251

Le plus beau vers de la langue française

Selon moi, le plus beau vers de la langue française est :

"La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur"

Paul Eluard, Capitale de la douleur.

252

Le plus beau vers de la langue française

diger a écrit :

Selon moi, le plus beau vers de la langue française est :

"La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur"

Paul Eluard, Capitale de la douleur.

Oui c'est un beau vers. Je ne lis pas beaucoup de poésie mais je crois que c'est un vers qui me restera gravé ! je me souviens avoir beaucoup aimé ce poème étudié !

Le plus beau vers de la langue française

Désolé pour mes goûts (pas seulement) classiques, mais je voudrais citer les tout premiers vers de l'Art poétique de Nicolas Boileau (dans leur orthographe originale) :

C'est en vain qu'au Parnasse un temeraire Auteur
Pense de l'Art des Vers atteindre la hauteur.
S'il ne sent point du Ciel l'influence secrete,
Si son Astre en naissant ne l'a formé Poëte,
Dans son génie étroit il est toujours captif.
Pour lui Phébus est sourd, et Pégaze est retif.

Le souffle de l'inspiration, la clarté du sens alliée à l'exacte propriété des termes et à la perfection de l'art du vers : tout le génie du Classicisme est là! 

Mais j'ai une question à poser aux érudits du forum :

Boileau écrit, dans ce même ouvrage (Chant III), ces vers bien connus :

Dans ce sac ridicule où Scapin s'enveloppe,
Je ne reconnois plus l'Auteur du Misanthrope.

Or, chacun sait que dans les Fourberies de Scapin, ce n'est pas lui-même que Scapin dissimule dans un sac, mais Géronte, dont il veut tirer vengeance. A partir de là, trois possibilités :
- ou Boileau s'est trompé...
- ou il a fait une sorte de raccourci, assimilable à une figure de rhétorique dont j'ignore le nom,
- ou il était conscient de son erreur, mais n'a pu combiner ses vers autrement.

J'opte pour la seconde solution, qu'en pensez-vous?

254

Le plus beau vers de la langue française

"Ce fut comme une apparition."
L'éducation sentimentale - Flaubert

Au début du roman lorsque Frédérique rencontre pour la première fois Mme Arnoux. Je trouve cet octosyllabe magique !

255

Le plus beau vers de la langue française

L'air est si parfumé ! La lumière est si pure !
Aux regards d'un mourant le soleil est si beau !

L'automne de Lamartine.
Le poème entier est magnifique.

256

Le plus beau vers de la langue française

Ce thème était une très bonne idée, je découvre (ou redécouvre) des vers magnifiques !
Pour ma part, j'aime beaucoup cette strophe :

"Je tremble de joie et d'effroi
Nue en ma chevelure blonde
J'attends que le soleil m'inonde
Et qu'une ombre tombe de moi"
(Charles Van Lerberghe)

Il y a aussi ces quelques vers, cités de mémoire, qu'Eluard écrivit à la mort de son épouse :

"Nous ne vieillirons pas ensemble.
Voici le jour
En trop : le temps déborde."

Je trouve que ces mots contiennent toute la signification du deuil.

257

Le plus beau vers de la langue française

jacquesvaissier a écrit :

Désolé pour mes goûts (pas seulement) classiques, mais je voudrais citer les tout premiers vers de l'Art poétique de Nicolas Boileau (dans leur orthographe originale) :

C'est en vain qu'au Parnasse un temeraire Auteur
Pense de l'Art des Vers atteindre la hauteur.
S'il ne sent point du Ciel l'influence secrete,
Si son Astre en naissant ne l'a formé Poëte,
Dans son génie étroit il est toujours captif.
Pour lui Phébus est sourd, et Pégaze est retif.

Le souffle de l'inspiration, la clarté du sens alliée à l'exacte propriété des termes et à la perfection de l'art du vers : tout le génie du Classicisme est là! 

Mais j'ai une question à poser aux érudits du forum :

Boileau écrit, dans ce même ouvrage (Chant III), ces vers bien connus :

Dans ce sac ridicule où Scapin s'enveloppe,
Je ne reconnois plus l'Auteur du Misanthrope.

Or, chacun sait que dans les Fourberies de Scapin, ce n'est pas lui-même que Scapin dissimule dans un sac, mais Géronte, dont il veut tirer vengeance. A partir de là, trois possibilités :
- ou Boileau s'est trompé...
- ou il a fait une sorte de raccourci, assimilable à une figure de rhétorique dont j'ignore le nom,
- ou il était conscient de son erreur, mais n'a pu combiner ses vers autrement.

J'opte pour la seconde solution, qu'en pensez-vous?


Cela mérite attention, j'opterais aussi pour la deuxième, mais c'est bien parce que c'est Boileau et que je ne veux pas l'offenser..

Le plus beau vers ? Je ne sais pas trop, sans fouiller dans mes citations, de tête, je dirais :

"Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques"
Clair de Lune, Verlaine

J'adoooooore Verlaine !

Le plus beau vers de la langue française

"Donner un sens plus pur aux mots de la tribu"

Stéphane Mallarmé, Le tombeau d'Edgar Poe

Ce vers concentre à lui seul tout l'horizon de la poésie.

Le plus beau vers de la langue française

LA LORELEY

A Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l'évêque la fit citer
D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté

O belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m'ont regardée évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non  des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
Qu'un autre te condamne tu m'as ensorcelé

Evêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu me protège

Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n'aime rien

Mon coeur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j'en meure

Mon coeur me fait si mal depuis qu'il n'est plus là
Mon coeur me fit si mal du jour où il s'en alla

L'évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu'au couvent cette femme en démence

Va-t'en Lore en folie va Lore aux yeux tremblants
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc

Puis ils s'en allèrent sur la route tous les quatre
La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château

Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j'irai au couvent des vierges et des veuves

Là-haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley

Tout là-bas sur le Rhin s'en vient une nacelle
Et mon amant s'y tient il m'a vue il m'appelle

Mon coeur devient si doux c'est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l'eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

                         Guillaume Apollinaire, Alcools.

Le plus beau vers de la langue française

"C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar."

L'ermite de Croisset, incipit de Salammbô.