Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Bonsoir à tous et à toutes !

J'ai une dissertation à rendre, sur Roméo et Juliette de W. Shakespeare, dont la question est :
"Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?"

De là j'ai tenté de cerner le sujet, on peut se demander jusqu'à quel point c'est-à-dire qu'il existerait une limite au comique mais la question implique également de traiter la façon dont le registre comique est abordé...

Bref je coince pour mon plan, j'ai mes idées mais faire un plan du type
I. Jusqu'à quel point la pièce est...
II. Comment procède l'auteur pour...

Parce que ce plan a tendance à trop séparer les choses et je ne vois pas ce que je pourrai dire dans ma première partie sans m'appuyer sur des exemples concrets Et si je m'appuyais sur des exemples, je n'aurais plus rien à dire dans ma seconde partie

Et encore si j'arrivais à dire des trucs dans la première partie ce serait bien parce que là en y ayant réfléchi un tant soit peu, je ne vois pas grand chose à dire... parler de l'action principale qui n'est pas comique mais tragique et c'est tout ce que je vois =__=

D'avance merci pour votre aide,
Matth

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Quels sont les moments dans la pièce où la situation ou le dialogue te donne envie de rire (ou sourire)?
Quel relief est donné à la pièce ainsi?
Est-ce des personnages principaux qui font rire?
Quels sont les paramètres du registre comique?

3

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Bonjour Matth,

Je pense sincèrement que ton plan ne t'amènera pas à une réponse concrète et correctement argumentée. Cela dit, les termes "dans quelle mesure" sont ambigus et tu as raison de vouloir montrer les procédés et les limites du comique.
A toi de voir si tu préfères faire un plan thématique (qui regroupent les aspect comiques sous différents thèmes, tels les personnages, les registres, le style ou autres) ou un dialectique (où tu montres bien les limites du comique).
Je pense d'ailleurs qu'un dialectique serait plus judicieux.. mais je suis toujours mal à l'aise avec l'expression "dans quelle mesure".

Pour étudier le comique, tu peux donc t'intéresser aux personnages qui sont facteurs du comique (je pense à Mercutio ou à la Nourrice par exemple) : relève les occurrences de ces personnages, les jeux de mots, les moments où la pression tragique retombe, etc.
Si tu considères que la pièce s'arrête au mariage de Roméo et Juliette, n'est-elle pas une pièce comique ? (Cependant, tu sais comme moi que la pièce ne s'arrête pas là, mais ce sont des indications.. )
Renseigne-toi aussi sur les caractéristiques de comédies de la période élizabéthaine

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

A vrai dire il y a pas mal de scènes qui donnent envie de (sous)rire  Ce sont par exemples celles où la nourrice est présente ou encore dès la toute première scène où les valets montrent leur courage (:/) ou bien les joutes verbales de Mercutio (avec Roméo ou la nourrice). Bref de manière générale ce sont les scènes qui se trouvent avant la scène des duels (III, 1) qui amène réellement la tragédie. On peut par contre noter un retour au comique avec la scène des préparatifs du mariage de Juliette, notamment le vieux Capulet qui plaisante avec ses domestiques.

Pour ce qui est du relief donné à la pièce je t'avoue ne pas saisir le sens de ta question O__o ? Pour moi cette irruption du comique dans la tragédie montre déjà l'appartenance de la pièce au baroque mais l'intérêt du comique, à part se moquer des caractéristiques sociales (satire ?) de chacun et de divertir le spectateur/lecteur, j'avoue ne pas savoir

Ensuite non les personnages principaux ne font pas rire en eux-mêmes sauf lorsque Roméo fait sa joute verbale avec Mercutio mais la plupart du temps ils sont tournés en ridicule justement (CF l'amour pétrarquiste de Roméo et ce que Mercutio en dit ).

Pour les paramètres du registre comique, tu entends par là ses procédés ? Et bien il y a le comique de geste, de situation, de caractère, de gestes ; le recours à la stichomythie, le rythme de la pièce... Enfin >_< je crois en tout cas xD

Pleonasme ~> Oui je suis bien d'accord avec toi, je n'irai pas loin avec mon magnifique plan xD Mais qu'entends-tu par plan didactique ? Car tu parles de plan dialectique (thèse antithèse voire synthèse) mais je ne connais pas le plan dialectique :S Bref je vais me tourner je pense en effet vers un plan dialectique sauf si le plan didactique est plus judicieux et permet de mieux répondre au sujet !

5

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Erreur de ma part ! Je  voulais écrire dialectique. C'est corrigé

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Ah d'accord je m'en étais douté mais me suis dit qu'il valait mieux que je demande au cas où

Bref merci pour vos réponses et je pars avec un plan dialectique donc qui se construit ainsi :

I. Une pièce comique...
1°. Les actions secondaires.
2°. Les personnages subalternes.
3°. Une construction qui relève de la comédie élisabéthaine.

