La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Bonjour à vous tous!

Dans le livre "grammaire expliquée du français", je trouve qu"il y a deux sortes de phrases en français: la phrase simple et la phrase complexe.

Et dans le cadre de la phrase complexe, il y a la propostion juxtaposée, coordonnée, subordonnée et la proposition en incise.

En plus il y a encore deux sortes de phrases: la proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive!

ça-à-dire, il y a six sorte de phrases complexes en totale?
ou la proposition subordonnée relative et complétive appartiennent encore à la propostion subordonnée?

C'est trop compliqué pour moi!

Veuillez-voue me donner quelques phrases?

Merci beaucoup!

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Bonjour, Jia.

Une proposition est un élément de phrase qui comporte un verbe conjugué.

Dans la phrase simple, il n'y a qu'une proposition :
"Le chat dort sur le canapé."

Dans la phrase complexe, il y a deux ou plusieurs propositions :
"J'entends un oiseau /qui chante." (2 propositions)

Il y a différentes sortes de propositions.

Deux propositions formant une phrase complexe peuvent être
juxtaposées (séparées par une virgule, sans mot de liaison) :
"Le temps est beau,/ je sors."

Elles peuvent être coordonnées par un mot de liaison (comme "et", par exemple):
"J'ouvre la porte / et je sors."

Il peut y avoir une proposition principale (qui pourrait exister seule)
et une proposition subordonnée (qui complète la principale mais n'existe pas seule) :

"Je ne sors pas / quand il pleut." (Ici c'est une subordonnée conjonctive,
introduite par la conjonction de subordination "quand")

"Je vois mon voisin / qui se promène." (Ici, c'est une subordonnée relative,
introduite par le pronom relatif "qui")

La proposition incise est séparée par des virgules au milieu de la phrase ou à la fin,
pour indiquer la personne qui parle :
"J'apprends moi aussi le français,/ dit mon ami."

J'espère que cela te permettra de mieux comprendre.

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Bonsoir Jia,

D'autres exemples sur le site : ici et .

Muriel

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Merci à vous tous!

Mais j'ai encore une question.

Il peut y avoir une proposition principale (qui pourrait exister seule)
et une proposition subordonnée (qui complète la principale mais n'existe pas seule) :

"Je ne sors pas / quand il pleut." (Ici c'est une subordonnée conjonctive,
introduite par la conjonction de subordination "quand")

"Je vois mon voisin / qui se promène." (Ici, c'est une subordonnée relative,
introduite par le pronom relatif "qui")

Toutes les deux phrases appartiennent à la phrase subordonnée?
Et dans la phrase subordonnée, il y a encore des sous-genres(désolée, je ne sais pas comment exprimer), parce qu'il y a des différents genres de subordonnées qui introduisent les propostions?

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Bonjour, Jia.

On ne parle de "proposition principale" que lorsqu'il y a aussi une subordonnée.
Quand la proposition est seule à former la phrase, on l'appelle proposition indépendante. Exemples:

"Je ne sors pas"
"Je vois mon voisin."

On ne parle pas de "phrase subordonnée", mais de "proposition subordonnée".
La proposition subordonnée n'est qu'une partie de phrase
Je te souligne les propositions subordonnées dans les deux phrases:

"Je ne sors pas quand il pleut." (subordonnée conjonctive)
"Je vois mon voisin qui se promène." (subordonnée relative)

Il est assez difficile d'expliquer en peu de mots la différence entre relatives et conjonctives.

Disons que la subordonnée relative commence par un pronom relatif
(un mot spécial qui remplace un mot de la proposition principale).
Par exemple, ici, le pronom qui remplace le voisin.
(qui se promène = le voisin se promène)

La subordonnée conjonctive commence par une conjonction (une autre sorte de mot qui, lui, ne remplace pas un mot de la proposition principale )
Par exemple, ici, le mot quand.

6

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Jehan a écrit :

[…]
Il peut y avoir une proposition principale (qui pourrait exister seule)
et une proposition subordonnée (qui complète la principale mais n'existe pas seule) :
[…]

Je sais que tu as raison.

Ici, comment diviser la proposition principale et la subordonnée complétive ?
Je veux la diviser : Je sais(principale) / que tu as raison(subordonnée).
Mais j'hésite parce que, faute de COD, 'Je sais' ne pourrait pas exister seul.

Éclairez-moi s'il vous plaît.

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Bonjour.

Mais si, la proposition "Je sais." peut exister seule.
C'est même une phrase très courante.

8

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Salut, Jehan.

Je me demande si je parle le français correctement.
Il faut que je sache parler le français correctement.

Est-ce la même chose ?

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

Jehan n'étant pas là à l'instant, je me permets de répondre.
Pour le sens, ce n'est pas la même chose.
Dans la première phrase, tu t'interroges.
Dans la seconde, tu exprimes une nécessité.
L'analyse grammaticale sera la suivante=>
1.Je me demande // si je parle le français correctement.
Je me demande : proposition principale.
si je parle le français correctement. : proposition interrogative indirecte, COD du verbe demander.
2.Il faut //que je sache parler le français correctement.
Il faut : proposition principale.
que je sache parler le français correctement. : proposition subordonnée conjonctive, COD du verbe savoir.

10

La proposition subordonnée relative et la proposition subordonnée complétive

J'ai pensé que, si la principale veut exister seule, elle doit être garnie de tous les constituants essentiels et que, la proposition complétive étant un constituant essentiel, la principale doit comporter la complétive.

Maintenant je comprends.

Grand merci à toi gabiana, et aussi à Jehan.