1

Apollinaire, À la Santé

Bonjour à tous

Pensez vous que ces axes soient appropriés pour "A la Santé" de Guillaume Apollinaire?

I. La Chute
   1) L'incarcération
   2) La perte d'identité
   3) L'animalisation

II. La Renaissance
   1) grâce à la prière
   2) le raisonnement
   3) la solitude apprivoisée

Merci d'avance pour tous vos conseils

texte: https://fr.wikisource.org/wiki/Alcools

Apollinaire, À la Santé

À la Santé

Une remarque s'impose sur le rythme sautillant et gai de cette strophe

Non je ne me sens plus là
                        Moi-même
            Je suis le quinze de la
                        Onzième

            Le soleil filtre à travers
                        Les vitres
            Ses rayons font sur mes vers
                        Les pitres

            Et dansent sur le papier
                        J’écoute
            Quelqu’un qui frappe du pied
                        La voûte

(et l'analyse stylistique ? elle sera où ? Il y a beaucoup à dire sur les effets produits par les mètres différents)

Apollinaire, À la Santé

À la Santé*           


            Avant d’entrer dans ma cellule
            Il a fallu me mettre nu
            Et quelle voix sinistre ulule
            Guillaume qu’es-tu devenu

            Le Lazare entrant dans la tombe
            Au lieu d’en sortir comme il fit
            Adieu adieu chantante ronde
            Ô mes années ô jeunes filles


                          II

            Non je ne me sens plus là
                        Moi-même
            Je suis le quinze de la
                        Onzième

            Le soleil filtre à travers
                        Les vitres
            Ses rayons font sur mes vers
                        Les pitres

            Et dansent sur le papier
                        J’écoute
            Quelqu’un qui frappe du pied
                        La voûte


                           III

            Dans une fosse comme un ours
            Chaque matin je me promène
            Tournons tournons tournons tou jours
            Le ciel est bleu comme une chaîne
            Dans une fosse comme un ours
            Chaque matin je me promène

            Dans la cellule d’à côté
            On y fait couler la fontaine
            Avec les clefs qu’il fait tinter
            Que le geôlier aille et revienne
            Dans la cellule d’à côté
            On y fait couler la fontaine


                           IV

Que je m’ennuie entre ces murs tout nus
        Et peints de couleurs pâles
Une mouche sur le papier à pas menus
        Parcourt mes lignes inégales

Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
        Toi qui me l’as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur
        Le bruit de ma chaise enchaînée

Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
        L’Amour qui m’accompagne
Prends en pitié surtout ma débile raison
        Et ce désespoir qui la gagne


                          V

            Que lentement passent les heures
            Comme passe un enterrement

            Tu pleureras l’heure où tu pleures
            Qui passera trop vitement
            Comme passent toutes les heures 
                          VI

            J’écoute les bruits de la ville
            Et prisonnier sans horizon
            Je ne vois rien qu’un ciel hostile
            Et les murs nus de ma prison

            Le jour s’en va voici que brûle
            Une lampe dans la prison
            Nous sommes seuls dans ma cellule
            Belle clarté Chère raison


Septembre 1911.

* Ironie du mot; jeu de mots "à ta santé".
I quelle voyelle prédomine dans la première strophe? Rime -ombe/ -onde.
II des vers de 2 syllabes. Des vers courts évoquent quoi?
III Structure.
IV Strophes de 4 vers. Quelques Alexandrins.
V 5 vers.
VI Octosyllabes.

Comme tout prisonnier, il voit sa situation en lui-même et ses souvenirs + ce qui se passe à l'extérieur.
Cf "Le ciel est par-dessus les toits, Si bleu, si calme" (Verlaine)

4

Apollinaire, À la Santé

Bonjour,

En 1911, Le 7 septembre, inculpé pour complicité de vol, Apollinaire est incarcéré à la Santé. Le 12, il est relâché et l'affaire se termine par un non-lieu. Ce court séjour en prison a cependant traumatisé le poète qui rend compte de cette expérience dans ce poème d'Alcools, "A la Santé".

Pour t'aider dans l'analyse de IV

1. l'ennui, la douleur (ou l'abattement à la suite de l'enfermement)
2. La prière, La compassion (ou une tentative d'évasion par l'élévation spirituelle)
3. Le désespoir (ou la rechute)

Note l'irrégularité des vers et surtout cette alternance régulière de vers longs et courts qui traduisent cette succession de montées pour échapper à l'enfermement et de chutes brutales lors du retour à la sinistre réalité.
Ici Apollinaire ne traite pas le thème de la prison selon les poncifs en vigueur : saleté, barreaux, mauvais traitements… mais relève l'horreur toute simple du monde carcéral où règnent solitude, anonymat, absence au point que l'esprit vacille au bord de la folie. La privation de liberté reste implicite. Cette dure expérience a fait mûrir le poète.

Apollinaire, À la Santé

bonjour je suis en première S et j'ai un commentaire littéraire à faire sur le texte A la santé d'Apollinaire
Voici le sujet :
Vous proposerez un commentaire littéraire du texte a la santé d'Apollinaire a partir du parcours suivant:
Comment l'univers de la prison est-il décrit dans ce poème?
Quels sont les sentiments personnels exprimés par le poète?

j'ai fait un parcours linéaire comme me la conseillé ma prof de français et suite a sa mes idées sont : que l'endroit est sombre sinistre ennuyeux, un endroit sans issue , il parle du monde extérieur  il y a des figure de style , il évoque dieu , il est désespéré , trouve le temps long.

mais je n'arrive pas a rejoindre tous ces idées dans le plan !!

merci de m'aider!!

