Participe futur

Bonjour, Tyagin.

C'est vrai, des goûts et des couleurs... Nous n'allons pas nous quereller pour ça ! Mais puisqu'on en parle...
Je ne trouve pas que la régularité d'une langue auxiliaire puisse être un critère affligeant. La platitude de l'espéranto ? De très nombreuses œuvres littéraires et poétiques, en de très nombreuses langues, ont été excellemment traduites en espéranto. Il est tout à fait  apte à traduire bien des finesses des langues naturelles.
L'amalgame avec le volapük, projet antérieur et de conception fort élitiste, me semble abusif. Racines méconnaissables et arbitraires, choix phonétiques aberrants, grammaire très régulière mais très inutilement compliquée... Y a pas photo !

La majeure partie des racines du vocabulaire espéranto est indo-européenne. Les racines en ont été choisies pour leur grande internationalité. Le sanskrit, si je ne m'abuse, est aussi une langue indo-européenne. Que ce soit une langue toute pleine de finesse, je n'en doute pas. Mais s'apprend-elle facilement ?

52

Participe futur

Pourquoi les langues romanes, germaniqus, le grec lui-même ont-elles abandonné le participe futur, alors qu'il est conservé dans certaines langues slaves, le hongrois, le basque...
Pourquoi l'espéranto qui s'est quand même fortement inspirée des langues "occidentales" l'a-t-il ajouté. Seulement un souci d'homogénéité des constructions ?

Participe futur

Bonjour, Anne.

Je pense que c'est cela. L'espéranto possède en fait 6 participes synthétiques, de sens très clair.

amata (aimé, étant aimé) amita (aimé, ayant été aimé) amota (qui sera aimé)
amanta (aimant, en train d'aimer) aminta (ayant aimé), amonta (qui aimera, allant aimer).

Ils servent entre autres à former des temps composés.

mi estas aminta = je suis ayant aimé = j'ai aimé.
mi estos amita = je serai ayant été aimé = j'aurai été aimé.
mi estis amonta = j'étais allant aimer = j'allais aimer, etc.

Ces participes, comme tous les mots, peuvent se substantiver avec la terminaison -o, avoir valeur de gérondif avec la terminaison adverbiale -e :

La leginto = le lecteur (celui qui a lu)
La legonto = le futur lecteur
legante = en lisant
skribinte = en ayant écrit

Mais je ne vais pas faire tout un cours hors sujet,
nous ne sommes pas dans la rubrique "Langues vivantes", ici...

54

Participe futur

Je dirais que tous les arguments et contre-arguments cités précédemment se valent, mais ne pensez-vous pas que l'introduction d'un participe futur permette une meilleure cohérence de la langue française, y trouvant un participe passé, un participe présent, et non un participe futur ? Bien qu'il soit vrai que, ce qui fait la maîtrise de la langue, c'est de pouvoir exprimer des nuances tout en considérant les différentes contraintes de la langue ; je dis cela parce qu'il ne s'agit pas d'une optique de "simplification" de la langue.

55

Participe futur

Et pourquoi pas un participe plus que parfait?

Participe futur

Non, soyons raisonnables...

Mais que dirais-tu d'un participe conditionnel ?
Très facile à former.
On remplacerait par -ant la terminaison -ons de la première personne du conditionnel présent...

Nous aimerions → aimeriant ( = qui aimerait)

Rigolo, non ?

57

Participe futur

assailliriant
nous assiériant
balayeriant
bouilliriant
chéririant
démanageriant
désireriant
effrayeriant
emploieriant
essuieriant
failliriant
haïriant
vielliriant

Pour quel contexte?

Même les prononcer est dur.

Participe futur

C'est juste un jeu...

Et les personnes emploieriant ces formes n'auraient évidemment pas plus de difficulté à les prononcer que les formes déjà existantes en -ions du conditionnel présent. C'est juste leur côté inhabituel qui donne une impression de difficulté. Mais une fois l'habitude prise...

59

Participe futur

Le sujet avait été évoqué en juin 2007 sur ce fil-ci :
http://www.pointscommuns.com/lire_comme … p;id=60275

Visiblement, le participe futur prend la même forme.
Cordialement.

Participe futur

Merci pour ce lien ! 
Je tiens à  préciser que je n'avais jamais lu ce monsieur quand j'ai proposé mon participe futur.
Oui, apparemment, lui et moi avons eu tous deux la même idée, avons suivi la même logique...