La littérature russe

Oblomov, de Gontcharov, pourrait faire partie de ces œuvres importantes venues d'un écrivain objectivement mineur (si on le compare aux deux chefs de file que sont Tolstoï et Dostoïevski). Le nom du personnage est célèbre en Russie, où il est passé dans l'usage courant. Il a été cité plusieurs fois dans les écrits de Lénine comme le type même du oisif qu'il faudrait secouer à grand renfort de coups de pieds. Il était en fait représentatif de la paresse d'une certaine Russie de propriétaires terriens. Un tiers du livre est consacré au lever d'Oblomov, qui n'arrive pas à quitter le canapé (c'est rigolo, quoiqu'un peu long), les deux tiers suivants, passionnants, racontent une histoire d'amour entre lui et une jeune femme plus active qui tente de le sortir de sa torpeur. Malgré le coté humoristique, il y a bel et bien un drame, touchant, dans ce livre.

22

La littérature russe

Je m'interesse depuis peu à la littérature russe aussi!
Je suis en pleine lecture d'Anna Karénine de Tolstoi! C'est fascinant! J'aime la succession de point de vue et cette impression que le danger plane à chaque apparition de personnage! J'ai lu la "dame au petit chien" de Tchékhov et j'avoue que cela ne m'a pas frappé...j'étais en période de révision alors je devrais peut être le relire maintenant que je suis reposée Si je puis me permettre à part Guerre et paix, je cherche d'autres livres russes de référence? Que me conseillez-vous?

23

La littérature russe

Bonsoir.

J'avoue ne pas m'y connaître beaucoup en littérature russe . En fait, à ma connaissance, je n'ai lu qu'un seul auteur russe et c'est A. Tchekhov... J'ai eu la chance de découvrir cet auteur à travers la Mouette et la Cerisaie, bien sûr. Il faut admettre que c'est une dramaturgie très spéciale, à la limite entre tragique et comique, et qui laisse cette impression de vide intérieur assez déroutante ! Je sais que ma lecture de ces deux pièces est restée en surface, je n'ai pas vraiment eu pris le temps de gratter un peu - et cela aurait sans doute demandé beaucoup de temps - mais malgré tout, dans l'optique de notre objet d'étude « Théâtre : texte ET REPRÉSENTATION », j'ai plutôt porté mon attention sur les mises en scène des pièces tchkhoviennes et celles de la Cerisaie sont particulièrement intéressantes. Je plains Brook d'avoir subi le courroux du dramaturge... Mais porter une pièce, qui plus est de Tchekhov, en salle est assez délicat, d'autant plus si l'auteur souhaite que la représentation reste systématiquement fidèle à son intention - qui n'est pas toujours perçue par le metteur en scène d'ailleurs.

Je ne connais que trop peu la littérature russe, et sans doute n'aurai-je pas beaucoup l'occasion de la découvrir, mais j'ai bon espoir de (pouvoir) lire un jour du Stanislavski, Tolstoi, Dostoïevsky, ...

Cordialement.

24

La littérature russe

Il faut aussi mentionner (je crois que cela n'a pas été fait) Petersbourg de Biely, typiquement dans la tradition russe, où le jeu cérébral du narrateur conspire avec le lecteur quand il ne s'en joue pas.
Blok est également un auteur référence.

25

La littérature russe

Bonjour,

Magnifique ce sujet.
Vos éruditions et curiosités litteraires m'aideront sans doute beaucoup.

Je cherche pour une délicieuse russophile l'équivalent (poétique ou non) des poèmes à Lou d'Apollinaire mais donc d'un russe (oui mais apo...) ET en russe...

Je vous remercie

La littérature russe

La littérature russe m'intéresse, mais je dois avouer ne pas savoir par où commencer...
Que me conseillez vous en première lecture ?

La littérature russe

Je te conseille les nouvelles de Gogol. Ce sont des textes courts, et qui auront une influence considérable sur les écrivains russes qui suivront (Dostoïevski le premier).
Parmi les nouvelles en question, je te recommande mes préférées :
- Le Portrait (pour la tirade finale du père)
- Le Manteau (chef d'œuvre d'humanité)

28

La littérature russe

Raph-Chatterton a écrit :

Bonjour,

Magnifique ce sujet.
Vos éruditions et curiosités litteraires m'aideront sans doute beaucoup.

Je cherche pour une délicieuse russophile l'équivalent (poétique ou non) des poèmes à Lou d'Apollinaire mais donc d'un russe (oui mais apo...) ET en russe...

Je vous remercie


Les Cantiques de la Belle Dame
- ou Vers de la Belle Dame, suivant les traductions - (je conseille d'ailleurs celle de Jean-Louis Backès) peut-être, d'Alexandre Blok ? (ou certains de ses poèmes dans Le masque de neige)

29

La littérature russe

pour ma part, j'ai découvert la littérature russe l'année dernière, j'ai été fascinée! au vu de la discussion, je commence même à déculpabiliser de préférer Gogol et Dostoïevski à l'éminent Tolstoï. Peu ont parlé de Pouchkine, j'ai pourtant beaucoup aimé son écriture sensible, presque poétique dans la fille du capitaine ou la dame de pique. La présentation de crime et châtiment n'est plus à faire, j'ajouterais juste que c'est un excellent roman psychologique, je crois que c'est Nietzsche qui a dit que Dostoïevski était le seul qui lui ait appris quelque chose en terme de psychologie.
D'autre part, il faudrait citer ici Soljenitsyne comme l'un des rares auteurs de l'époque moderne à ne pas avoir écrit sous le dictat du communisme. Malheureusement, j'ai dû pour l'instant me contenter de une journée d'Ivan Denissovitch, faute de temps. Une oeuvre naturellement très touchante, qui suit pendant une journée un prisonnier de goulag.
En fait, la littérature russe est quasiment réduite au XIXème siècle, puisqu'elle est née avec Pouchkine, a connu son âge d'or immédiatement avec les Gogol, Dostoïevski, Tolstoï et autres Tourgéniev, puis a été bâillonnée aussi sec par la censure et la pensée unique du régime soviétique.
La grande différence que je trouve entre les littératures russe et française, et j'aimerais d'ailleurs votre avis à ce sujet, réside dans le fait que le "héros" de l'histoire (je caricature) n'est pas la seule figure importante des oeuvres. C'est particulièrement vrai pour Anna Karénine, où l'on suit à parts quasi-égales les personnages de Stepan Arkadievitch et sa femme, les deux Alexandre, Lévine et Kattie (désolée les noms m'échappent un peu). Le roman s'augmente même d'un cinquième supplémentaire après la mort d'Anna. Et les romans sont aussi des occasions pour les auteurs de disserter sur des sujets philosophiques et sociaux, ce que je sens beaucoup moins présent chez les auteurs français de la même époque.

30

La littérature russe

Bonjour Melpomene,
Comme toi j'aime beaucoup Pouchkine,Gogol Dostoievski ...
Le communisme n'as pas empêché les russes d'écrire (la force de la littérature) et le XXeme siècle compte de grands auteurs : Vassili Grossman, Boulgakov, Babel, Pasternak....
Tu parles du communisme mais sous les tsars et la censure allait bon train... Dostoïevski a été condamné à mort puis envoyé dans les camps...
Je t'invite à lire Vie et Destin de Vassilli Grossamn, un chef d'oeuvre qui n'est pas paru de son vivant. Je suis certain que tu changeras d'avis sur le XXeme siecle littéraire russe. Sinon tu peux  lire "Tout passe" du même auteur (moins volumineux).