Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ?

bonjour à tous !
Voila je bloque le sujet de dissertation suivant :

" Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ? Qu'apporte-t-il à ses contemporains ? à la postérité ? En vous appuyant sur les 3 poèmes proposés ("La lettre" de Henri Michaux, "Les dents serrées" de Pierre Emmanuel et "Demain" de Robert Desnos) ainsi que vos propres lectures, vous développerez une réflexion sur ces questions, en vous demandant si le poète est de nos jour encore le mieux placé pour éclairer les hommes"

Je pense avoir compris a peu près compris le sujet, mais l'interprétation des poèmes du corpus me pose problème donc je ne peux pas formuler mon plan non plus Ce qui pose problème car en ce qui concerne les mes propres lectures j'ai trouver pas mal d'idée et de poèmes ...

Merci d'avance 

La Lettre
 
   
Je vous écris d'un pays autrefois clair. Je vous écris du pays du manteau et de l'ombre. Nous vivons depuis des années, nous vivons sur la Tour du pavillon en berne. Oh! Été empoisonné! Et depuis c'est jours le même jour, le jour au souvenir incrusté...

Le poisson pêché pense à l'eau tant qu'il le peut. Tant qu'il le peut, n'est-ce pas naturel? Au sommet d'une pente de montagne, on reçoit un coup de pique. C'est ensuite toute une vie qui change. Un instant enfonce la porte du Temple.

Nous nous consultons. Nous ne savons plus. Nous n'en savons pas plus l'une que l'autre. Celui-ci est affolé. Celui-là confondu. Tous sont désemparés. La calme n'est plus. La sagese ne dure pas le temps d'une inspiration. Dites-moi. Qui ayant reçu trois flèches dans la joue se présentera d'un air dégagé?

La mort prit les uns. La prison, l'exil, la faim, la misère prirent les autres. Des grand sabres de frisson nous ont traversés, l'abject et le sournois ensuite nous ont traversés.

Qui sur notre sol reçoit encore le baiser de la joie jusqu'au fond du coeur?

L'union du moi et du vin est un poème. L'union du moi et de la femme est un poème. L'union du ciel et de la terre est un poème. Mais le poème que nous avons entendu a paralysé notre entendement.

Notre chant dans la peine trop grande n'a pu être proféré. L'art à la trace de jade s'arrête. les nuages passent, les nuages aux contours de roches, les nuages aux contours de pâeches, et nous, pareils à des nuages nous passons, bourrés des vaines puissances de la douleur.

On n'aime plus le jour. Il hurle. On n'aime plus la nuit, hautée des soucis. Mille voix pur s'enfoncer. Nulle voix pour s'appuyer. Notre peau se fatigue de notre pâle visage.

L'événement est grand. La nuit aussi est grand, mais que peut-elle? Mille astres de la nuit n'éclairent pas un seul lit. ceux qui savaient ne savent plus. Ils sautent avec le train, ils roulent avec la roue.

"Se garder soi dans le sien?" Vous n'y songez pas! La maison solitaire n'existe pas dans l'île aux perroquets. Dans la chute s'est montrée la scéleratesse. Le pur n'est pas pur. Il montre son obstiné, son rancunier. Certains se manifestent dans les glapissements. D'autres se manifestent dans l'esquive. Mais la grandeur ne se manifeste pas.

L'ardeur en secret, l'adieu à la vérité,le silence de la dalle, le cri du poignardé, l'ensemble du repos glacé et des sentiments qui brûlent a été notre ensemble, et la route du chien perplexe notre route.

Nous ne nous sommes pas reconnus dans le silence, nous ne nous sommes pas reconnus dans les hurlements, ni dans nos grotte, ni dans les gestes des étrangeres. Autour de nous la campagne est indifférente et le ciel sans intentions.

Nous nous sommes regardés dans le miroir de la mort. Nous nous sommes regardés dans le miroir du sceau insulté, du sang qui coule, de l'élan décapité, dans le miroir charbonneux des avanies.

Nous sommes retournés aux sources glauques.

et voila pour Robert Desnos :


Âgé de cent-mille ans, j'aurais encore la force
De t'attendre, o demain pressenti par l'espoir.
Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,
Peut gémir: neuf est le matin, neuf est le soir.

