1

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

Bonjour, 

je commence un cours et je suis perdu déjà! À la scène 6 de l'acte 2 des Femmes savantes, sur quel principe fondamental du classicisme la critique de Philaminte s'appuie-t-elle? Elle-même, quel idéal enfreint-elle?

Je dois composer une réponse de 200 à 300 mots,
J'espère que vous pourrez m'aider.

Ghislain

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

SCÈNE VI

PHILAMINTE, BÉLISE, CHRYSALE, MARTINE.

PHILAMINTE
Quoi, je vous vois, maraude?
Vite, sortez, friponne; allons, quittez ces lieux,
430      Et ne vous présentez jamais devant mes yeux.

CHRYSALE
Tout doux.

PHILAMINTE
Non, c'en est fait.

CHRYSALE
Eh.

PHILAMINTE
Je veux qu'elle sorte.

CHRYSALE
Mais qu'a-t-elle commis, pour vouloir de la sorte...

PHILAMINTE
Quoi, vous la soutenez?

CHRYSALE
En aucune façon.

PHILAMINTE
Prenez-vous son parti contre moi?

CHRYSALE
Mon Dieu non;
435      Je ne fais seulement que demander son crime.

PHILAMINTE
Suis-je pour la chasser sans cause légitime?

CHRYSALE
Je ne dis pas cela, mais il faut de nos gens...

PHILAMINTE
Non, elle sortira, vous dis-je, de céans.

CHRYSALE
Hé bien oui. Vous dit-on quelque chose là contre?

PHILAMINTE
440      Je ne veux point d'obstacle aux désirs que je montre.

CHRYSALE
D'accord.

PHILAMINTE
Et vous devez en raisonnable époux,
Être pour moi contre elle et prendre mon courroux*.

CHRYSALE
Aussi fais-je. Oui, ma femme avec raison vous chasse,
Coquine, et votre crime est indigne de grâce.

MARTINE
Qu'est-ce donc que j'ai fait?

CHRYSALE
445              Ma foi! Je ne sais pas.

PHILAMINTE
Elle est d'humeur encore à n'en faire aucun cas.

CHRYSALE
A-t-elle, pour donner matière à votre haine,
Cassé quelque miroir, ou quelque porcelaine?

PHILAMINTE
Voudrais-je la chasser, et vous figurez-vous
450      Que pour si peu de chose on se mette en courroux?

CHRYSALE
Qu'est-ce à dire? L'affaire est donc considérable?

PHILAMINTE
Sans doute. Me voit-on femme déraisonnable?

CHRYSALE
Est-ce qu'elle a laissé, d'un esprit négligent,
Dérober quelque aiguière, ou quelque plat d'argent?

PHILAMINTE
Cela ne serait rien.

CHRYSALE
455          Oh, oh! peste, la belle!
Quoi? l'avez-vous surprise à n'être pas fidèle*?

PHILAMINTE
C'est pis que tout cela.

CHRYSALE
Pis que tout cela?

PHILAMINTE
Pis.

CHRYSALE
Comment diantre, friponne! Euh? a-t-elle commis...

PHILAMINTE
Elle a, d'une insolence à nulle autre pareille,
460      Après trente leçons, insulté mon oreille,
Par l'impropriété d'un mot sauvage et bas,
Qu'en termes décisifs condamne Vaugelas*.

CHRYSALE
Est-ce là...

PHILAMINTE
Quoi, toujours malgré nos remontrances,
Heurter le fondement de toutes les sciences;
465      La grammaire qui sait régenter jusqu'aux rois,
Et les fait la main haute* obéir à ses lois?

CHRYSALE
Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.

PHILAMINTE
Quoi, vous ne trouvez pas ce crime impardonnable?

CHRYSALE
Si fait.

PHILAMINTE
Je voudrais bien que vous l'excusassiez.

CHRYSALE
Je n'ai garde.

BÉLISE
470          Il est vrai que ce sont des pitiés,
Toute construction est par elle détruite,
Et des lois du langage on l'a cent fois instruite.

MARTINE
Tout ce que vous prêchez est je crois bel et bon;
Mais je ne saurais, moi, parler votre jargon.

PHILAMINTE
475      L'impudente! appeler un jargon le langage
Fondé sur la raison et sur le bel usage!

MARTINE
Quand on se fait entendre, on parle toujours bien,
Et tous vos biaux dictons* ne servent pas de rien.

PHILAMINTE
Hé bien, ne voilà pas encore de son style,
Ne servent-pas de rien!

BÉLISE
480          Ô cervelle indocile!
Faut-il qu'avec les soins qu'on prend incessamment,
On ne te puisse apprendre à parler congrûment?
De pas, mis avec rien, tu fais la récidive*,
Et c'est, comme on t'a dit, trop d'une négative.

MARTINE
485      Mon Dieu, je n'avons pas étugué comme vous,
Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.

PHILAMINTE
Ah peut-on y tenir!

BÉLISE
Quel solécisme horrible!

PHILAMINTE
En voilà pour tuer une oreille sensible.

BÉLISE
Ton esprit, je l'avoue, est bien matériel.
490      Je, n'est qu'un singulier; avons, est pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire*?

MARTINE
Qui parle d'offenser grand'mère ni grand-père?

PHILAMINTE
Ô Ciel!

BÉLISE
Grammaire est prise à contre-sens par toi,
Et je t'ai dit déjà d'où vient ce mot.

