41 (Modifié par mikomasr 03/04/2019 à 23:29)

Traduction, interprétation ISIT / ESIT

Si tu es absolument certain de ta vocation, alors il faut revisiter la séquence de ton raisonnement.
Le but, quand on veut devenir interprète, c'est de travailler suffisamment une fois le diplôme en poche. Or le diplôme ne fait pas tout, ce sont aussi (surtout ?) les langues que tu proposes qui vont déterminer tes chances de recrutement.
En partant de là, il faut savoir que certaines combinaisons de langues sont très recherchées, d'autres pas du tout, et que les besoins varient d'une région à l'autre. Par exemple l'allemand te sera sans doute très utile à Bruxelles (pour les institutions européennes), moyennement utile à Genève (ONU), totalement inutile à Paris ou en Amérique. En clair : il faut déjà que tu aies une idée du marché que tu vises, et de l'endroit où tu comptes travailler (et donc, a priori, passer pas mal de temps).
Une fois que tu auras déterminé ça, il sera judicieux de choisir ton école. L'ESIT est très cotée et reconnue partout dans le monde, mais en général quand on vient d'obtenir son diplôme et qu'on débute, on obtient ses premiers contrats grâce aux anciens profs de l'école et par le bouche à oreille. Donc s'il est évident que l'ESIT et l'ISIT sont le choix optimal si l'on souhaite s'établir à Paris, ce n'est pas forcément le cas si on veut travailler pour l'ONU à Genève (où la FTI serait un bien meilleur choix, puisque beaucoup de chefs interprètes et de recruteurs genevois sont issus de la FTI). D'ailleurs, plusieurs écoles belges sont aussi excellentes, et leurs diplômés russisants se retrouvent très vite à l'ONU, presque dès la sortie de l'école.

Systématiquement, les jeunes qui s'intéressent à l'interprétation aspirent à intégrer l'ESIT parce que "c'est la meilleure école". Elle est très reconnue certes, et c'est une excellente carte de visite, mais c'est une école extrêmement exigeante, qui ne pardonne pas, où le taux d'échec est très élevé (la plupart redoublent leur deuxième année, certains y passent 4 ans au lieu des deux années de master prévues sans obtenir leur diplôme, donc sans rien). Au lieu d'aller s'y casser les dents pour des avantages somme toute très relatifs quand on ne veut pas travailler à Paris par la suite, il vaut mieux s'intéresser d'abord aux autres écoles présentes sur les marchés qui attirent a priori l'étudiant.

Désolé ça ne répond pas directement aux questions que tu posais, mais je pense que c'est important à prendre en compte.
Concernant les cursus : LLCE, je ne conseille pas. En tant qu'interprète tu seras amené à parler de tout sauf de littérature.

Les domaines : encore une fois ils varient selon ton lieu d'exercice. À Paris c'est du marché privé donc ça peut être absolument tout et n'importe quoi, de l'automobile aux produits cosmétiques en passant par le nucléaire, les jeux vidéos, les syndicats,la médecine, les conseils d'administration... mais (presque) tout se fait en bilingue français-anglais, il te faudra donc un anglais B (niveau quasi-maternel) et tu n'utiliserais jamais ni ton espagnol, ni ton allemand (à moins d'être recruté par Bruxelles de temps en temps, mais pas sûr qu'ils le fassent encore). À l'ONU de Genève ou de New York les domaines à assez bien connaître (sans non plus nécessairement être un expert) sont le droit (surtout pénal), les finances, un peu de compta et un peu d'éco. À l'ONU c'est le russe qui est le plus recherché, on peut s'en sortir avec l'anglais et l'espagnol mais l'offre est supérieure à la demande, avec ces seules langues.

Pour ma part j'ai fait LEA, ce qui m'a permis de toucher un peu à tout et d'avoir assez de temps libre pour bosser mes langues tout seul afin d'atteindre le niveau requis.

42

Traduction, interprétation ISIT / ESIT

Bonjour,

Je me permets d'écrire un message malgré l'ancienneté du topic mais j'espère que quelqu'un pourra m'éclairer ou m'aider . Je suis actuellement en première année de LLCE Anglais 1 à Bordeaux que je viens de valider et j'ai toujours eu dans l'optique de faire soit professeur de français à l'étranger et idéalement au Royaume-Uni (ou Australie) ou bien de faire interprète de conférence et de m'installer à l'étranger et donc de poursuivre mes études à l'ESIT ou l'ISIT. Malheureusement, je me suis vite rendue compte que la LLCE Anglais était loin d'être suffisante pour espérer pouvoir rentrer dans ces écoles et j'ai récemment été accepté sur parcoursup pour la licence LTMI à Poitiers qui saurait bien mieux me préparer aux concours . Le problème c'est que changer de licence me demanderait de tout recommencer, de prendre un appart et de bouger et donc de perdre mon travail, utiliser toutes mes économies...et j'en passe et je n'ai pas forcément les moyens pour, surtout que je ne suis vraiment pas sûre de vouloir faire interprète quand je lis vos messages et me rends compte de la difficulté des études (pour faire claire je n'ai pas envie de dépenser mon argent et mon temps pour un diplôme que je ne suis même pas sûre d'avoir alors que si je restais à Bordeaux en LLCE Anglais, j'aurais bien plus de chances de réussir à faire un Master FLE pour devenir professeur de français à l'étranger).