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,
Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,
Nous parlons à voix basse et nous tendons l'oreille
A maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu.

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c'est pour guetter l'aurore
Qui prouvera qu'enfin nous vivons au présent.


Robert Desnos (État de veille, 1942)

J'avoue que ce m'était pas facile a trouver

Les dents serrées

Je hais. Ne me demandez pas ce que je hais

Il y a des mondes de mutisme entre les hommes

Et le ciel veule sur l’abîme, et le mépris

Des morts. Il y a des mots entrechoqués, des lèvres

Sans visage, se parjurant dans les ténèbres

Il y a l’air prostitué au mensonge, et la Voix

Souillant jusqu’au secret de l’âme

mais il y a

le feu sanglant, la soif rageuse d’être libre

il y a des millions de sourds les dents serrées

il y a le sang qui commence à peine à couler

il y a la haine et c’est assez pour espérer.

Pour mes premières Réflexions ; je pense qu'il faut aussi parler de l'image du poète que chacun présente et aussi remettre les poème dans leur contexte historique. Desnos dénonce plus le fait de vivre dans la crainte du lendemain, alors que P.Emmanuel évoque plus la souffrance qu'endurent les soldats. En ce qui concerne "La lettre" l'évocation de cette nature chamboulé m'inspire les conséquences de la guerre mais je ne sais pas si on peut vraiment l'interpréter comme ça.

Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ?

Bonjour Tutti,

Relis tes trois textes attentivement en cherchant les indications précises de lieu et de temps... En vois-tu beaucoup ? Peux-tu en déduire quelque chose ?

La lecture de ces poèmes ne vaut-elle que pour les évènements vécus par le poète ?

L'écriture poétique serait-elle particulière ?

Muriel

Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ?

Je trouve que l'auteur reste toujours très vague sur les indications de lieu et le temps ce qui est contradictoire vu que le poète parle à la 1ier personne donc ça devrait être du vécu, non ?

En ce qui concerne la forme il y a de la prose et du vers libre mais je dois en parler dans une dissertation ?

Et pour les évènements vécus je n'arrive pas a saisir le sens du poème de H.Michaux car "la mort pris les uns. La prison, l'exil, la faim, la misère prient les autres" reste aussi très vague

Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ?

Lis la fiche de Jean-Luc, La valeur esssentielle de la poésie, ici, sur le site.

Attarde-toi sur cet extrait :

La poésie est-elle un instrument d’action ou de connaissance ?

D’autres ont entraîné la poésie sur la pente de l’action : ils ont voulu au travers de la forme poétique susciter l’enthousiasme ou l’indignation de leurs contemporains.
[…]
De cette attitude qui consiste à voir dans le poète un guide, un penseur, le Moïse de Vigny, un mage investi de la divine mission de distiller à ses contemporains les vérités éternelles, […]

Les poèmes de ton corpus auraient pu être écrits il y a 2000 ans, comme ils pourraient l'être dans 2000 ans...

Ils parlent tous les trois de la guerre et de son cortège de souffrances, du regret des temps de paix, de l'espoir... peu importe de quelle guerre, de quel lieu, de quel temps...

Muriel

Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ?

Merci beaucoup pour tout  , donc en fait si je comprend bien je doit parler plus en général. Et par rapport aux poètes de nos jours ?

Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ?

Oui, c'est cela, vois le poète "en général"...

Et par rapport aux poètes de nos jours ?

Englobe-le dans le poète "en général". En fait, pense "fonction du (poète indéterminé).

Pour cela, dans tes trois textes, relève bien les "aujourd'hui", "demain", "avant", "il y a", etc. Tout ce qui n'est pas d'un temps précis (ou d'un lieu précis...).

Muriel

Quel intérêt présente l'engagement du poète dans les luttes de son temps ?

d'accord merci pour tout je pense avoir compris , j'ai essayer de faire un plan :

I- La fonction du poète engagé
    1) Susciter l'émotion, Dénoncer
    2) Transmettre la connaissance

II- Un message universel/intemporel
    1) Imprécision des éléments de temps et de lieu
    2) Imprécision des personnages

III- La portée de ce message aujourd'hui
    1) Les poèmes encore "d'actualité"
    2) Le souvenir qui amène à "réfléchir"