nous pouvons en effet remplacer un participe futur par une relative, mais cela reste linguistiquement parlant moins intéressant, du moins selon mon point de vue, appréciant particulièrement les participes. L'idée de s'inspirer du latin, qu'effectivement peu de gens connaissent, reste cependant pertinent, constituant une part importante de notre héritage linguistique.

Participe futur

Un enrichisement volontaire et artificiel du français a déjà été voulu et largement suivi d'effet au temps de la Pléiade, je ne prétends l'apprendre à personne. C'est donc une chose parfaitement possible.

Les formes de l'Ougrapo sont à mon sens trop éloignées de la langue courante pour espérer y faire un jour leur entrée. Il n'en est pas de même des participes futurs à la façon de Jehan, qui se fondent parfaitement dans les formes habituelles du français. Et puis les terminaisons en -ure ne sont guère euphoniques, et facilement perçues comme péjoratives (rinçure,giclure, rognure...), au contraire des terminaisons en -ant, qui sonnent à 100% la bonne langue.