MARTINE
Ma foi,
495      Qu'il vienne de Chaillot, d'Auteuil, ou de Pontoise,
Cela ne me fait rien.

BÉLISE
Quelle âme villageoise!
La grammaire, du verbe et du nominatif*,
Comme de l'adjectif avec le substantif,
Nous enseigne les lois.

MARTINE
J'ai, Madame, à vous dire
Que je ne connais point ces gens-là.

PHILAMINTE
500          Quel martyre!

BÉLISE
Ce sont les noms des mots, et l'on doit regarder
En quoi c'est qu'il les faut faire ensemble accorder.

MARTINE
Qu'ils s'accordent entr'eux, ou se gourment*, qu'importe?

PHILAMINTE, à sa sœur.
Eh, mon Dieu, finissez un discours de la sorte.
(À son mari.)
505      Vous ne voulez pas, vous, me la faire sortir?

CHRYSALE
Si fait. À son caprice il me faut consentir.
Va, ne l'irrite point; retire-toi, Martine.

PHILAMINTE
Comment? vous avez peur d'offenser la coquine?
Vous lui parlez d'un ton tout à fait obligeant?

CHRYSALE, bas.
510      Moi? Point. Allons, sortez*. Va-t'en, ma pauvre enfant.

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

Les femmes savantes, ou plutôt les milieux savants se basaient sur le principe de la pureté de la langue et prônaient le grammairien Gilles Ménage et ses Observations sur la langue française.  Mais ici, Molière les tournent en dérision et leur oppose la conception pratique de la servante MartineDe plus, les femmes savantes ne respectent absolument les règles de la courtoisie en vigueur dans les salons mondains, elle s'emportent et traîtent Martine avec mépris, ce qui est une entrave aux morales que pronaient les précieux et les mondains

3

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

Bonjour,
S.V.P aidez-moi! La question de mon devoir  est: Sur quel principe fondamental du classicisme la critique de Philaminte s'appuie-t-elle? Elle-même, quel idéal enfreit-elle?

Ma réponse est: Les femmes savantes se basaient sur le principe de la pureté de la langue et pronaient le grammairien français Vauelas, auteur de Remarques sur la langue française (1647).

Est-ce une caractéristique du classicisme? La bienséance?

elle enfreint quel idéal?

rép: Philaminte de respecte pas les règles de courtoisie en vigueur dans les salons mondains. La vraisemblance?

Est-ce que je suis sur la bonne voie?

et quand on me demande des exemples, est-ce que je peux utiliser des bouts de la pièce?

J'attend de vos nouvelles pour finaliser mon devoir!

Ghislain

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

bonjour, j'ai quelque questions sur ce texte et j'aurais besoin d'un peu d'aide

Martine
Qu’est-ce donc que j’ai fait ?
Chrysale
Ma foi ! Je ne sais pas.
Philaminte
Elle est d’humeur encore à n’en faire aucun cas.
Chrysale
A-t-elle, pour donner matière à votre haine,
Cassé quelque miroir ou quelque porcelaine ?
Philaminte
Voudrais-je la chasser, et vous figurez-vous
Que pour si peu de chose on se mette en courroux ?
Chrysale
Qu’est-ce à dire ? L’affaire est donc considérable ?
Philaminte
Sans doute. Me voit-on femme déraisonnable ?
Chrysale
Est-ce qu’elle a laissé, d’un esprit négligent,
Dérober quelque aiguière ou quelque plat d’argent ?
Philaminte
Cela ne serait rien.
Chrysale
Oh, oh ! peste, la belle !
Quoi ? l’avez-vous surprise à n’être pas fidèle ?
Philaminte
C’est pis que tout cela.
Chrysale
Pis que tout cela ?
Philaminte
Pis.
Chrysale
Comment diantre, friponne ! Euh ? a-t-elle commis.
Philaminte
Elle a, d’une insolence à nulle autre pareille,
Après trente leçons, insulté mon oreille
Par l’impropriété d’un mot sauvage et bas,
Qu’en termes décisifs condamne Vaugelas.

Question 1: Comment Molière met-il en valeur l'explication de  Philaminte ? c'est la question que j'arrive pas trop
j'ai mis avec un language soutene et des rimes "pareille et oreille", "bas et vaugelas"

Question 3 : des deux époux, qui a le plus d'audace et d'originalité ?
j'ai mis c'est la femme, Philaminte, par ce que elle ne veux pas renvoyer Martine pour une faute grave mais simplement des fautes de grammaire.

Question 4 : pour quoi Philaminte est-elle ridicule ?
aucune idée

voila merci d'avance

5

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

Bonjour,

Pour la question 1, tu ne sembles pas avoir perçu comment Philaminte fait monter la tension en laissant son mari (et le spectateur) imaginer un "crime".
Question 2 : c'est Philaminte qui régente le foyer et porte la culotte.
Question 3 : le ridicule est dans la disproportion, le culte extravagant de la "pureté" de la langue.

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

merci d'avoir répondu,

j'ai pas trop compris ce que tu veux dire pour la question 2 ^^

merci pour les deux autres

7

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

Si je te dis que Chrysale "s'écrase" devant sa femme, comprends-tu mieux ?

Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 6

Ah oui, c'est ça qui est original, que le mari s'écrase devant sa femme au XVIIe siècle !