6

Apollinaire, À la Santé

J'aimerais savoir quel sont les deux espaces qui s'opposent dans ce poème?! Et dans quel but?


     

Avant d’entrer dans ma cellule
            Il a fallu me mettre nu
            Et quelle voix sinistre ulule
            Guillaume qu’es-tu devenu

            Le Lazare entrant dans la tombe
            Au lieu d’en sortir comme il fit
            Adieu adieu chantante ronde
            Ô mes années ô jeunes filles


                          II

            Non je ne me sens plus là
                        Moi-même
            Je suis le quinze de la
                        Onzième

            Le soleil filtre à travers
                        Les vitres
            Ses rayons font sur mes vers
                        Les pitres

            Et dansent sur le papier
                        J’écoute
            Quelqu’un qui frappe du pied
                        La voûte


                           III

            Dans une fosse comme un ours
            Chaque matin je me promène
            Tournons tournons tournons toujours
            Le ciel est bleu comme une chaîne
            Dans une fosse comme un ours
            Chaque matin je me promène

            Dans la cellule d’à côté
            On y fait couler la fontaine
            Avec les clefs qu’il fait tinter
            Que le geôlier aille et revienne
            Dans la cellule d’à côté
            On y fait couler la fontaine


                           IV

Que je m’ennuie entre ces murs tout nus
        Et peints de couleurs pâles
Une mouche sur le papier à pas menus
        Parcourt mes lignes inégales

Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
        Toi qui me l’as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur
        Le bruit de ma chaise enchaînée

Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
        L’Amour qui m’accompagne
Prends en pitié surtout ma débile raison
        Et ce désespoir qui la gagne


                          V

            Que lentement passent les heures
            Comme passe un enterrement

            Tu pleureras l’heure où tu pleures
            Qui passera trop vitement
            Comme passent toutes les heures


                          VI

            J’écoute les bruits de la ville
            Et prisonnier sans horizon
            Je ne vois rien qu’un ciel hostile
            Et les murs nus de ma prison

            Le jour s’en va voici que brûle
            Une lampe dans la prison
            Nous sommes seuls dans ma cellule
            Belle clarté Chère raison

Septembre 1911.


Merci BeaucoupAidez moi PLEASE, je ne sais pas quoi répondre....!!!!   

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Apollinaire, À la Santé

La prison et... le monde extérieur, évoqué par le soleil, le ciel et la ville! cf "le Ciel est par-dessus le toit..." (Verlaine)

8

Apollinaire, À la Santé

Bonjour tout le monde,
Alors que je m'entrainais pour le bac de français j'ai fait le commentaire d'à la santé d'Apollinaire. En comparant avec l'annabac j'ai trouvé un plan très différent (plan très spécial de l'annabac) et je voudrais donc vous proposer mon plan et avoir votre avis sur sa validité...
Voilà mes axes:
I) Un lieu hostile qui transforme le poète
II) Le règne de l'ennui, des regrets et du désespoir
III) Une envie d'ailleurs

Voici le poème:

I

Avant d’entrer dans ma cellule
Il a fallu me mettre nu
Et quelle voix sinistre ulule
Guillaume qu’es-tu devenu

Le Lazare entrant dans la tombe
Au lieu d’en sortir comme il fit
Adieu adieu chantante ronde
Ô mes années ô jeunes filles


II

Non je ne me sens plus là
Moi-même
Je suis le quinze de la
Onzième

Le soleil filtre à travers
Les vitres
Ses rayons font sur mes vers
Les pitres

Et dansent sur le papier
J’écoute
Quelqu’un qui frappe du pied
La voûte


III

Dans une fosse comme un ours
Chaque matin je me promène
Tournons tournons tournons toujours
Le ciel est bleu comme une chaîne
Dans une fosse comme un ours
Chaque matin je me promène

Dans la cellule d’à côté
On y fait couler la fontaine
Avec les clefs qu’il fait tinter
Que le geôlier aille et revienne
Dans la cellule d’à côté
On y fait couler la fontaine


IV

Que je m’ennuie entre ces murs tout nus
Et peints de couleurs pâles
Une mouche sur le papier à pas menus
Parcourt mes lignes inégales

Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
Toi qui me l’as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur
Le bruit de ma chaise enchaînée

Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
L’Amour qui m’accompagne
Prends en pitié surtout ma débile raison
Et ce désespoir qui la gagne


V

Que lentement passent les heures
Comme passe un enterrement

Tu pleureras l’heure où tu pleures
Qui passera trop vitement
Comme passent toutes les heures


VI

J’écoute les bruits de la ville
Et prisonnier sans horizon
Je ne vois rien qu’un ciel hostile
Et les murs nus de ma prison

Le jour s’en va voici que brûle
Une lampe dans la prison
Nous sommes seuls dans ma cellule
Belle clarté Chère raison

Merci d'avance

Apollinaire, À la Santé

Oui, ce n'est pas mal, mais dans quel sens parles-tu de transformation dans ta première partie ?
Dans ta conclusion, n'oublie pas de faire un parallèle avec le célèbre poème de Verlaine "le ciel est, par-dessus le toit..."; le souvenir de ce poème est ici manifeste.

10

Apollinaire, À la Santé

Transforme dans le sens il devient different, plus vraiment lui-même.
Je ne vois pas très bien le lien avec le poème de Verlaine....