Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

Bonjour

Faut-il dire :

"Il travaillait aujourd'hui, mais il n'avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade"

ou bien :


"Il travaillait aujourd'hui, mais il n'avait pas travaillé la semaine précédente car il était malade"

?

Merci.

Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

option 2
le dernier temps de ta 1° phrase signifie qu'il avait été malade avant de n'avoir pas pu travailler, et qu'il était donc guéri au moment de son congé maladie, ce qui n'est pas très logique
cependant, sans doute plus agréable!

Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

La 1 signifie qu'il avait été malade avant la semaine où il n'avait pas travaillé

Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

Merci.
Mais , pourtant, ne dira - t - on pas :

"Il travaillait aujourd'hui, mais il avait été malade la semaine précédente et n'avait donc pas travaillé cette semaine-là "

?

Selon vous, est-ce donc la simple conjonction "car" qui impose le changement de temps de manière a priori peu logique ? Ci-dessus, la conjonction "et" ne nuit pas au maintien du plus-que-parfait.

La phrase "Il travaillait aujourd'hui, mais il n'avait pas travaillé la semaine précédente car il était malade" parait naturelle, mais l'emploi de l'imparfait ne constitue-t-il pas là un abus, même si cet abus est consacré par l'usage ?Si vous voulez, vous pouvez remplacer "être malade" par "se promener" :

"Il travaillait aujourd'hui, mais il s'était promené la semaine précédente et n'avait donc pas travaillé cette semaine-là "

"Il travaillait aujourd'hui, mais il n'avait pas travaillé la semaine précédente car il se promenait"

"Il travaillait aujourd'hui, mais il n'avait pas travaillé la semaine précédente car il s'était promené"

Je crois en effet que le verbe d'état fausse la perception du sens.

Le plus-que-parfait est censé décrire une action située dans le passé en référence à une autre action passée moins éloignée (décrite ici par l'imparfait initial "il travaillait aujourd'hui"). Si l'on utilise d'abord le plus-que-parfait, puis l'imparfait lors de la description la plus éloignée dans le temps, n'y a- t -il pas une légère incohérence logique ?Si le deuxième imparfait est valide, c'est donc qu'il est licite de changer de référent temporel en cours de phrase. Est-ce le cas?

Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

C'est le sens qui fait choisir le temps. Même conjonction de coordination, car fonctionne comme le ferait "parce que" introduisant une subordonnée où l'on appliquerait la concordance des temps habituelle.

6

Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

c'est donc qu'il est licite de changer de référent temporel en cours de phrase

C'est le sens qui fait choisir le temps.

Eh oui, par exemple :
Un jour qu'il faisait frais après qu'un orage eut crevé, je me promenais en bicyclette avec mon frère. Voulant éviter une flaque, il chuta brutalement : il s'était fait mal et saignait fort. Nous devions rentrer, nous rentrâmes. Eût-il été plus attentif qu'il ne serait pas tombé : ceci nous servira de leçon à tous deux, j'en ai bien conscience. La vie nous réserve ainsi des expériences qui nous enrichissent, et celle-ci nous aura fait mûrir.

Et on peut continuer ainsi sur des pages ...


Autre exemple, plus court : Nous attendions en silence pour manger, midi sonna, la soupe bouillait et personne n'avait levé la tête.

Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

Merci, Anne345
Considérons donc les phrases au présent :

1. "Il travaille aujourd'hui, mais n'a pas travaillé la semaine précédente parce qu'il s'est promené "

2. "Il travaille aujourd'hui, mais n'a pas travaillé la semaine précédente parce qu'il se promenait "

En remplaçant le verbe au présent par un passé composé, il me semble que les autres verbes peuvent (ou doivent ?) rester les mêmes : "Il a travaillé aujourd'hui, mais n'a pas travaillé la semaine précédente parce qu'il s'est promené/parce qu'il se promenait " . Je vois mal un plus-que-parfait apparaître à la place de "n'a pas travaillé".

Remplaçons donc le verbe au présent par un imparfait et faisons jouer les règles habituelles de concordance

Phrase n°1 :  "Il travaillait aujourd'hui, mais n'avait pas travaillé la semaine précédente parce qu'il s'était promené "

Phrase n°2 : la concordance des temps en français conduit-elle à laisser inchangé l'imparfait de "parce qu'il se promenait" ?

Concordance des temps - Il n’avait pas travaillé la semaine précédente car il avait été malade / car il était malade

jack a écrit :

Merci, Anne345
Considérons donc les phrases au présent :

1. "Il travaille aujourd'hui, mais n'a pas travaillé la semaine précédente parce qu'il s'est promené "

2. "Il travaille aujourd'hui, mais n'a pas travaillé la semaine précédente parce qu'il se promenait "

En remplaçant le verbe au présent par un passé composé, il me semble que les autres verbes peuvent (ou doivent ?) rester les mêmes : "Il a travaillé aujourd'hui, mais n'a pas travaillé la semaine précédente parce qu'il s'est promené/parce qu'il se promenait " . Je vois mal un plus-que-parfait apparaître à la place de "n'a pas travaillé".

C'est le temps de la proposition dont la subordonnée "parce que..." dépend, qui peut influencer celui utilisé dans la subordonnée.