Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

BONSOIR !

Est-ce quelqu'un pourrait, s'il vous plaît, m'expliquer le sens de cet air musical extrait de la comédie-ballet du Bourgeois Gentilhomme de LULLY et MOLIÈRE :

https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Bourg … nationale) :

Je languis nuit et jour,
Et mon mal est extrême
Depuis qu'à vos rigueurs
Vos beaux yeux m'ont soumis
Si vous traitez ainsi, belle Iris,
Qui vous aime,
Hélas hélas,
Que pourriez-vous faire à vos ennemis
Si vous traitez ainsi belle Iris
Qui vous aime
Hélas hélas,
Que pourriez-vous faire 
À vos ennemis ?

Merci et à bientôt

2

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

Bonjour Sundy,

Ce petit air est comme toute la comédie une critique subtile des travers de la société du temps.
Molière tympanise à la fois
- la galanterie précieuse,
- l'aspect lourdaud de Monsieur Jourdain (qui par opposition paraît ainsi ridicule),
- et surtout son manque d'esprit critique, son renoncement aux vertus de son état (bon sens, réalisme).

Le sens que tu recherches est à trouver dans l'expression précieuse et convenue de l'amour galant. Cette aria mêle des poncifs : passion et souffrance, passion et guerre amoureuse (implicitement les yeux de l'aimée envoie des dards, ceux de Cupidon ; développement sur le thème de l'amant maltraité comme les "ennemis"), mièvrerie et emphase (qui s'entrechoquent comiquement), répétitions (les quatre derniers vers sont une répétition insistante et maladroite sur le reproche de l'amant à l'amante), jeux de mots peu relevés (la belle blesse l'amant par ses regards et s'appelle Iris), expressions précieuses convenues ("languis', "rigueurs", "beaux yeux" que Monsieur Jourdain reprendra de manière fort lourde dans son fameux compliment à Dorimène).

J'espère que ces explications te permettront de mieux apprécier cet ajout dans la comédie-ballet.

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

Je crains que vous n'ayez mal compris le sens de ces vers... Sans doute n'en connaissez-vous pas la mélodie [de Lully] authentiquement "mélancolique" - comme la seule musique baroque en est capable. Vous semblez oublier également ce qu'en dira Monsieur Jourdain... et ce qu'il y opposera, ce qu'il proposera de vraiment ridicule...

4

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

Bonjour,

Je ne pense pas avoir commis de contresens.
Si la musique de Lully n'est pas ridicule, je vous l'accorde, il n'en reste pas moins que Molière traite cette leçon sur le mode comique et que les paroles sont fades et convenues à souhait. Molière joue essentiellement sur l'effet de contraste entre un bourgeois toqué et une préciosité artificielle.

Si vous en doutiez encore, je livre à votre sagacité un exemple et un contre-exemple tirés du genre pastoral que Molière a abondamment traité aux environs de la composition du Bourgeois-gentilhomme :

Pour vous montrer ce que Molière écrit quand il est dans la dérision gentille, l'exemple est tiré de la Pastorale comique

D'un pauvre cœur
Soulagez le martyre,
D'un pauvre cœur
Soulagez la douleur.
J'ai beau vous dire
Ma vive ardeur,
Je vous vois rire
De ma langueur.
Ah! cruelle, j'expire
Sous tant de rigueur.
D'un pauvre cœur
Soulagez le martyre,
D'un pauvre cœur
Soulagez la douleur.

Quant au contre-exemple, il est tiré de Mélicerte, une pastorale héroïco-comique, et là, Molière utilise une autre implication :

   

Vous le voyez, mon cœur, ce que c'est que d'aimer,
    Et Bélise avait su trop bien m'en informer.
    Cette charmante mère avant sa destinée,
    Me disait une fois, sur le bord du Pénée:
    365 
    "Ma fille, songe à toi: l'amour aux jeunes cœurs
    Se présente toujours entouré de douceurs.
    D'abord il n'offre aux yeux que choses agréables;
    Mais il traîne après lui des troubles effroyables.
    Et si tu veux passer tes jours dans quelque paix,
    370 
    Toujours comme d'un mal défends-toi de ses traits."
    De ces leçons, mon cœur, je m'étais souvenue;
    Et quand Myrtil venait à s'offrir à ma vue,
    Qu'il jouait avec moi, qu'il me rendait des soins,
    Je vous disais toujours de vous y plaire moins;
    375 
    Vous ne me crûtes point, et votre complaisance
    Se vit bientôt changée en trop de bienveillance.
    Dans ce naissant amour qui flattait vos désirs,
    Vous ne vous figuriez que joie et que plaisirs:
    Cependant vous voyez la cruelle disgrâce,
    380 
    Dont en ce triste jour le destin vous menace,
    Et la peine mortelle où vous voilà réduit!
    Ah, mon cœur! ah, mon cœur! je vous l'avais bien dit;
    Mais tenons, s'il se peut, notre douleur couverte.

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

Bonjour,
Pourriez-vous me dire les thèmes abordés dans Le Bourgeois Gentilhomme ?
Merci.

6

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

Bonsoir Hakin,

Tu pourrais aller voir cette page sur le site : https://www.etudes-litteraires.com/moli … urdain.php.

7

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

MERCI JEAN-LUC POUR L’AIDE À LA DISSERTATION SUR LE THÉÂTRE : j’ai eu 12 !

8

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

Bravo !

Prochain objectif 13 ou 14 en examinant quelles étaient les erreurs de conception dans ce devoir.

Jean-Luc

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

merci

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 2

Bonjour,

Je dois écrire une analyse littéraire sur le Bourgeois gentilhomme de Molière. Le thème est: Démontrez que Molière, dans la scène 2 de l'acte I, plaît autant qu'il instruit. J'ai déjà commencé mon plan de rédaction, mais je ne suis pas sur de mes deux raisons. Donc, le "comment" serait: l'ardoration d'un homme absurde (M. Jourdain) par des hommes respectables (Maîtres de musique et de danse) et l'utilisation d'un physique digne d'un homme vaniteux (M.Jourdain). Mais je ne comprend pas exactement ce que Molière voulais "instruire" à ses auditeurs... Pourriez-vous m'aider?

Et je suis en première année de Cégep (au Québec)