Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Bonjour à tous ! J'aurais besoin de votre aide pour un commentaire de niveau seconde, situé entre les vers 1193 et 1213 de l'œuvre de Racine ( Monologue de Phèdre qui laisse éclater sa colère et sa jalousie).

malheureusement, je n'arrive pas à trouver un projet de lecture (ou problématique). j'ai déjà trouvé plusieurs pistes (ou axes de lectures, je crois): jalousie, fureur, monologue, lexique utilisé, contradiction, passion déchirante...

Je fais donc appel à votre savoir afin de m'aider à organiser toutes ces idées à l'aide d'un plan composé de deux ou trois parties autour d'un projet de lecture !

merci d'avance.

Il sort. Quelle nouvelle a frappé mon oreille ?
Quel feu mal étouffé dans mon coeur se réveille ?
Quel coup de foudre, ô ciel ! et quel funeste avis !
Je volais tout entière au secours de son fils,
Et m'arrachant des bras d'Oenone épouvantée,
Je cédais au remords dont j'étais tourmentée.
Qui sait même où m'allait porter ce repentir ?
Peut−être à m'accuser j'aurais pu consentir ;
Peut−être, si la voix ne m'eût été coupée,
L'affreuse vérité me serait échappée.
Hippolyte est sensible, et ne sent rien pour moi !
Aricie a son coeur ! Aricie a sa foi !
Ah, dieux ! Lorsqu'à mes voeux l'ingrat inexorable
S'armait d'un oeil si fier, d'un front si redoutable,
Je pensais qu'à l'amour son coeur toujours fermé
Fût contre tout mon sexe également armé.
Une autre cependant a fléchi son audace ;
Devant ses yeux cruels une autre a trouvé grâce.
Peut−être a−t−il un coeur facile à s'attendrir ;
Je suis le seul objet qu'il ne saurait souffrir,
Et je me chargerais du soin de le défendre ?

2

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Pour quand ton devoir est-il à rendre?
Je n'ai pas le temps de t'aider maintenant, j'ai travaillé sur Phèdre mais pas sur ce passage, je pourrais le faire demain. Je pense qu'il faut surtout étudier la jalousie qui réveille la passion de Phèdre. Elle est partagée entre sa soif de vengeance et la culpabilité d'éprouver ce besoin. C'est à partir de cette scène que l'on sait que Phèdre va commettre une erreur irrévocable et irréfutable, elle devient victime et coupable.

3

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Bonjour ,

Je suis élève en 1ST2S et j'ai un commentaire à faire sur  phèdre scène 5 acte IV.
On à dans cette scène le monologue de phèdre.

J'ai comme question  : Comment ce monologue tragique combinent la tension dramatique , la dimension argumentative et l'expression de la souffrance. J'ai donc trois axes mais je n'arrive pas à trouver mes sous parties. quelqu'un à une idée ?


J'avais pensé à

I)Tension dramatique

a.La fatalité ( personnages mythologiques)
b.L'action ( action sur 24h accentue l'émotion alexandrins et octosyllabe donc rythme donc temps qui défile)

II)Dimension argumentative = Persuasion
a.Fait appel au sentiments ( champs lex de la souffrance , tristresse , registre pathétique tragique)
b.l'essentiel du texte :Amplifications des émotions ( exclamations , hyperboles , interrogations , alexandrins et octosyllabe donc rythme donc temps qui défile donc durée de la douleur de l'émotion)

III) Expression de la souffrance

a.La tristesse ( registre tragique)
b.l'amour impossible ( champs lexical de l'amour + tristesse)

4

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Bonjour je voudrais savoir quelle est le registre de l'acte 4 scène 5 dans l pièce de théâtre Phèdre merci.

5

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Il y a plusieurs registres :
- d'abord lyrique : expression de nombreux sentiments,
- ensuite pathétique : une douleur s'exprime,
- enfin tragique : le destin, la mort en filgrane...

6

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Merci beaucoup mais enfaite j'ai un plan de commentaire a faire j'ai deja les grandes parties: 1 le choque de la révélation
2 la fureur de la jalousie
Mais je ne trouve pas les sous parties aidé moi please

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Deux parties : le choc, et, si j'ose dire,la reprise en mains.

Il sort. Quelle nouvelle a frappé mon oreille ?
Quel feu mal étouffé dans mon coeur se réveille ?
Quel coup de foudre, ô ciel ! et quel funeste avis !
Je volais tout entière au secours de son fils,
Et m'arrachant des bras d'Oenone épouvantée,
Je cédais au remords dont j'étais tourmentée.
Qui sait même où m'allait porter ce repentir ?
Peut−être à m'accuser j'aurais pu consentir ;
Peut−être, si la voix ne m'eût été coupée,
L'affreuse vérité me serait échappée.
Hippolyte est sensible, et ne sent rien pour moi !
Aricie a son coeur ! Aricie a sa foi !
//

I. Le choc de la révélation. (pourquoi pas?)
-Difficulté d'admettre la vérité. (étudier le style, les interrogations nombreuses, les exclamations, les anaphores)
-L'expression du regret (remarquez l'emploi des temps le retour sur le passé, l'anticipation d'un futur qui aurait pu se réaliser.)

Ah, dieux ! Lorsqu'à mes voeux l'ingrat inexorable
S'armait d'un oeil si fier, d'un front si redoutable,
Je pensais qu'à l'amour son coeur toujours fermé
Fût contre tout mon sexe également armé.
Une autre cependant a fléchi son audace ;
Devant ses yeux cruels une autre a trouvé grâce.
Peut−être a−t−il un coeur facile à s'attendrir ;
Je suis le seul objet qu'il ne saurait souffrir,
Et je me chargerais du soin de le défendre ?

II. la peinture de la jalousie et le désir de vengeance.
-Comment la souffrance de Phèdre est-elle dépeinte ?
-Comment l'amour se transforme-t-il en colère et en haine ?

NB. Attention : En fait.

8 (Modifié par Jehan 10/03/2015 à 16:57)

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Merci beaucoup tu me sauves

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

Pas sûr !

Racine, Phèdre, acte IV, scène 5

C'est ce que j'allais dire...