Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

Bonjour...

A bien y réfléchir, quelque chose m'intrigue.

Des bijoux, des cailloux, des choux, des genoux, des hiboux, des joujoux, des poux...
La litanie des exceptions est bien connue.

Mais pourquoi précisément ces noms-là  plutôt que d' autres noms en -ou?
Il me semble avoir lu jadis que ces sept exceptions avaient été officialisées sous le Second Empire...

Je ne parviens pas à trouver une logique et une cohérence là-dedans.
Serait-il possible qu'on ait pondu ça simplement pour embêter les écoliers ?
Si vous avez des explications et des avis là-dessus, merci d'avance de les partager...

2

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

A mon avis c'était juste pour nous embêter un peu . Non je rigole, quoique...
Comme partout il y a des exceptions (c'est la même problème pour les pluriel an -aux par exemple), et je n'ai aucune idée de la raison de leur existence ! Mais ce serait intéressant de savoir, bon sujet Jehan .

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

Bonjour, Titigoth.

C'est vrai, il y a souvent des exceptions. Mais ici, c'est une exception à rebours, et c'est ça que je trouve intéressant... Tous les noms en -eau font leur pluriel en -x, sans exception.  Pour les noms en au, al, eu, c'est le pluriel en -x qui est la règle, et le pluriel en -s l'exception.

Mais pour les noms en -ou, c'est le contraire : c'est le -x l'exception !

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

“au Moyen Age, on écrivait un chol/des chous. Puis les scribes ont remplacé certaines finales -us par -x pour économiser du parchemin. Ils écrivaient chox au lieu de chous. Plus tard, on a remis un u à chox pour être conforme à la prononciation, car on disait ‘chou’, tout en gardant le x dont on avait oublié l’origine.”

lortograf-nait-dans-les-chous

Mais n'oubliez pas les Ripoux !

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

Bonsoir, Anne.

J'ai épluché votre lien encore une fois si intéressant... Mais je trouve que nous ne sommes pas beaucoup plus avancés. Personne en fait ne semble avoir d'explication rationnelle quant au choix de ces sept mots-là.

Je connaissais déjà l'explication générale des pluriels en x, venus d'une abréviation de copiste pour la si commune finale -us (surtout avec les textes latins !). La présence d'un l vocalisé en u dans le radical, si elle explique le pluriel des noms en -eau (latin -ellus), et en -al (cheval, chevau→ chevaus → chevax → chevaux.) ne peut rendre compte de la totalité des 7 pluriels en X des noms en -ou.

Certes, on a bien caulem → chol → chou
                         genuculum → genouil → genou
                         pediculum → pouil → pou

On notera que "verrou" (veruculum → verouil ) a fait un court moment partie de notre club très select, mais qu'il en a été mystérieusement évincé par la suite. En revanche, col/cou  licol/licou, fol/fou n'ont semble-t-il jamais eu l'honneur d'afficher un X au pluriel. Et même si ça a été le cas, pourquoi ne l'ont-ils pas gardé ?

Pour "caillou", on a peut-être argué qu'il venait de "calculus", avec un joli l à la fin du radical. Or, il vient en fait de "caliavum".

Quant aux trois autres...

"bijou" serait un mot breton. Alors, pourquoi lui et pas "biniou" ?
"hibou" serait une simple onomatopée. Alors, pourquoi lui et pas "coucou"?
"joujou" est un redoublement enfantin. Alors, pourquoi lui et pas toutou, loulou, nounou ?

Le mystère reste entier.

Quant aux Ripoux... Avec la majuscule, c'est le titre du film de Zidi.
Sans majuscule (voir le Robert) on a  "des ripous" tout à fait honnêtes... Si j'ose dire !

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

Il est assez étonnant de trouver le plur. en x dans des mots du XXe s. : un ripou [altération argotique de pourri], des ripoux ; des tripoux en concurrence avec des tripous [emprunté de l’auvergnat ; ne s’emploie qu’au plur.].

(Grevisse)

Et sur Google ripoux l'emporte largement...

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

Il y a six mois.
en particulier
Un gros travail de Gaetan solo.

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

Merci pour ces liens, JSC.

Gaetan Solo a vraiment fait un très beau travail de compilation.
Hélas, cela ne répond toujours pas à mon interrogation de départ.
Pourquoi seulement ces sept noms en -ou  (disons neuf avec ripoux et tripoux),
et pas les autres, qui sont bien plus nombreux ? De fait, comme le X était
à l'origine une abréviation pour us, ils auraient dû logiquement tous prendre un x au pluriel,
comme tous les noms en -eau, par exemple.

Gaetan Solo a eu la bonne idée d'illustrer son travail par cette poésie de Robert DESNOS
(que je ne manquais pas d'ailleurs d'apprendre à mes élèves) :

Ce sont les mères des hiboux
Qui désiraient chercher les poux
De leurs enfants, leurs petits choux
En les tenant sur les genoux.

Leurs yeux d'or valent des bijoux,
Leur bec est dur comme cailloux,
Ils sont doux comme des joujoux,
Mais aux hiboux point de genoux !

Votre histoire se passait où ?
Chez les Zoulous ? Les Andalous ?
Ou dans la cabane  bambou ?
À Moscou ? Ou à Tombouctou ?
En Anjou ou dans le Poitou ?
Au Pérou ou chez les Mandchous ?
Hou ! Hou !
Pas du tout, c'était chez les fous.

Conclusion : tout ceci, effectivement, m'a bien l'air d'une histoire de fous !

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

La Nouvelle grammaire française sur un plan très méthodique (1864, page 12) et l'Abrégé de la grammaire française (1854, page 10) de François Noel , Charles Pierre Chapsal   n'en citent que 6 :  bijou, caillou, chou, genou, hibou et pou.
Aors  que l'Errata du dictionnaire de l'Académie française de B Pautex, Académie française (1862, page 127) cite aussi joujou et précise

"Autrefois verrou, genou, pou, prenaient tous trois une s au pluriel : verrouils, genouils, pouils ; nous avons encore verrouiller, s'agenouiller, pouilleux, épouiller. Il est à désirer que tous les trois se terminent pas une s, comme précédemment, en supprimant il. "

.

N'importe quoi ?

10

Pluriel en -oux : pourquoi sont-ils sept ?

UNE s ! J'adore ! vive l'Académie