II. ... Mais où le tragique reste néanmoins présent.
1°. L'action principale.
2°. Les personnages principaux.
3°. Une construction tragique.

Bref qu'en pensez-vous ? Cela n'est-il pas trop "brouillon" ?

7

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Je trouve ton plan très correct, même si à mon sens la synthèse manque.. (on peut faire un très bon plan en deux parties, tout dépend de comment tu justifies ; j'ai juste du mal à procéder ainsi).

Peut-être que dans une troisième partie, si cela t'inspire, tu pourrais développer l'importance du comique par rapport au tragique : les deux sont-ils bien distincts ? Le comique ne renforce-t-il pas le tragique ? Ne participe-t-il pas à l'ébauche d'une tragédie, non pas classique, mais baroque?
Je retournerai ton plan, Roméo et Juliette n'est pas "une pièce comique où le tragique reste néanmoins présent" mais plutôt "une pièce tragique où le comique reste néanmoins présent"

Ne change pas forcément l'ordre des tes parties, les changements de titres suffisent :
I. Des caractéristiques comiques
II. Qui n'en font pas moins une pièce tragique

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Oui Pleonasme c'est vrai que faire une synthèse est une bonne idée mais parler du baroque ne reviendrait-il pas à faire une sorte de hors-sujet et donc à parler d'une chose qui sort un peu du cadre de la question ? Je n'en sais rien hein je me dis juste ça comme ça '

Peut-être que parler d'une prédominance de l'un des deux registres répondrait plus à la question "Roméo et Juliette est-elle une oeuvre tragique ou comique ?" Je n'en sais rien non plus >_< mais je me pose la question là, comme ça

Sinon pour ce qui est du nom des titres, en effet, une inversion semble plus logique puisque la pièce reste aux yeux de tout le monde une pièce tragique... enfin j'ai encore entendu personne dire que Roméo et Juliette était la plus grande pièce humoristique qu'il ait lu xD

9

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

En fait, tout le souci vient du "dans quelle mesure". On m'a maintes fois dit que ce n'était pas "comment", donc la question ne se résume pas "comment prouver que R&J est une pièce tragique ?".
Dans quelle mesure insinue, à mon sens, qu'on parle des limites du comique et de ses différents niveaux , c'est pourquoi je parlerais de l'importance du comique face au tragique dans la pièce et vice versa. Une partie sur le baroque n'est pas nécessaire, tu peux juste en parler en conclusion du mélange entre tragique et comique.

10

Dans quelle mesure Roméo et Juliette est-elle une pièce comique ?

Pour le "dans quelle mesure", il me semble aussi que ça implique forcément de parler des limites... Ca donne un plan genre :

1/OuiRoméo&Juliette est une pièce tragique/comique/baroque (au choix)...(confirmer le sujet) → parceque la Nourrice et Mercutio, parceque registre limite vulgaire, disons trivial (j'ai l'image d'une couille de je sais plus quoi... De coq?) etc.

2/..mais ce n'est pas primordial (limites du sujet) → parcequ'en fait le comique ne concerne que un plan secondaire : °la Nourrice est, malgré sa personnalité affirmée, un perso secondaire 
                  °parceque le comique ne fait pas avancer l'action (le récit de Juliette qui tombe quand elle était petite, et la Nourrice qui en pleure de rire rien qu'en la racontant, c'est marrant (-__-)mais ça sert à rien)...

3/(si on arrive à faire trois parties )( dépassement du sujet).. Et c'est même plus que ça
→ par un mélange/une relation des deux premières parties qui donne en fait l'essence de l'oeuvre, ou par une franche contradiction des deux premières parties (là, c'est prendre position clairement face au sujet, mais peut-être pas dans ce sujet là ceci dit...)

=> Un plan dialectique quoi... (que peut aussi apeller une question type "Pensez-vous que..?")

    Et les plans thématiques sont plutôt amenés par des questions du type "Pourquoi peut-on dire" ou "En quoi" telle oeuvre présente-t-elle telles caractéristiques.. (En quoi Jlf est-elle une oeuvre bavarde?!), des questions qui ne nous demandent pas de remettre en cause le sujet (les questions sur 8 points quoi, nan?)


Sinon pour d'autres éléments de réponse, je me demandais si il y avait des quiproquo comiques... Mais en fait nan, je confonds avec le moment où la Nourrice fait semblant d'être essouflée après avoir vu Roméo et ramené sa réponse...

Hmmm je réfléchis à d'autres trucs marrants (plus ou moins drôles, j'avoue) qu'on aurait pas dit... Ha et en comique de geste, y'a quoi?Matth en a parlé, mais je ne me souviens plus trop où y'en a dans la pièce... (Pff j'aurais dû réviser pendant les vacances >.<)

Bon courage sinon