Je suis dans le gros doute en ce moment et je dois vite faire un choix, et je penche plus à vouloir faire professeur de français à l'étranger mais contrairement à interprète de conférence, le salaire est beaucoup plus bas : on ne cotise parfois pas pour sa retraite, il est beaucoup plus difficile de trouver du travail et lorsque l'on souhaite revenir en France pour travailler, soit on ne trouve rien, soit on est payés le SMIC pour un bac +5 (débutant ou non). D'un autre côté, j'ai cru comprendre (pour la traduction/l'interprétation) que suivant nos langues de travail et le type d'institution que l'on vise, nous sommes obligés de vivre à tel ou tel endroit (pas en free-lance bien évidemment) et personnellement je ne veux pas rester en France et je souhaite bouger un peu partout dans le monde et rester plusieurs années dans différents pays (ce qui est plus probable lorsqu'on enseigne le français!).

Je tiens à m'excuser pour mes fautes d'orthographe mais j'espère que quelqu'un perdra de son précieux temps et pourra me conseiller ! Partir à Poitiers pour recommencer une première année et entamer un cursus qui m'ouvrirait (je l'espère) les portes de l'ESIT (idéalement) et avoir un métier plus stable dans l'avenir ou rester à Bordeaux (ce qui serait mieux pour moi financièrement) afin de continuer ma licence LLCE et d'obtenir un master FLE pour essayer (le mot essayer est important ici) de trouver un job de prof à l'étranger? Je sais que vous n'êtes pas des conseillères d'orientation mais on sait jamais!

Bonne soirée

43

Traduction, interprétation ISIT / ESIT

Bonjour,

faire interprète de conférence et de m'installer à l'étranger et donc de poursuivre mes études à l'ESIT ou l'ISIT.

Il existe bien d'autres écoles que ces deux-là, a fortiori si ton but est de vivre ailleurs qu'en France.

Pour répondre globalement à ton message : l'interprétation est un métier accessible à tout âge, d'ailleurs il me semble que la moyenne d'âge en master d'interprétation tourne autour de 30 ans. Le niveau linguistique exigé ne s'acquiert pas en quelques années de fac immédiatement après le bac, c'est pourquoi beaucoup d'admis sont des gens qui ont déjà une première expérience professionnelle et qui ont un peu roulé leur bosse avant de se tourner vers l'interprétation.
Autrement dit, tu pourrais tout à fait commencer par un master de FLE, accumuler quelques années d'expérience en tant que prof de FLE et en profiter pour voyager (si on en croit la plupart des gens, ce Wanderlust finira par te passer, et à 30 ans tu n'auras plus qu'une seule envie : te poser, donc profites-en maintenant justement) et peaufiner tes langues au passage (voire même en apprendre de nouvelles).
Une fois que tu seras lassée de tous ces voyages, tu pourras revenir à l'interprétation tranquillement, sans crainte d'avoir atteint une quelconque limite d'âge, puisqu'il n'y en a pas, au contraire.

Je sais bien qu'à ton âge on a l'impression que la moindre année compte et que toute année passée à autre chose qu'à se rapprocher de l'obtention d'un master semble être une année perdue, mais c'est un raisonnement totalement faux et même parfois nuisible (en rétrospective, je me dis moi-même que j'aurais dû prendre un peu plus de temps pour me préparer et pour mûrir un peu avant de devenir interprète, car je me suis précipité et résultat, j'en ai bavé en début de carrière).

44 (Modifié par Jehan 25/05/2019 à 22:24)

Traduction, interprétation ISIT / ESIT

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre mais surtout merci beaucoup pour ces précieux conseils! C'est vrai que j'ai toujours dans la tête l'idée reçue selon laquelle il faut au plus vite avoir son diplôme alors que le plus judicieux serait de prendre son temps et savoir ce que l'on veut En tout cas ton message m'a beaucoup aidé  notamment sur le fait qu'il est toujours possible de passer les concours d'interprétation à n'importe quel âge, ce que j'ai tendance à oublier.

En tout cas merci encore, ça m'a beaucoup aidé à voir les choses d'une autre façon et d'avoir enfin une solution qui me permettrait ces deux possibilités au lien d'en sacrifier une.

45 (Modifié par Jehan 21/09/2019 à 13:20)

Traduction, interprétation ISIT / ESIT

Bonjour tout le monde,
j'espère que quelqu'un pourra me répondre car je suis totalement perdue! je viens de commencer mon année de première, et j'ai pris spécialité SES (sciences économiques et sociales), NSI (numérique et sciences informatiques) et LLCE anglais (langues, littérature et culture étrangère). je voudrais devenir interprète, mais je ne sais absolument pas à qui m'adresser. C'est peut-être un peu tôt mais avec la réforme du bac je suis en cycle terminal, et je n'ai pas envie de m'y prendre au dernier moment. Bien sûr, les deux écoles les plus réputées sont l'ISIT et l'ESIT, mais je ne sais pas si c'est possible de les intégrer, vu le prix et le haut niveau de compétence exigé. Pourtant je suis très motivée, j'ai pris section européenne anglais en option, et j'aimerais apprendre le russe pour le présenter avec l'anglais et l'espagnol. Personne autour de moi n'a assez d'expérience dans le domaine pour me conseiller, donc ce forum m'a intéressée car j'ai vu que certains d'entre vous étaient dans la même indécision que moi ou bien avaient un peu d'expérience. donc si jamais vous avez cinq minutes, je suis ouverte à tous les conseils...
Merci d'avance

46

Traduction, interprétation ISIT / ESIT

Bonjour Laayna, je n'a pas grand-chose à rajouter à tout ce qui a déjà été dit sur ce fil et où tu trouveras pas mal de réponses à tes questions. Si ce n'est qu'effectivement l'apprentissage du russe serait une bonne chose si c'est l'ONU que tu vises.

47

Traduction, interprétation ISIT / ESIT

@laayna : je pense qu'un modérateur a "raccroché" ton message a ce fil : lis les messages précédents.
L'ESIT est une école gratuite, avec concours d'entrée. Des etudes de langues ou une prepa litteraire te permettront d'y rentrer.